Archives de mot-clé : Album 2019

(Chronique) Balance, la réponse équilibrée d’Obey The Brave?


TITRE : BALANCE /
GROUPE : OBEY THE BRAVE

LABEL : HELL FOR BREAKFAST | IMPERICON /
VILLE : MONTRÉAL / PAYS : CANADA
SORTIE : 19/07/2019


Attendu de pied ferme depuis quelque temps par les fanatiques du groupe après de quelques extraits pour alimenter cette sortie, mais qui a goûté à quelques sévères reproches, notamment au voix claire, certains allant même jusqu’à dire que le groupe devenait une pale copie de Stray From The Path, sérieusement ? Peu importe, Balance est finalement parvenue dans les mains des amoureux de la formation le 19 juillet dernier chez Hell For Breakfast. Mais est-ce que les reproches allait affecter l’importance de ce nouveau disque, nouveau chapitre dans leur histoire ?

Continuer la lecture de (Chronique) Balance, la réponse équilibrée d’Obey The Brave?

(Chronique) Thoughts & Prayers de Good Riddance!


TITRE : THOUGTS AND PRAYERS /
GROUPE : GOOD RIDDANCE

LABEL : FAT WRECK CHORDS /
VILLE : SANTA CRUZ / PAYS : ÉTATS-UNIS
SORTIE : 19/07/2019


Pour moi, Good Riddance est le parfait exemple de groupe qui a su rester fidèle à leur son au fil des ans. Certains albums plus rapides, d’autres plus hardcore ou un peu plus mélodique mais tout en gardant la recette de leur succès. En 2015, il était revenu à la charge avec le percutant album Peace In Our time. Il est dans mon top 3 de la discographie de Good Riddance. Thoughts and Prayers était donc attendu de pied ferme.

Continuer la lecture de (Chronique) Thoughts & Prayers de Good Riddance!

(Chronique) Un retour bien orchestré pour Sum 41 !


TITRE : ORDER IN DECLINE /
GROUPE : SUM 41

LABEL : HOPELESS RECORDS /
VILLE : TORONTO / PAYS : CANADA
SORTIE : 19/07/2019


Sum 41 est un groupe qui se régénère d’album en album. Lorsque j’ai entendu dire qu’ils entraient en studio, j’espérais un retour au son plus lourd, comme sur mon album préféré de leur discographie, Chuck. Avec cet album-là, on était loin de la pop punk d’All Killer No Filler. Avant la sortie du premier simple, Deryck, le chanteur du groupe, avait mentionné que le prochain opus serait le plus heavy du groupe à ce jour. Dès cet instant, j’attendais impatiemment de pouvoir tendre l’oreille à ce nouvel effort.

Continuer la lecture de (Chronique) Un retour bien orchestré pour Sum 41 !

(Chronique) The Waiting Game comblera vos attentes mélodiques


TITRE : UNDERNEATH THE SURFACE /
GROUPE :
THE WAITING GAME

LABEL : BEARDED PUNK RECORDS /
VILLE : TESSENDERLO / PAYS : BELGIQUE
SORTIE : 22/03/2019


On l’avouera, ce disque n’est sans doute pas dans les talles habituelles du webzine, du moins ce n’est pas souvent des albums comme celui-ci qui se frayent un chemin jusqu’à nos tuyaux auditif. Non, ce n’est pas que nous n’aimons pas ce genre, bien au contraire les disques mélodiques de cette trempe sont un régal pour les conduits auditifs. Ça explore plusieurs facettes géniales qui donnent un produit hautement représentatif d’un groupe qui se donne du mal à sortir des sentiers battus habituels. Les Belges de la formation The Waiting Game nous proposent un petit EP Underneath The Surface, vrai, honnête et qui est vraiment sympathique.

Continuer la lecture de (Chronique) The Waiting Game comblera vos attentes mélodiques

(Chronique) Escalating Quickly, un album rafraîchissant?


TITRE : TEN FOOT POLE /
GROUPE :
ESCALATING QUICKLY

LABEL : THOUSAND ISLANDS RECORDS /
VILLE : SANTA CRUZ / PAYS : ÉTATS-UNIS
SORTIE : 10/05/2019


Depuis plus d’un an, Dennis Jagard, leader de la formation Ten Foot Pole, nous disait travailler tranquillement sur un nouvel album. Nous avons eu le droit à des pièces en essai lors de sa tournée acoustique au Québec et par la suite avec le groupe complet. Don’t be a Dick, qui est super catchy, fait partie de la rotation du set list depuis un bon moment. Rapidement, elle est devenue une des préférées de la foule, qui peut participer activement au refrain en chantant haut et fort «  Dick Dick Dick ».

Lorsque le temps d’aller en studio est arrivé, il est annoncé que ce sera le réputé Ryan Green derrière la console. Dès le début, il est dit que cet album sera différent. Aucune barrière n’est mise pour Escalating Quickly. Les gars ont eu du plaisir à l’enregistrer, ça s’entend. En plus d’avoir recruté Ryan Green à la console, Sean Sellers de Good Riddance est derrière les tambours pour l’enregistrement et Lil Joe Raposo de Lagwagon à la basse. Dan Palmer (Zebrahead et Death By Stereo) et Dan Jacobs (Atreyu) ont eu carte blanche pour s’amuser à faire des solos. Le résultat est phénoménal.

Si tu t’attends à un Rev ou Unleashed 2, cet album n’est pas pour toi. Au premier son de synthé, tu vas décrocher. Pourtant, la beauté de cet album-là est dans son audace et sa différence. C’est un album qui arrive du champ gauche en amenant du même coup un vent de fraîcheur. Mais détrompez vous, ça reste du Ten Foot Pole. Certaines chansons sont rapides comme en 1997. The Jackals et Long Night en sont un parfait exemple.

Numb est un mélange du bon vieux Ten Foot Pole avec une touche funky. Les synthés surprennent à la première écoute mais on finit par s’y habituer et aimer ça. Le refrain est super accrocheur.

Un de mes coups de cœur est la pièce The Antidote. La production de cet album-là est hallucinante et en particulier sur cette chanson-là. La voix de Dennis n’a jamais été autant explosive et émotive.

Pour terminer Escalating Quickly, la pièce Goodbye Sunny Days se fait entendre. Impossible d’être indifférent à cette magnifique pièce interprétée à la guitare sèche. Ça donne espoir à un futur album acoustique.

J’étais déjà hâtif à la venue d’un nouvel album de Ten Foot Pole et je dois dire qu’ils ont dépassé mes attentes. Ça s’écoute super bien du début à la fin. Aucun temps mort et surtout une superbe production. Avec une ouverture d’esprit, vous tomberez dans le piège de cet album. Il est difficile de ne l’écouter qu’une seule fois. Il est également impossible de passer sous silence l’artwork. Gleb Sinyutkin et Konstantin Zotov y sont allés de mains de maîtres pour cette pochette. Un album bien ficelé qui vaut le détour. Il ne faut pas oublier que l’album est sorti sur Thousand Islands Records.

Mes coups de cœur : Goodbye Sunny Days,The Antidote, Don’t Be a Dick, Long Night

.

1. Everything Dies
2. Don’t Be A Dick
3. Numb
4. Forever Road
5. Long Night
6. Victim Of Humility
7. The Jackals
8. The Antidote
9. I Hate The Night
10. Unbroken
11. Goodbye Sunny Days

ÉCRIT PAR : GAGNON

(Chronique) Weatherstate, un album à entendre sur la champ!


TITRE : BORN A CYNIC /
GROUPE :
WEATHERSTATE

LABEL : FAILLURE BY DESIGN | WIRETAP /
VILLE : BRISTOL / PAYS : ROYAUME-UNI
SORTIE : 10/05/2019


Sortis de nulle part dans mon registre musical, les musiciens Britanniques de Weatherstate balancent un album ayant une énorme aptitude dangereusement pigée de la cour des grands de ce monde. Les compétences talentueuses revivifiant le genre pop punk est poussé à fond la caisse. L’expérience transpire la maturité d’un groupe méconnu pour certains, mais qui n’en est pas à son premier album. Est-ce que ce nouvel album s’imprègne d’un parfum très réputé des Nord Américains bénéficiant des chaleurs rayonnantes?

Continuer la lecture de (Chronique) Weatherstate, un album à entendre sur la champ!

(Chronique) Dan Vapid & The Cheats ou les métaphores de la dépression ?


TITRE : DAN VAPID & THE CHEATS /
GROUPE :
THREE /

LABEL : ECCENTRIC POP RECORDS /
VILLE : CHICAGO / PAYS : ÉTATS-UNIS
SORTIE : 15/03/2019


J’attendais ce troisième album de Dan Vapid & The Cheats avec beaucoup d’excitation, considérant que l’album Two est littéralement l’album que j’ai le plus écouté des 5 dernières années. Pour des raisons personnelles, l’album de 2013 m’a en partie aidé à sortir d’une période un peu plus difficile. Traitant de rupture, de dépression et d’espoir, Cold and Rainy Days a été, et est encore, mon remède contre la grisaille. Bref, à mes yeux, Two avait mis la barre haute pour Three. D’ailleurs, l’escalier en spirale descendante de la pochette est une métaphore sur la dépression.

Continuer la lecture de (Chronique) Dan Vapid & The Cheats ou les métaphores de la dépression ?