Compte-rendu du Festival Music 4 Cancer | jour 2, partie 1/2

Onze heures dans la matinée du 14 septembre ! L’alarme de mon être s’agite et m’indique qu’il est grandement le temps d’aller retrouver ce fameux festival de la Rive-Nord juste à temps pour arriver au Local 41 où débute les festivités. Thousand Islands Records, allait s’occuper de cette portion du Music 4 Cancer dès midi avec une programmation de groupes locaux prévu dans la belle bâtisse sur la rue Blainville Ouest à Sainte-Thérèse… Et j’avais hâte d’être présent parce que je vais dans ce festival depuis environ 2012 et que l’ambiance spéciale et magique qui règne à chacune des éditions anti-cancer où autrefois était organisé dans un endroit qui était quasiment une deuxième maison, pour moi.

Arrivé au Local 41, je constate que l’endroit est quand même pleine de gens pour des festoiements qui débutent à midi. quelques balbutiements de bavardage et le moment attendu avec impatience, Dutch Nuggets embarque sur la petite scène de la place. Ça fessait une éternité que je n’avais pas vue sur scène les gars et j’avais vraiment hâte de voir ce fameux nouveau batteur à l’œuvre. Première remarque après trois-quatre pièces ; Lock Your Doors, Static Sick, 23 et Patience, ils n’ont pas changé, toujours aussi rapide, entrainant et énergique qu’avant. La même bonne voix principale de Gabriel Mallette, même accords habilles de Frank sur sa guitare et Pierre-Luc son sens du rythme effréné avec ses grosses cordes de basse, bref les Nuggets, c’est du sacré bon Skate Punk ayant la lourde tâche de briser la glace, le coup d’envoi de la journée devant une foule d’environs une trente personnes à plonger dans leur son. Un très beau set où nous avons eu droit à une nouvelle pièce très solide, quand même un peu technique et qui s’intitule 3 Of Clubz. Enfin, les Montréalais étaient inspirants à voir aller sur scène. Vraiment pas trop d’interactions avec le publique, mais leur musique pardonne leur moment presque silencieux entre chaque pièce. Et si vous vous posez la question, le petit nouveau batteur était vraiment à la hauteur des attentes, solide sur ses deux baguettes très précises qui martèle à la perfection, belle coordination et semble avoir créé une belle chimie avec les trois autres membres originale. Sur disque ça va être à surveiller !

Ce fut ensuite le tour des petits gars de Québec Still Insane d’être sur les planches du Local 41 avec une belle fougue déterminer à conquérir les festivalier réunis pour une deuxième fois de leur histoire. Encore une fois, il y avait quand même assez de nombreuses personnes pour entendre leurs pièces préférés sans trop d’interactions. Quelques introductions verbales des pièces et c’est régler pour les contacts avec la foule. Car les meilleurs efforts des musiciens à se donner sur scène ont sembler porté fruit, ils ont bien réussis à faire bouger plus d’une personnes dans une foule, il y avait peut de spectateur avec les bras croisé, ils étaient plutôt, passablement réveiller pour gueuler des paroles et entendre rapidement s’enchaîné les titres du EP Friends & Family en incluant l’une de mes préférés Ready To Fall de l’album Never An Off. Un bon synchronisme entre chacune des pièces, qui nous laissait pas trop prendre notre souffle ! Il est vraiment intéressant d’apercevoir, le chanteur Eric Dorval, en forme comme ça, le set ne peut qu’être un très excellent spectacle.

Entre temps, le toujours agréable à entendre avec sa voix parfois rauque, tantôt mielleuse et ses enchaînements d’accords acoustiques, Karl Bullets. C’était, sur la galerie du Local 41 avec un léger soleil chantant intimement ses reprises punk rock et sa superbe composition Whiskey. Ce fut une belle idée de Thousand Islands d’intégré dans ce festival des sets acoustique entre les décibels de la distorsion. Fidèle à lui-même avec son entrain, son humour, son agitation spontanée d’animer la foule, Karl Bullet à vite fait et bien fait son divertissement. Belle présence et surtout j’adore entendre The Artist In The Ambulance de Thrice par ce gars qui a les cordes vocales puissante et assez juste pour interpréter ce titre. Sincèrement, ce fut court, mais intense comme à chaque fois, ce fut explosif.

J’en profit de cette pause pour faire quelques entrevues avec Dutch Nuggets, Sudden Waves et je me dirige vers la première performance québécoise des Canadiens de Calgary, Bring On The Storm. Première présence au festival pour eux comme United Defiance qui jouera un peu plus tard dans la journée. J’attendais avec un grand plaisir leur venue, j’avais hâte d’entendre le titre du premier opus sur scène. Voir comment ils se comporteraient sur scène. Bref, j’avais le profil parfait, tout comme la plupart des gens présent. Quand un nouveau groupe se présente, nous avons toujours le réflexe d’étudier leur agissement sur scène avant d’embarquer dans l’air présent des festivités joyeuse du Music 4 Cancer. Ils ne se sont pas tiré dans les pieds ce qui est très bon signe. Les premières pièces sont jouées avec une belle précision incluant une présence stable sur scène. Quand nous avons l’impression qu’ils sont bien en contrôle de la situation, il arrive que l’ambiance lève d’un cran et c’est ce qui s’est passer malgré le peu de festivaliers présents. Ceux qui sont reste sont sans doute des francs connaisseurs de bon punk rock, peut-être même qu’ils sont des mélomanes qui je parie n’ont pas regretté leur choix d’y être.

Il était temps d’aller voir ceux qui sont de la place, les boys de retour dans leur ville dans un mémorable stationnement d’où surgissent plusieurs souvenirs pour eux et les gens qui les ont suivis aussi. Qu’il fessait bon, de voir le duo sur scène assis comme à la coutume sur ce qu’ils appellent la « box » avec leur humour absurde et parfois très salé, et surtout, leurs chansons acoustiques qui font lever les festoiements d’un coup de gratte. C’était sans doute l’un des meilleurs divertissements. Un Burger en forme poussant quelques bonnes blagues, heureux d’être sur scène avec le retour de son acolyte Rat qui avait l’air de s’éclater de bonheur à donner quelques coups de savates dans le vide spontanément comme s’il sautait dans les airs comme ceux qui joue debout. The Matchup à beau être assis pendant leur spectacle, mais ils ont toujours été énergique et beau à voir aller sur scène avec leur charme musical. Ce fut un set mémorable, certains festivaliers sont même aller dire que c’était l’un de leur meilleure performance. J’approuve, leur retour à « Santa Theresa Rock City » est un franc succès !

Et c’est là, après cette prestation formidable des deux gaillards acoustiques, que pour première fois de ma vie que j’allais vivre un petit conflit d’horaire à ce festival, car avant, ça n’a jamais existé. Cependant, j’acquiesce le fait que nous ne pouvons pas tout voir et qu’une gestion d’un festival comme celui-ci, avec le temps qui est serré, est l’un des éléments qui fait que l’on se retrouve à devoir choisir et ça, ça n’appartient pas au festival, c’est de notre choix. Les organisateurs font de leur mieux pour satisfaire les gens qui viennent à l’événement. Personnellement, je trouve déplorables ceux qui chialent sur ce fait, mais comment plaire à tous ?

Et sur cette question, j’étalerai mon conflit d’horaire dans la deuxième partie de cette deuxième journée inoubliable d’un festival sur la Rive-Nord.

ÉCRIT PAR : DESLO

One thought on “Compte-rendu du Festival Music 4 Cancer | jour 2, partie 1/2”

Les commentaires sont fermés.