(Revue) Strung Out et The Casualties au Club Soda | 2 octobre 2019

Hier se déroulais au Club Soda, le spectacle de la nouvelle tournée Songs of Armor and Devotion, réunissant Strung Out et les punks dans la plus pure essence, les quatre costauds, The Casualties. Une salle pleine, un fort public prêt à se faire bombarder et semble avoir grandement été ravis de cette soirée intense. Il n’y avait pas d’autres formations au programme que ces deux entités qui ne sont peut-être pas dans la même talle du punk rock, mais qui a dépassé mon anticipation de cette soirée. Qui au départ n’était pas si enchanteur suite à la dernière performance que j’avais vue de Strung Out dans cette belle salle montréalaise, le Club Soda. Disons que ça n’avait pas été leur meilleur.

The Casualties nous on varloper et brasser comme jamais, voir le chanteur descendre de la scène à maintes reprises pour alimenter le pit avec insistance et de l’énergie agressive dans la foulée d’accords pensant. Honnêtement, s’en était déstabilisant. Honte à moi, c’était mon baptême des New-yorkais et c’était tout feu, tout flamme, du gros spectacle. Disons-le, moi qui ne suis pas fanatiques finis des Casualties sur disques, mais maintenant, je peux affirmer que j’irai bien les revoir. Parce que voir des punks aussi provocateur de la sorte avec le sens du spectacle, en étant des maîtres rassembleur au tour d’eux que ce soit pendant le spectacle ou après à leur table de marchandises dans l’entrée du Club Soda, est vraiment fascinant. Et nous avons même eu le droit à une courte présence de Jason Cruz qui s’est joins à The Casualties sur scène pour chanter un bout d’une pièce dont le titre m’échappe.

Même les discours politiques, contre la guerre et Anti-Trump – avant de jouer Fuck The Border – était vraiment riche en engament, bien dit et surtout, ils semblent avoir un de ces malins plaisirs d’alimenter la foule dans ce sens. Et les gens répondent fortement dans l’approbation leurs idéologies pertinentes. La fête était vraiment prise dans la place, les gens chantonnais avec joie et rigueur les titres ; Riot, Punk Rock Love, Unknown Soldier, For The Punx. L’énergie contagieuse était à son maximum. À ce moment de la soirée, la salle était semis pleine, qu’une seule étage d’ouverte. Et la finale avec We Are All We Have était quelque chose, il y avait un fan qui est monté avec un drapeau à l’effigie des Casualties et petit à petit certains fans sont monté sur la scène dressant un mur humain avec les poings dans les airs, sourire fendu jusqu’aux oreilles, le cœur remplis d’émotion, verbalisant les paroles de cette pièce. Bref, nous ne pouvions imaginer une meilleure première partie pour enflammer les gens avant que Strung Out ce lâche lousse sur les planches du Club Soda.

Et la bâtis se rempli rapidement, juste à temps pour ne rien manquer quand les Californiens de Strung Out montèrent sur scène pour une deuxième fois cette année avec leur nouveau batteur, après avoir alimenté la grisâtre journée en pleins airs du Pouzza Fest. Est-ce qu’ils allaient me faire oublier la soirée de 2015, alors que la performance de Jason avait laissé un goût amer aux gens sur place, outre le fait qu’il était venu en aide à un fan aux prises avec un membre de la sécurité. Enfin, j’allais leur laisser la chance de se rattraper comme ils l’avaient fait la même année pendant le spectacle 25e anniversaire de Fat Wreck.

À la grande surprise, Strung Out a donné la meilleure performance du quintette de Simi Valley, que j’ai vu de mes propres yeux, même les spectacles n’étaient pas nombreux pour ma part. Ce n’est pas ce qui se présageait au début, les premières pièces étaient bien, jouer là n’est pas le petit bémol, c’était surtout au niveau du son de l’endroit qui laissait un peu à désirer avec peut-être une bévue béante au niveau des graves de la basse beaucoup trop hautes pour l’équipement présent sur place ce qui n’était pas le cas avec The Casualties. Mais ce ne fut que pendant les deux, trois premières chansons, parce qu’il y a eu un ajustement des techniciens sur place pour la basse, mais pour le côté vocal. Ça fait mal paraître le chanteur, les gens qui disent que le chanteur, chantait mal, ce qui est faux. Il donne tout ce qu’il a et désolé, mais ceux qui disent qu’il n’était pas particulièrement en forme, d’accords, ce n’était pas comme s’il était aux sommets. Mais sa prestance était de tout feu, toutes flammes.

Sourire aux lèvres, c’était enchanteur de voir briller la troupe de Jason Cruz avec la deuxième présence en sol québécois pour le nouveau batteur. Et comme Cruz ce n’est pas sa tasse de thé de faire des discours aussi enflammer que leurs compatriotes de scène, il s’est contenté de faire ce qu’il fait de mieux, donner une âme aux chansons au travers du micro incluant quelque gestuel énergique et captivants. Le groupe nous a mitraillé avec des pièces du nouveau disque Songs of Armor and Devotion tel que le disque nous présageait et bien sûr, ils n’allaient pas être à Montréal sans jouer quelques classiques comme Minds Of My Own qui fut sans doute l’un des points tournant du set. Cette pièce qui fit le bonheur des gens sur place, composé de jeunes et moins jeunes qui était venue voir leur groupe préféré. Certains en était même à leur premier concert de Strung Out et ils sont tombés pile sur un spectacle fortement admirable de leur part. L’Ambiance était d’un haut niveau, il faisait chaud dans la place et il y avait plusieurs thrash intense et des gens sur le bord de la scène qui se lançais pour surfers sur la mer de mains humaines prête à faire voyager dans la salle, les individus ayant le courage de le faire.

Dans l’ensemble, ce fut une soirée comme il se doit d’être malgré les bévues techniques de l’homme derrière la grosse console et j’espère qu’il ne gâchera pas les vocaux d’autres artistes dans un proche avenir au Club Soda, espérons qu’à Québec, ils auront mieux côté son. Un spectacle flamboyant comme ça, nous en voulons plus. L’événement a attiré quelques personnalités de la scène dont Phil et Gilbert de Reset, le nouveau batteur de Dutch Nuggets, le chanteur de Offside, le gars du podcast Punkcaste dont je vous recommande fortement et quelques personnes que nous croisons dans les spectacles ou sur Punk jusqu’à la Mort, un certain groupe sur Facebook.

Et vous, avez-vous aimé votre soirée ?

ÉCRIT PAR : DESLO