(Revue) Une soirée suédoise sur le bord du fleuve!

Le Festivoix avait réservé le week-end du festival pour les amateurs de Punk Rock. Après un vendredi soir à guichet fermé avec les Planet Smashers et comme tête d’affiche, The Offspring, c’était au tour de Ten Foot Pole et Millencolin d’animer le parterre.

J’avoue que je n’avais jamais été dans le centre-ville de Trois-Rivières. Pour moi, c’est une ville qui me permet d’aller à la toilette ou commander un café lorsque je vais à Québec. J’avais l’image de cette ville comme étant un genre de Saint-Jérôme, où j’habite. J’aime ma ville, mais on va se le dire, il n’y a rien de fantastique dans le centre-ville autre que le Pizza Maximum (lire ici le sarcasme). Une fois arrivé sur la rue Des Forges, j’ai été agréablement surpris de voir tous les restaurants, microbrasseries, pubs et cafés. L’ambiance y était déjà et je n’étais pas sur le site.

Une fois sur place, on peut remarquer le brio des organisateurs. Il y a des toilettes chimiques (propres) à plus d’un endroit sur le site et on a même droit à du Purel pour se laver les mains. Quelques petits restaurants sont disponibles ainsi que des vendeurs de bières. La vue de la scène est incomparable avec le fleuve comme paysage. Il annonçait de la pluie, mais tout s’enlignait pour une température propice à un spectacle extérieur.

Pour ouvrir le bal, Ten Foot Pole montait sur scène. Les gars vont bientôt avoir un record du nombre de spectacles donnés en sol québécois pour un groupe des États-Unis en une seule année. La belle province est définitivement devenue leur deuxième maison. D’ailleurs, derrière les tambours c’est le québécois Guillaume Fortin du groupe Our Darkest Day qui était aux commandes. Les gars s’amusent sur scène comme s’ils étaient dans leur jeune vingtaine. Le setlist de la soirée pouvait plaire à tous les amateurs du groupe. De Rev à Escalating Quickly, chaque album a été représenté. La soirée a débuté en force avec Never Look Back suivi de John. La foule était présente et réagissait avec entrain à chaque pièce. My Wall reste une des préférées des spectateurs. Chaudement applaudis après près de 50 minutes de prestation, les gars laissent place à la tête d’affiche de la soirée, Millencolin.

Les Suédois étaient attendus par la foule, pour leur premier passage en carrière à Trois-Rivières. Le public était présent en grand nombre. Lorsque Fredrik Larzon apparaît derrière ses tambours, les fans applaudissent chaudement. Quelques coups de tambours pour préparer la foule et les autres membres embarquent sur scène. Dès les premières notes, on reconnaît leur succès Penguins and polar Bears. Les spectateurs sont conquis. La soirée s’annonce déjà mémorable.

Les gars du groupe y vont de salutations en français et semblent surpris de voir autant de gens présents. SOS se fait entendre. Le premier single du tout dernier album plaît au public qui trash et fait du body surfing. On est tout de même loin du pit des vieux Warped Tour parce qu’on va se le dire, la foule vieillit tout comme le groupe. Cependant, je dois dire que Millencolin évolue et vieillit bien. Sur scène, ils ne semblent pas avoir pris une ride. Le groupe interagit sans cesse avec son public et bouge beaucoup.

À mon grand plaisir, ils ont continué le spectacle avec la chanson Fingers Crossed, de l’album Home From Home. À chaque nouvelle chanson interprétée, on peut entendre la foule chanter avec le groupe. Les succès se succèdent les uns après les autres. Fox, Twenty Two, Olympic en sont quelques-uns.

Un des moments forts de la soirée fut lorsque Nikola a chanté la pièce The Ballad. Lors du refrain, il a fait signe à la foule de chanter. Le parterre au complet s’est uni. Même le groupe semblait vivre un moment magique.

Pour terminer le spectacle, Millencolin a fait plaisir à ses vieux fans et a joué Mr. Clean. Le pit s’est endiablé à ce moment.
Comme dans tout spectacle, même si le groupe annonce qu’ils viennent d’exécuter leur dernière pièce, tout le monde sait qu’ils vont revenir. Comme de fait, 3 minutes plus tard, les Suédois font résonner les premières notes de la pièce Egocentric Man, de l’album True Brew.

La fin du spectacle fut solide : Ray, Yanny and Laurel, Bullion, Duckpond et pour finir en beauté, No Cigar.

À la fin de la soirée, les gens affichaient un sourire sur leur visage. Tous semblaient avoir passé un beau moment en compagnie de la bande de Nikola Sarcevic.

Ce fut une soirée parfaite. Le Festivoix offre un site magnifique et une organisation exemplaire. La température a été idéale pour un spectacle extérieur et Millencolin était en grande forme. Les gars ont joué 21 chansons en prenant toujours le temps de remercier leur public québécois.

ÉCRIT PAR : DESLO

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s