(Chronique) Fire At Will, d’une assurance équilibrée


TITRE : TODAY IS MINE /
GROUPE :
FIRE AT WILLG

LABEL : ETERNALIS RECORDS /
VILLE : TOULOUSE / PAYS : FRANCE
SORTIE : 29/09/2018


Today Is Mine paru en 2007 chez I For Us Records, Nothing To Prove Records et H2h Records, est le premier EP du groupe. Il a bénéficié l’an dernier d’une superbe réédition vinyle remastérisée chez Eternalis Records pour son 10e anniversaire. Le pressage est d’une excellente qualité ce qui gagne à écouter attentivement chacun des détails de ce chef d’œuvre bien ardent. Dans cette nouvelle édition du EP mis à part ses six titres qui étaient sur la version originale, un excellent bonus, une reprise de 88 Fingers Louie, Well Done que l’on pouvait retrouver auparavant sur le disque A Tribute To 88 Fingers Louie. La pièce est vraiment bien amenée…

Au départ, il faut se dire que ce disque regroupe plusieurs éléments essentiels à un disque de cette trempe dans le punk hardcore positif, d’hier et d’aujourd’hui. D’abord une voix agressive tenace, d’un tantinet rauque, qui nous balance en pleine poire les messages qu’ils véhiculent au travers du disque Today Is Mine. La voix peut être similaire à celle de Mark Scondotto du défunt groupe Shutdown, celle de JP Lagacé de la formation de Québec, Get The Shot vers les premiers enregistrements comme Perdition par exemple. Le genre de chant qui déverse toutes ses tripes et ses émotions à fleur de peau, il le vit et l’incarne bien. On y retrouve aussi quelques petits chœurs vocaux impeccables, ce qui est plutôt la coutume dans ce genre de disque et tant mieux, ils ne sont pas forcés et ils sont bien en place au bon moment.

Ajoutez à cela une guitare vive, rapide, bien précise, un batteur qui martèle et maintient le contrôle complet des pièces avec le rythme confiant d’être à la hauteur de cette musique. Malheureusement, la basse est un peu à l’écart, non pas qu’elle est différente des trajectoires entamées par la guitare, mais elle est peut-être trop muette à mon goût. Elle est quand même plus lourde parfois, mais c’est sans doute moi qui suis difficile avec les bassistes parce que j’ai été acheminé à cet instrument dans deux groupes. Je n’enlève rien à son travail.

Cet album, qui te rentre dedans avec un impact considérable, est sans doute le meilleur opus offert par la formation française Fire At Will. Moins d’expérimentations, plus direct, sans dentelles. Bien qu’il y ait eu deux autres disques par la suite, Hoping For The Best Expecting The Worst (2011) et Life Goes On (2016) qui ne sont surtout pas de mauvais disques, Today Is Mine remporte de mon côté, la palme d’or parmi le répertoire des Toulousains.

Thick Models & Interude, la troisième du disque et aussi la plus longue avec ses six minutes, trente-trois secondes, elle est d’aplomb, elle fouette et nous secoue sans merci. Elle détient quelques notions de chant clair sans trop en mettre, c’est bien senti, pas trop émotif, c’est bien vu et ça donne le temps de se reposer pour la suite, parce qu’on va se le dire, l’envie de bouger sur celle-ci, elle est vraiment forte. Sinon la pièce qui démarre l’album Less Talk More Rock, est simplement hallucinante, elle donne le ton à l’album qui ne dévie pas trop de sa trajectoire initiale. The Sound Of Your Silence avec ses petits breakdown charme instantanément.

Un album punk hardcore qui n’est pas sans laisser l’auditeur indifférent. Ce disque s’apprécie après seulement 1 – 2 écoutes tout dépendamment de votre esprit d’ouverture à ce genre musical qui, avouons-le, torche en s’il vous plaît ! Osez l’écoutez et vous nous en donnerez des nouvelles.

1. Less Talk More Rock
2. Crossed Words
3. Thick Models & Interlude
4. The Sound Of The Silence
5. Selling Out
6. Well Done (Reprise de 88 Fingers Louie)

ÉCRIT PAR : DESLO