(Chronique) Weatherstate, un album à entendre sur la champ!


TITRE : BORN A CYNIC /
GROUPE :
WEATHERSTATE

LABEL : FAILLURE BY DESIGN | WIRETAP /
VILLE : BRISTOL / PAYS : ROYAUME-UNI
SORTIE : 10/05/2019


Sortis de nulle part dans mon registre musical, les musiciens Britanniques de Weatherstate balancent un album ayant une énorme aptitude dangereusement pigée de la cour des grands de ce monde. Les compétences talentueuses revivifiant le genre pop punk est poussé à fond la caisse. L’expérience transpire la maturité d’un groupe méconnu pour certains, mais qui n’en est pas à son premier album. Est-ce que ce nouvel album s’imprègne d’un parfum très réputé des Nord Américains bénéficiant des chaleurs rayonnantes?

Born A Cynic, un son carré, rien mécaniquement léché très profondément qui dénature les frappes de notes, inondé d’alternances prometteuses. Jeté à feu moyen et dégourdi, ce nouveau disque remue soudainement quelque chose qui nous transpose dans un bonheur à chaque écoute malgré la contenance de certains textes. À chaque fois que l’envie de prolonger dans ce disque et que le moment se pointe, ces pièces glissent tellement bien dans les conduits auditifs qu’on ne veut pas que chacun des morceaux particulièrement accrocheurs, se termine. On se délecte rapidement, on le réécoute activement et on tombe en amour, c’est le coup de foudre qui gagne l’amoureux de ce genre indémodable.

Vous l’entendrez bien cette délicate attention du son des années 90 qui se déversent un atout grunge comme seule la bande de Kurt Cobain avait la folie de savoir soutenir ces actes musicaux ensorceleurs. Il vous suffit d’entendre Sympathy pour comprendre ces mots et saisir la même chose sur Medicate, qui mine de rien, se donne des allures à la Very Ape d’In Utero dans les premières notes, beaucoup plus adoucis et sans être une parfaite copie conforme. On ressent les guitares lourdes de tonalité, le côté bien gras du son. Et plus l’on avance dans la chanson plus on dévie vers ce qui laisse imaginer que cette pièce aurait aussi pu être écrite et enregistrée par les canadiens Treble Charger. Pour bien des gens, cette musique s’élèvera au dessus du monticule, équipé pour veiller tard, l’idéal pour l’auditeur qui cherche à faire la fête à l’aide d’un petit punch, sans assommer l’ambiance présente!

Ce disque est étonnant à plusieurs niveaux. Ce disque émane juste au bon moment pour gagner son moment de gloire, comme un flirt d’été enseveli d’aventures radieuses. Pas besoin d’adaptation spéciale pour apprécier ce disque qui se laisse écouter en douce aussi lentement qu’une dégustation de friandises doublement invitantes! Enfin, on retrouve ce bon vieux chum qu’on a délaissé depuis quelques années et qui se nomme, pop punk influencé par le rock alternatif, le mélange idéal au développement de ce disque ! Il est vrai que les groupes de ce genre pleuvent plus en abondance contagieuse, Weatherstate sait captiver cette vague avec ses essences propres à ce que Born A Cynic dégage.

Et finalement, si les formations Sum 41, le vieux Silverchair à l’époque Frogstomp, Freak Show (sur la pièce Barely Human) sympathisent ton baladeur souvent, tu risques fortement d’apprécier cet album accessible au public large et adepte de pièces potentiellement taillées pour les grosses radios tel que CHOM fm par exemple.

1. Ghost
2. Brain Dead
3. Barely Human
4. Rotten Lungs
5. Arteries
6. Sympathy
7. Medicate
8. Emma-Lynn
9. Nothing Matters If You Try
10. Rented Space
11. Cynic

ÉCRIT PAR : DESLO