(Chronique) Yoda Rising, loin d’être un volcan tranquille !


TITRE : LIES AND GREED /
GROUPE :
YODA RISING

LABEL : INDÉPENDANT /
VILLE : LYON / PAYS : FRANCE
SORTIE : 07/04/2019


La force tranchante avec un double impact, ça, Yoda Rising se l’approprie vigoureusement cet aspect avec une brutalité incendiaire et ravageuse. Une seule écoute pour tomber immédiatement à la merci du nouveau disque d’une formation mordant à grandes dents. Un brasier robuste, de la musique violente. Ce sont des mots faibles qui ne figureront pas dans ce texte portant sur Lies & Greed paru en avril dernier, sous le signe de louanges enflammées!

Des coups sans merci, sans retenue, projetant toute la férocité et la force d’êtres musclés. Les chansons sont profondément inspirantes jusqu’au dernier souffle et provoquent l’urgence attentive à chaque minute déversée de ce disque. Sans équivoque, cette agression agitée, fortement prononcée et accentuée, s’élève hors des lignes de mire habituellement exploitées avec un grain de sel dans l’océan, ça aide à ce que vous ne dérogiez pas de l’écoute, sans aucun remord. Voyons ensemble, cette combativité menaçante.

Brûlant à souhait avec son introduction docilement bien dosée d’acoustique et d’un savant mélange de hardcore, la distorsion bien grasse et corrosive donne parfaitement le ton préventif de l’album. Savoir laisser l’auditeur en équilibre au bout de sa chaise sur le qui-vive, Yoda Rising fait carburer à l’état pur son pouvoir séducteur que dégage chacune des pièces exercées dans la plus pure tradition veineuse de formations telles que les légendaires Agnostic Front, Madball ou Sick Of It All. Oubliez les demi-mesures à demi-tempo, prenez plutôt ce savoureux mélange qui navigue à plein régime, à plein gaz dans les vieilles racines hardcore en y ajoutant une touche beaucoup plus moderne comme le faisait si bien Raised Fist, Hatebreed et maintenant Get The Shot.

Par exemple, Wasted Destiny drille à quelques reprises comme un tremblement de terre et se donne des allures familières à l’album Perdition de Get The Shot, poussant même un tantinet la chose, en disant que les premiers pas vocaux de l’histoire cette formation, semblent être à la même tonalité que le chanteur Jean-Philipe Lagacé. Rajoutons de plus qu’elle s’apparente à la même mouture surprenante de Shutdown ou le vieux Comeback Kid qui cognait aussi dur que Yoda Rising. Elle a du tonus, elle est explosive, elle se faufile comme un serpent crachant son venin fatal.

Lies & Greed bouillonne avec torpeur. De la basse qui claque subtilement, un son heurtant agressivement les tympans, des guitares grassement adaptées pour nous en mettre plein la gueule et surtout agrémentées de quelques grands coups de crochet à gauche, à droite, par un batteur au sommet de son art. Cette galette n’a point de changements variés et ne s’éternise pas en longueur pour rien. Bien que les variantes ne collectionnent pas les rendez-vous, c’est clair, la détermination bien ancrée au poste et chacun des musiciens s’avance dans la même bonne vision pour donner un résultat hautement attachant.

Les plans sont simples? La même virulente impulsivité spontanée, directement catapultée droit dans le coeur de chacun des amateurs de hardcore de la vieille espèce. Les trajectoires bien illustrées au travers de propos abordés avec une composition structurale et dominante d’une ligne directionnelle et impartiale. Même dans leurs notes fracassant leurs instruments, ils sont sans pitié. À l’écoute, on rentre le mur direct, ça en est marquant.

La pièce Bastard, ça varge rapidement, Wolf canonise des couleurs qui agitent à la perfection l’auditoire en alerte constante pendant l’écoute. Et I’m Ok bouscule en signant cruellement l’acte final de ce merveilleux album! Ce disque a de la classe à revendre, une bombe explosivement inspirante et dévouée avec un but précis, nous finir comme c’est pas possible! Vous nous en donnerez des nouvelles si vous survivez! Lies And Greed se donne une chance de finir dans beaucoup de tops des meilleurs disques de cette année. Oh que OUI!

1. Dying Home
2. Empty Your Mind
3. LBD40
4. Wasted Destiny
5. Nothing Is Lost
6. Spread
7. Not The Love Boat
8. Bastard
9. Lies & Greed
10. Wolf
11. I’m Ok

ÉCRIT PAR : DESLO

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s