(Chronique) Masked Intruder, rehausser la sauce du pop punk criminel…


TITRE : III / GROUPE : MASKED INTRUDER
LABEL : PURE NOISE RECORDS / VILLE : MADISON (WI) /
PAYS
: ÉTATS-UNIS

SORTIE : 01/03/2019


Les cagoules colorées de Madison (WI) glissent une fois de plus entre les doigts de l’agent Bradford pour délivrer leur troisième album III, laissant ainsi Fat Wreck Chords pour se joindre à Pure Noise Records (hôte de Less Than Jake, Senses Fail, Terror, Four Year Strong, Seaway, State Champs etc.). Cette création fut réalisée au Moat House par Roger Lima, bassiste pour Less Than Jake, puis produite par Mike Kennerty, guitariste de All-American Rejects.

Suivi du son classique des gyrophares, No Case débute le bal avec une pièce joyeuse et narquoise sur la présomption d’innocence, laissant les fans dans leur zone de confort. Même si Intruder Blue explique que “Our songs aren’t just about the feelings and situations that they describe but they’re supposed to hopefully help other people think about and reflect about their own situations”, la réflexion qui alimente les textes de ce 3e LP reste proche de ce à quoi le groupe nous a habitué.

Par contre, dès Mine All Mine, la hausse des standards de production et de composition commence à se faire entendre. On pouvait déjà entendre ce genre de chœurs dans les albums précédents, mais sur III les harmonies vocales atteignent des nouveaux sommets. Comme il sera le cas tout au long de cette nouvelle œuvre des balaclavés, le rock ‘n’ roll des 60’s, doo-wop, les voix style Barbershop et le rock alternatif des 90’s sont tirés par une puissante locomotive de pop punk.

Les multiples couches mélodiques et simples s’emboîtent à la perfection pour former une structure musicale qui s’avoue plus complexe qu’à première vue. Les notes coupées au couteau à la AC/DC (No Case et Please Come Back To Me) allègent la structure des pièces et donnent tout l’espace aux mélodies vocales. Cette simplicité des riffs fait contraste avec les phrasés et variantes de guitare solo (comme dans B&E) qui parsèment les chansons d’un niveau technique jamais entendu chez Masked Intruder. On a même droit à un solo de Stadium Rock à deux guitares dans le 2e extrait All of My Love, en plus de clavier retro dans Just So You Know. Les compositions des guitares et des voix sont rafistolées pour s’entremêler et se répondre judicieusement, tout en restant dans un pop punk hyper-bonbon.

Je ne sais pas si c’est leur probation ou simplement le vent de changement sur le consentement qui les assagit, mais leurs paroles aux thématiques de sympathiques harceleurs sont plus tempérées. Même s’ils ont encore du chemin à faire pour devenir d’honnêtes citoyens, ils sont plus passifs et tendent plus vers une approche légale envers leurs victimes d’amour. On se tient plus dans la chansonnette d’amour quétaine et la proposition, que l’aveu d’un crime, la fuite et le vol de banque.

Avant d’entendre III, je me demandais comment les Wisconsinois allaient faire pour ne pas se répéter et tomber dans la facilité.

Certes, ils ne laissent pas tomber leurs personnages de petits criminels et restent parmi le punk le plus pop, mais ils démontrent que le concept est loin d’être épuisé, au contraire il est à son apogée.

Yellow, Green, Red et Blue, gardent leur voix enfantine aux textes criminels, avec une touche de maturité dans l’étalement de celle-ci.

Cet album permet au groupe de se démarquer hautement dans la famille élargie pop-punk. Même s’il semble y avoir moins de vers d’oreille que sur leurs albums précédents, la hausse du niveau technique et de composition pallient aisément la situation. À chaque écoute on découvre un nouvel élément sur cette production hyper éclatant. Si on se fie aux paroles de I’m Free (At Last) : ‘’my darkest days are all in the past’’, on ne peut qu’espérer que les terreurs masquées sont en rédemption et qu’ils ne cesseront de pousser la chansonnette sucrée encore plus loin.

1. No Case
2. Mine All Mine
3. All of My Love
4. Just So You Know
5. I’m Free (At Last)
6. Please Come Back To Me
7. B & E
8. Maybe Even
9. Not Fair
10. Stay With Me Tonight
11. Dream a Little Dream
12. I’ll Be Back Again Someday

ÉCRIT PAR : PHIL VAI