Nostalgie, Pascal Rouleau (Carey/Reversal) : Les vestiges québécois!

J’étais dans mon auto en route vers le travail quand j’ai décidé d’écrire un nouvel article pour Barricade Punk après déjà quelques années de silence. J’écoutais un classique punk rock québécois et j’ai eu le goût de faire le déchirant exercice mental de penser à un top de chansons punk québécoises de mon adolescence. J’ai pris contact avec le bon vieux Deslo et heureusement, la porte m’a été grande ouverte.

Évidemment, certain(e)s d’entre vous ne seront pas en accord avec mon top et c’est bien correct comme cela, mais rappelez-vous qu’un top du genre c’est ultra personnel et c’est normal qu’une tune que vous considérez incontournable ne soit pas dans celui-ci.

Pour compléter mon article, j’ai pensé demander à quelques amis un petit top 5 de leurs groupes punk québécois préférés! Oui, j’ai beaucoup trop de « mentions honorables », mais à ma défense, il y en avait plusieurs qui arrivaient à égalité à mes yeux et j’ai dû trancher pour ne pas avoir à faire un top 30!

Alors, sans plus tarder, sans aucun ordre particulier :

U.SeedThrow Up

Probablement mon groupe punk québécois préféré. La première fois que j’ai entendu U.Seed c’était la version de Posithink qui se retrouvait sur leur démo et je trouvais ça pas si mal, mais pas « débile ». Un peu plus tard, j’ai entendu Throw Up sur une mixtape de mon grand frère et j’ai capoté! La voix était l’enfer, c’était tight, les riffs et le drum étaient juste parfaits. Même si l’anglais était un peu approximatif, à cette époque je ne m’en suis aucunement rendu compte et j’étais vendu. Avec mon pote Adrian, on a réussi à booker un reunion show du groupe à la légendaire Petite Cabane de la Patinoire à Robertsonville en 2003 et c’était vraiment extraordinaire. 225 personnes dans une salle dont la capacité maximale est de 75 personnes, je peux vous dire que cette soirée avait été mémorable! J’écoute encore régulièrement Seen From That Angle et je le trouve toujours aussi bon! J’ai toujours pensé que si ce groupe avait continué sur sa lancée, ils auraient facilement pu jouer dans la même cour que certains gros groupes américains.

Freak OutThe Clock Is Ticking

Quand on était jeune et qu’on pratiquait avec un de mes premiers groupes, Freak Out étaient nos héros. Ils venaient de la même région que nous, ils jouaient partout au Québec (du moins, je pense) en plus d’avoir un enregistrement qui sonnait bien. Mon drummer m’avait dubbé leur démo à partir de la cassette de son grand frère et je l’ai écouté sans arrêt pendant des mois! La chanson The Clock Is Ticking était ma préférée même si les quatre chansons de la cassette étaient toutes débiles. Je pense que c’était la chanson la mieux écrite et la plus mature du groupe. Ce n’est pas le cas pour toutes les tunes de cette liste, mais je trouve très sincèrement que celle-ci a bien vieilli pour du skate punk d’adolescents des années 90! Quand je lis des articles qui parlent de skate-punk québécois qui ne font aucune mention d’un groupe qui a été aussi important dans notre région, ça me fait réaliser à quel point ce groupe était sous-estimé! Je n’enlève rien à ceux qui sont souvent nommés dans ce type d’articles, mais ce serait bien que Freak Out reçoivent le crédit qu’ils méritent, du moins, à mon avis!

Alien’s CabEscape

J’avais une version dubbée de 6 ou 7e génération de l’album d’Alien’s Cab. En fait, je pense que pas mal la majorité du monde dans la région de l’amiante avait une cassette qui provenait du même CD original donc, tout le monde avait la même version qui sautait aux mêmes places! Pendant que la plupart trippaient sur Nothing’s Wrong (je l’aimais aussi, on la faisait en cover avec mon groupe), moi je capotais sur Escape parce qu’elle était plus rapide, plus intense, plus agressive… plus proche du hardcore, j’imagine! Ils avaient fait un retour en 2002-2003 et Anthony Grenier avait accepté de faire jouer notre groupe au show, on était vraiment contents. Malheureusement, un peu avant le spectacle, on a dû annuler parce que notre drummer avait vendu son drum pour acheter un hood en fibre de carbone pour son CRX…

Chip’sSmells like…

Même si j’aime bien la version qui se retrouve sur leur premier album Hate, fear and nothing Thoughtful, j’ai choisi la version de Smells like… qui est sur le EP suivant The Straw That Breaks The Camel’s Back pour la simple raison qu’elle est vraiment plus tight et mieux produite. Encore aujourd’hui, elle sonne très bien à mon humble avis. Je suis tombé en amour avec cette chanson dès le riff qui ouvre, c’est ce type de riff qui me faisait capoter et en lisant les paroles, j’ai vraiment accroché! J’ai entendu bien des choses sur Jhan à travers les années, mais personnellement, je n’ai jamais eu de problème avec lui. Beaucoup de ses projets m’ont grandement influencé, mais je dirais que Chip’s (en particulier ce EP) était un de ses meilleurs groupes avec The Millenium Project (le split avec GFK)! J’irais même jusqu’à dire que cette chanson est pour moi l’exemple vers lequel le « skate-punk » québécois aurait dû se diriger. L’album suivant (III) était plus pop cheesy, mais The Straw avait vraiment une sonorité particulière, plus mature et mieux travaillée.

MapEffort De Guerre

Je n’ai jamais été un grand fan de ska à part quelques exceptions. Cette chanson en est une! C’est une des premières (avec Flag Fart de Thicker haha!) chansons punk avec des paroles plus politisées à laquelle j’ai été exposé (plus facile à comprendre étant donné qu’elle est en français) et elle est venue me chercher fort! La remise en question de l’autorité et du militarisme qui est évoquée dans la chanson me rejoignait beaucoup et même si je ne suis pas un fan de cuivres, je trouvais que la chanson en général était excellente! Le refrain est incroyable!

Bald VultureBrain washing School

Je pense que pour les gens de ma région, c’était le groupe le plus polarisant! Les gens adoraient ou détestaient Bald Vulture. Il n’y avait pas de milieu! Beaucoup des plus vieux dans la scène locale disaient qu’ils étaient des trous de cul, mais bon, j’aimais quand même ce qu’ils faisaient. Après les avoir booké plus tard (encore une fois avec Adrian), on a eu quand même une bonne expérience avec eux donc je ne sais pas trop encore quoi en penser. Peu importe, j’aimais le fait que c’était rapide, qu’il y avait beaucoup de picking et que ça s’approchait quand même du hardcore tout en restant punk. J’ai choisi la chanson Brain washing School, mais pas la version de Life’s all About, plutôt la version d’une démo cassette intitulée Skinhead que le grand frère d’un de mes amis m’avait donnée. C’était un enregistrement live avant la sortie de l’album et avant certains changements au sein du groupe je crois. Même si je n’avais pas les paroles avec la cassette, je pouvais discerner un peu ce qu’il chantait et en tant que jeune chr** de frustré de la vie, cela me rejoignait définitivement! Comme je l’ai dit plus tôt, bien du picking et de la rapidité, c’était assez pour me les faire aimer. J’ai hésité entre elle et Blue Army, mais j’ai choisi d’y aller chronologiquement avec celle que j’ai entendue en premier.

One Meter StanceYoung Boy

La première fois que j’ai entendu cette chanson/ce groupe, c’était sur la compilation Are you punk enough? du label Punx Without Mohawx. J’avais une version dubbée en cassette que mon frère avait eue d’un de ses amis avec qui il jouait au hockey. Quand j’ai entendu Young Boy, je n’en revenais tout simplement pas… on trouvait ça fou quand les drummers doublaient leur pédale, mais lui, c’était comme s’il la triplait! Comme on dit chez nous, c’était « dans panne » du début jusqu’à la fin et j’adorais ça. Je n’avais pas la tracklist avec la cassette donc pendant longtemps, j’ignorais quels étaient la plupart des groupes sur celle-ci jusqu’à ce que j’achète une copie originale (probablement chez Équinoxe à Thetford ou d’un membre de l’équipe de hockey de mon grand frère). À ce moment nous n’avions pas encore Internet, donc mon acolyte Guillaume allait sur l’ordi de son père et on réussissait à trouver quelques autres tunes de OMS sur des sites un peu sketchs ou sur Napster! Quelques-unes étaient quand même cool, mais aucune n’égalait Young Boy à mes yeux.

IllnessEmpty

Quand j’étais plus jeune, j’écoutais deux émissions à Musique Plus. C’était avant qu’ils ne passent juste de la crap. Vous savez, lorsqu’il y avait encore de la musique? Ma préférée était Watt. Ils passaient souvent du hardcore, un peu de punk, du trash metal et c’était assez tard le soir. Pendant l’émission, il y avait toujours la même annonce de film de snowboard qui passait et la chanson qui jouait c’était l’intro d’ Empty du groupe Illness. J’ai cherché durant des années qui jouait cette chanson. mais personne ne se rappelait jamais de l’annonce en question. Un jour j’ai acheté la compilation All That Bunch Of Punkers, puis une de mes chansons préférées sur la compile c’était Dissident de Illness. Je suis allé trouver l’album et BOOM! Qu’est-ce que j’entends? LA tune de l’annonce! Je trouve ça assez difficile de faire un choix entre les deux tunes parce que je les aime vraiment les deux, mais pour des raisons différentes. Je vais donc faire comme avec Bald Vulture et y aller chronologiquement avec la première que j’ai entendue : Empty. Même si j’étais pourri, cette chanson-là me crinquait à mort pour faire des ollies dans la cour chez mes parents. Je branchais mon discman dans mon ampli de guit et je blastais ça bien fort du haut des marches de la maison au grand plaisir des voisins de la rue!

Bad CherriesConfusion

Comme je l’ai mentionné plus tôt, je n’avais pas Internet à la maison, donc j’y allais soit chez Guillaume, le midi à l’école ou le soir au café Internet de mon village! J’ai vu ce nom de groupe pour la première fois sur un flyer chez la blonde de mon frère avec qui j’étais ami. Elle me l’a donné et je suis immédiatement allé chercher les groupes que je ne connaissais pas sur des sites de punk québécois un peu boboches de l’époque. On a trouvé trois chansons et après beaucoup d’attente (56K style) on les a téléchargées et on a imprimé les paroles qu’on a pu trouver sur skaponk.net! Quand nous avons entendu Confusion pour la première fois, on ne voulait que la recommencer sans arrêt! L’intro de basse, la mélodie, l’émotion… L’enregistrement est raw, la voix est rauque, le rythme est rapide, les paroles avaient l’air d’avoir été écrites pour nous, de jeunes adolescents qui se sentent incompris, confus, fâchés et en manque d’amour. On ne pouvait pas vraiment le verbaliser à ce moment, mais je crois que chaque partie de la track venait nous chercher pour différentes raisons. Du skate-punk plus dark, un peu triste avec une émotion honnête dans un timing parfait de nos vies! J’aurais aimé avoir la possibilité de les voir en concert!

OversightJust A Word

Quand j’ai commencé à booker des shows, c’était avec mes meilleurs chums Gui et Max. Pour notre troisième spectacle, Jessy (GFK) m’avait convaincu de booker un groupe que je ne connaissais pas vraiment pour le concert suivant parce qu’ils étaient sur son label. Dès les premières notes, on était sur le cul! Les 200 personnes dans la salle avec une capacité de 75 personnes n’en revenaient pas non plus. Du punk à roulettes avec 8 bearings par roue, un drummer au gaz, des rides de bass que nos yeux avaient de la misère à suivre, du picking qui ne finissait plus de finir! L’album Silent Days est quand même homogène, mais pour l’exercice, je choisi Just A Word qui commence avec une intro vraiment cool. Ce groupe-là, comme U.Seed, était à mon avis, une coche au-dessus des autres. Ce n’est pas pour rien que tout le monde qui ont connu les shows de cette époque les classent généralement très haut dans leurs tops et qu’à chacune de leurs présences dans la région de l’amiante, tout le monde était au rendez-vous. On se faisait même remercier des semaines après de les avoir fait venir dans le coin!

GFKUnknown Skater

Hey, cette tune-là! Quand j’ai entendu ça la première fois, ça garochait comme une poignée de clous dans la face! Le drum accoté dans la barrure, on dirait une roulade qui dure la tune au complet! J’aimais les riffs et sans avoir aucune idée de ce qu’il disait, le titre laissait entendre qu’il parlait de skate et ça, j’adorais ça! J’avais l’habitude de faire beaucoup de mixtapes, pour moi-même ou pour mes ami(e)s qui voulaient découvrir de nouveaux groupes et je mettais cette chanson sur TOUTES les mixtapes que je faisais! Quand j’ai booké GFK la première fois, je pensais qu’ils allaient la jouer sans savoir qu’ils étaient devenus un band hardcore. J’étais bien déçu, mais au final, j’ai bien aimé leur split avec les excellents Millenium Project quand même!

MENTIONS HONORABLES :
No PurchaseFrench Teacher
Fast OffensiveBlind
Chicken NuggetsWhat’s Wrong
AwakenLeft Behind
Reward/Try Again
Fifth Hour HeroAll The Monuments They’ve Built
PunishmentLegalisation
Funny FaceWanted

Max Routh (Grand Morne, Ma Grand-Mère en Bikini)
Fifth Hour Hero, Doughboys, U.Seed, The Nils, Born Dead Icons

Max Cat (Fullcount, Get The Shot, Airport Avenue, Emotional Distress)
U.Seed, Reset, Oversight, Alien’s Cab, Short Range

J-P Alain (Fullcount, Wrecks & Reefs, A Wish Of Redemption)
U.Seed, Vulgaires Machins, Airport Avenue, Wasted Sunday, Oversight

Ben Gareau (Hartford, Mind At War, Dead King, Life On Trial, Forsaken Trust)
Fast Offensive, Oversight, Reset, Overhead, X-Large

Dan Roberge (Get The Shot, Downstater, Arcania Fades)
Oversight, Wasted Sunday, Not 4 Pigs, GFK, Mute

Guillaume Gagné (Reversal, The Sleep, A Wish Of Redemption, Stand As One)
Oversight, U.Seed, Awaken, Punishment, Funny Face

Marco Trudel (Jeffrey Lost Control, The Sleep, Reversal)
Fifth Hour Hero, Ste-Catherines, Self-Made Man, Reset, U.Seed

Mike Tremblay (One-Timer, Five Seven)
Snuggle, Reset, One Meter Stance, Oversight, X-Large

Frank Leblanc (Reversal, Stand As One, Our Death)
Label, U.Seed, Vulgaires Machins, NSF, Reset

Jérémie Leblond-Fontaine (Carey, Hold Up!)
Fifth Hour Hero, Mute, 99 Bottles, Planet Smashers, Oversight

Mig Lafontaine (Carey, Jeffrey Lost Control, Airport Avenue)
Oversight, ATM, Les Marmottes Aplaties, Brain Puker, Self-Made Man

Ballou Guilbeault (Hashed Out, Dig It Up, Mi Amore, Fifth Hour Hero)
One Eye God Prophecy, IRE, The Ste-Catherines, Malajube, Born Dead Icons

ÉCRIT PAR : PASCAL ROULEAU

One thought on “Nostalgie, Pascal Rouleau (Carey/Reversal) : Les vestiges québécois!”

  1. C’était l’fun cet article-là! En plus Punishment est name dropper 🙂

    J’ajouterais pour cette époque Brain Puker et The Schwinzz! 🙂

    J’aime

Les commentaires sont fermés.