Rétrospective 2018 du collaborateur Paco!

Une autre année de fou de terminée et je suis vraiment abasourdi du nombre de parutions de grande qualité qui ont vu le jour en 2018.

Lorsque je me suis mis à penser au fait que je travaillerai sur un top des meilleures parutions de l’année, je me suis dit que ce serait une tâche ardue, car il y en a eu énormément d’excellentes. Je me suis tout de même retroussé les manches pour bien compléter la tâche. Préparez-vous, car je vous envoie une rétrospective résumée de l’année dans un gros texte.

L’INTERNATIONAL

Plus que jamais en 2018, le punk rock est international et des formations de partout à travers le monde nous l’ont démontré.

En passant par le Royaume-Uni à qui l’on doit les excellents albums de Fair Do’s, The Human Project, Captain Trips, Spoilers, The Bar Stool Preachers, Call Me Malcom, Don Blake, Shitpiss, Consumed, Eat Defeat, Vanilla Pod et plusieurs autres. Il y aussi l’Italie qui a contribué avec l’excellent album de 30 Miles avec une approche plus progressive qui m’a surpris par son originalité. Sorti de nulle part, cet album a joué à répétitions dans le lecteur en octobre. Le split de Wasei Hey! Go! et Atlantic est arrivé aussi juste à point en offrant un punk mélodique rappelant Craig’s Brother et Bodyjar par moments. Les gars de Thousand Oaks ont livré la marchandise sur un split magnifique avec One Hidden Frame de la Finlande. En parlant des Finlandais, la formation Faddlepuck a sorti tout un album rappelant le vieux matériel de Good Riddance. Du côté de la République tchèque, les groupes de skate punk Krang et Rabies ont livré des albums efficaces et accrocheurs à souhait. Fidèles à leur habitude, les Australiens ont aussi contribué en force avec le grandiose Happy Place de Nerdlinger, Bunker Monkeys par The Shorts. Sans oublier un de mes EP préférés de l’année avec le trop court Black Blood de Postscript. Il y a eu aussi la compilation Aussie Tribute de Dead Memory Records avec des groupes originaires de ce pays reprenant les titres d’artistes qui ont paru sous l’étiquette Epitaph Records dans le passé. J’ai eu la chance de découvrir les Autrichiens de Astpai avec leur excellent album me rappelant le groupe Polar Bear Club que j’ai tant adoré. Une des grosses surprises inattendues de l’année est en provenance de la Lettonie avec le très bon album de Have No Heroes, Plastic World, qui a vu le jour en novembre dans nos lecteurs respectifs. À parier que les amateurs de Pennywise y ont trouvé leur compte et que certains planchistes des neiges vont en écouter en dévalant les pentes cet hiver. L’Espagne a aussi donné amplement avec les sorties de Bladders, Main Line 10 et Revolutions Per Minute pour des groupes ayant une approche rapide et mélodique. Les Suisses du groupe Shadows Of Defeat ont surpris mon mois de novembre avec un album incluant des ingrédients du genre métal en plus de mélodies efficaces et accrocheuses. Que dire du nouveau simple d’Adrenalized livré par le groupe en décembre qui annonce un nouvel album à la hauteur de nos attentes avec Operation Exodus attendu pour début 2019. J’ai aussi été agréablement surpris pas une formation de l’Ukraine, le skate punk mélodique et efficace de Numero Nero m’a jeté par terre pendant le mois de décembre avec leur album Late.

https://borney.com/1724-large_default/drapeau-japon.jpgJ’aime penser que la scène japonaise a son cercle bien déterminé. C’est pratiquement a croire que si tu es du Japon et que tu es “Big In Japan” t’as pas besoin d’être présent ailleurs sur la planète. Très rares sont les groupes japonais en performance sur notre côté du monde. De plus, certaines parutions en provenance de ce pays sont dispendieuses à commander. Il est même parfois impossible de les trouver sur les plateformes d’écoute en continu. Ce n’est que via des chaînes Youtube de maisons de disques japonaises que nous apprenons la sortie des nouveaux albums de ce pays. Il y a pourtant une constante livraison de bons groupes qui nous offrent des albums de qualité. Il ne suffit qu’à penser à Totalfat, Namba69, Ken Yokoyama, Norver, Hey-Smith pour ne nommer que ceux-là.

Du côté de nos cousins américains il y a quelques parutions intéressantes comme les EP de The ProblemaddictsFL, Debt Neglector et de Dead Rest. Il y a eu les albums de A Vulture Wake et de ce côté, c’est surtout le groupe Hillview qui m’a rejoint avec un skate punk rapide avec des mélodies de feu. Je crois que pour plusieurs d’entre nous la formation Chaser a frappé fort avec son album Sound Of Sirens qui nous offre des mélodies accrocheuses tout droit sorties de l’époque Fat Wreck Chords des années 90. Leurs prestations autant électriques qu’acoustiques au Music 4 Cancer ont su nous confirmer que les californiens sont loin d’avoir perdu la touche. Sans oublier les formations lourdes telles que Sick Of It All, Madball et Terror, qui ont elles aussi livré des excellents albums pendant cette année de fous!

Il est certain qu’un des événements majeurs de mon année a été d’avoir la chance de voir Adhesive en tournée au Québec avec deux de mes formations québécoises favorites, Our Darkest Days et L’Affaire Pélican. Les Suédois ont su enchaîner leurs tubes avec appoint tels que nous les connaissons. Ce fut une soirée épique et mémorable que nous n’aurons malheureusement pas la chance de revoir de sitôt. Même chose pour les excellents Straightline de l’Allemagne qui nous ont fait une superbe tournée dans notre belle province. C’est toujours cool de voir les groupes internationaux venir nous rendre visite et avoir un plaisir fou avec nous.

LES GROS NOMS

Résultats de recherche d'images pour « no fun at all »Une avalanche de parution d’artistes par le passé nous est tombée dessus pendant l’année. Il suffit de penser au retour des Satanic Surfers, No Fun At All et du nouvel opus de Pennywise pour conclure que le punk est loin d’être mort. Billie Joe Armstrong de Green Day est même venu nous rendre visite pour un concert aux Foufounes Électriques avec son nouveau groupe The Longshot. Les légendes de Descendents ont eux aussi collaboré avec un vinyle 7" Who We Are en avril dernier.

Les légendaires NOFX ont aussi fait beaucoup parler d’eux pendant l’année et pas nécessairement pour les bonnes raisons avec le scandale entourant une intervention controversée de Fat Mike pendant une prestation à Las Vegas. Le groupe a été boudé par plusieurs organisations américaines et même leur propre festival pendant l’été.

Une grosse année pour MXPX qui a sorti un album remarquable, un EP surprise et des sessions acoustiques live sur Facebook bien relax dans son chez lui. Nous avons même eu la chance de voir Mike Herrera à la basse aux côtés de John Feldmann et Goldfinger au festival Music 4 Cancer. Le groupe nous a même livré une chanson de Noël avec December en collaboration de Pierre Bouvier du groupe Simple Plan.

Que penser de Scott Sellers ancien leader de la formation Rufio qui nous a fourni pas un, pas deux, mais trois EP cette année. Composés et joués de A à Z par lui-même. Ceux qui ont suivi la saga savent de quoi je parle et ont su apprécier la qualité des nouvelles chansons avec un brin de nostalgie nous rappelant le groupe initial du musicien.

Mes déceptions à ce niveau ont été liées à la trop grande quantité de sorties d’albums acoustiques en un court laps de temps. En effet, Strung Out nous a livré une galette un peu flat sans la présence si appréciée de la batterie dans ses chansons. Face To Face a aussi produit une œuvre acoustique qui s’apprêtait un peu mieux et était constituée de classiques que nous avons tous tant aimés en version électrique. Anti-Flag n’a pas manqué à l’appel et a aussi sorti son album acoustique cette année. Je l’ai survolé rapidement sans y être accroché plus qu’il le faut. C’est selon moi Rise Against qui a le mieux rendu service à ses chansons en versions acoustiques avec son album, avec une approche calme et symphonique de ses classiques. Nous savions déjà que la formation avait une capacité remarquée pour l’acoustique avec le classique bien connu Swing Life Away. Bien que ce ne soit plus nécessairement punk, mon coup de cœur acoustique a été les deux EP à l’approche de William Ryan Key, ancien chanteur de feu Yellowcard. Si vous n’avez pas écouté, vous remarquerez que son nouvel effort n’est aucunement lié au style de son ancienne formation pop punk.

AU CANADA

Comme à l’habitude, les Canadiens savent se démarquer sur la scène punk rock et pas seulement ici, mais à l’international aussi. Il nous suffit de penser à l’excellent punk rock mélodique des formations In 2 Months, You Big Idiot, Trashed Ambulance, Family Meeting, Spoiler et Bring On The Storm. Même les légendaires Comeback Kid ont sorti un court EP bien produit et efficace comme à l’habitude. Il y a aussi le groupe du Nouveau Brunswick, The Motorleague, qui m’a agréablement surpris par un de mes tubes favoris de l’année avec la chanson Everyone is Digital. J’ai bien hâte d’entendre ce qu’ils nous présenteront comme prochain matériel. Les formations de Vancouver The Corps et No Liars ont aussi su nous offrir de très bons albums.

Il y a eu aussi une de mes révélations de l’année The Penske File qui nous provient de l’Ontario qui a sorti un album parfait pour les longues routes de voiture. Le trio de Toronto est non seulement très bon sur album, mais nous a aussi assommés avec des performances de fou en concert au Pouzza Fest ainsi qu’au Thousand Islands Fest cette année.

AU QUÉBEC

Ce fut une année très prolifique à ce qui a trait aux nouveautés punks en provenance de notre belle province. Du côté francophone, les formations Capable!, La Cavale, Mauvaise Conduite et La Gachette ont sorti de bons albums, mais c’est surtout le travail des gars de Fortune Cookie Club qui a attiré mon attention. Ils nous ont peaufiné un EP de grande qualité avec cinq titres plus efficaces l’un que l’autre sur Passer l’âge d’or. Nous devrons surveiller de près leur prochain matériel. Tout comme celui des projets des membres du groupe comme Super Punk et le projet solo du chanteur Noé Talbot.

Les vétérans de la scène montréalaise GrimSkunk ont eux aussi mis la main à la pâte avec un nouvel album et des textes tout aussi éveillés que ce à quoi ils nous ont habitués au travers des années.

Nous avons eu de très bonnes sorties côté hardcore avec les nouveaux albums de Feels Like Home, Northwalk et Peer Pressure. Bien que je n’en écoute pas beaucoup, j’ai su apprécier les parutions de ces groupes qui nous démontrent que nous avons toujours une scène bien ancrée dans la belle province.

Tout au long de l’année, nous avons eu la chance d’avoir des ambassadeurs remarquables du punk rock en sol québécois. Il nous suffit de penser à Jay Epinat et la gang de Music 4 Cancer, d’Anthony Grenier de People of Punk Rock, de Chris Bro et Vince de Punkrockradio.ca, à Émilie Plamondon avec Punk Détente, Eric Bed avec Prescription Punk Rock, David Saint-Pierre avec Hebdopunk, à Pete et Fred du Punk Rock Show, de Vince et Max du Punk Rock Meeting, à Jean-Sebastien Hamel et Deslo pour la lancée des spectacles La Chope, la gang de Punkanormal Activity avec leur blog légendaire et David Lefebvre de l’Anecdote et ses splendides infographies de pochettes d’albums. Sans oublier, les organisateurs des festivals comme le Yofo Fest, Envol et Macadam, le Desbouleaux Fest, le Blueberry Fest, le Ska Fest, Rock La Cauze et surtout le grandiose Pouzza Fest.

Vous avez sûrement remarqué que je n’ai toujours pas mentionné les acteurs les plus marquants sur la scène punk rock au Québec cette année. Je parle bien entendu de la gang de Thousand Islands Records et de leur année hyper prolifique. C’est l’étiquette de disques derrière les sorties telles que Fullcount, Colorsfade, Bussieres, Family Meeting, Arising From, No Real Hero, Shift-D, Bring On The Storm, Trashed Ambulance, These Fast Times, Down Memory Lane et des distributions en sol canadien des albums des Australiens de The Shorts et Nerdlinger, les Français de Call it A Day ainsi que des Américains d’Authority Zero. Sans oublier leur collaboration remarquée au Music 4 Cancer et l’organisation du Thousand Islands Fest. Ils n’ont pas chômé pendant toute l’année 2018. Nous avons tous bien hâte de voir ce qu’ils nous préparent pour la nouvelle année.

SKA

Je dois avouer avoir un penchant saisonnier pour le ska. Je dis saisonnier, car c’est principalement en été que j’apprécie ce style musical. Je trouve qu’il s’apprête bien avec mon breuvage favori au soleil pendant qu’il fait chaud. C’est pour cette raison que l’album de reprises reggae de Mad Caddies a eu sa place dans ma liste de lecture dès sa sortie. J’ai aussi énormément apprécié le deuxième effort de compositions originales du Texas, The Holophonics avec l’excellent Phantom Arrival qui nous offre un mélange de ska punk avec des portions plus progressives et jazzées. Les de plus en plus populaires The Interrupters ont livré une excellente galette avec Fight The Good Fight en poursuivant le travail des albums précédents. Plusieurs parents punk rock admettront que le groupe est décidément en mesure de faire bouger toute la petite famille. C’est personnellement le groupe favori de ma fille de cinq ans. Ce n’est pas pour rien, car ils l’ont l’affaire pour nous faire bouger.

J’ai aussi beaucoup apprécié l’album des Britanniques de Call Me Malcom et celui des Brésiliens de Abraskadabra. Le court EP des OC Ska Kids et les albums de Ballyhoo!, Bumpin Uglies et The Supervillains ont su accompagner cette année avec une bonne dose de soleil auditif.

L’année est terminée

L’année est terminée depuis quelques jours et sans avoir approfondi l’écoute de ses parutions, mes premiers survols de la compilation Zoo 3 de Slam Disques, le EP de Noël de Goldfinger ainsi que l’album des Québécois de Trendy Five fraîchement sorti terminent cette année en beauté.

J’attends maintenant la nouvelle année avec anticipation pour les sorties de Forus, Adrenalized, Bad Religion, Millencolin, The Offspring, Thousand Oaks, Hate It Too, Our Darkest Days et le prochain EP de Down Memory Lane. J’espère des nouvelles de Lagwagon, LineOut, Mute, Go Great Guns, Good Riddance et Hot Water Music. Chose certaine, 2019 ne sera pas sans belles surprises et productions remarquables.

Voici mes tops de l’année parce qu’il faut arrêter d’en écouter et statuer à un moment donné!

Top 10 LP
1. NerdlingerHappy Place
2. FullcountPart Of The Game
3. The Human ProjectClarion Call
4. PMXClochridgestone
5. TotalfatConscience + Practice
6. PennywiseNever Gonna Die
7. HillviewThe Law of Averages
8. Numero NeroLate
9. ColorsfadeIn Real Time
10. The Mor(R)onsLager

TOP 10 EP :

1. Down Memory LaneRelease
2. Main Line 10The Fox
3. BeerbongFuture Behind Us
4. Fortune Cookie ClubPasser l’âge d’or
5. Red City RadioSkyTigers
6. Arising FromContemplating The Unknown
7. No Real HeroThe Forest
8. Feed The Cat Never Press Rewind. Except…
9. BussieresSunny Side Up
10. HavenhurstGrounded

TOP 10 SKA (Albums et EP):

1. The HolophonicsPhantom Arrival
2. Mad CaddiesPunkrocksteady
3. The InterruptersFight The Good Fight
4. Abraskadabra Welcome
5. Call Me MalcomI Was Broken When You Got Here
6. Left AloneMile High
7. Skaciety Overstaying Our Welcome
8. Bumpin UgliesBeast From The East
9. Stacked Like PancakesStrange Creatures EP
10. Beat the Smart KidsSet Sails

TOP 5 SPLIT :

1. Money Left To Burn / The Affect HeuristicVS
2. Thousand Oaks / One Hidden FrameAntipodes
3. Useless ID / Tarakany!Among Other Zeros and Ones
4. Symphony Of Distraction / 69 EnfermosThey Came from Faster Space
5. Ken Yokoyama / Namba69 – Ken Yokoyama VS Namba69

ÉCRIT : PACO

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s