(Revue) Lancement d’album de Bucky Harris – 6 octobre

Samedi dernier au « Orange Mécaniquesque » Atomic Café, Bucky Harris lançait son nouveau 7’’ Breathing Room. Une soirée accompagnée par les gars psychédéliques de S’cuse et le punk mélancolique d’Oakhearts, trois groupes, trois styles, un spectacle sans temps morts. Ouvrant la soirée, S’cuse fut fort divertissant; éclectiques et absurdes les gars ont un fun contagieux.

Parfois dissonant, parfois de longues interludes musicales hypnotisantes, entre l’utilisation d’un tuyau de plastique pour lier les membres et des interventions humoristiques entre les pièces, S’cuse donne tout un spectacle. Oakhearts a enchaîné avec un punk plus sombre; un mélange entre guitares planantes, qu’on colle plus au son du post-rock, et de rythmes berçants et saisissants à la fois. Le groupe, composé de membres de Young and Lost, Midnights, The Sober Dawn, Powernap, The Nils et Sangomas nous fait passer par toute une gamme d’émotions. Soyez prêts, on attend leur LP d’ici la fin 2018.

Au final, cette soirée était celle de Bucky Harris. Encore une fois toute une prestation. Ces gars-là sont toujours au rendez-vous, on peut lire dans leurs visages et leur gestuelle la passion qu’ils mettent dans leur musique. Michael Wynands capte l’attention avec sa voix unique, nasillarde, puissante et mélodieuse, rappelant par moments Benjamin Kowalewicz; il canalise parfaitement l’énergie donnée par le groupe. Ryan Logan à la basse (et à la production de Breathing Room) se donne corps et âme à ce projet. Supportant la majeure partie des chœurs vocaux, Logan donne le ton avec des lignes de basse percutantes.

David Carpentier-Laberge, aussi de Lost Love, vient mettre la finition à la guitare, livrant des mélodies peaufinées et accrocheuses. Pour sa part, Pierrick Provost complète les cordes en livrant des riffs puissants en plus de transmettre son plaisir à toute la salle. À la batterie, pour la première fois sur disque, Sébastien Grimmond tient parfaitement son rôle de gardien du rythme; solide et percutant, il guide le groupe dans une performance acharnée. Mentions honorables aux harmonies vocales apportées par tous les membres, forgeant le son colossal de Bucky Harris.

ÉCRIT PAR : PHIL VAI

Publié le octobre 10, 2018, dans Musique, Pop Punk, Pop Punk Mélodique, Pop Rock, Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :