(Chronique) Bhatt, un album qui rentre au poste!


  • BHATT

  • BHATT (EP)
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2018 // Genre: HARDCORE

  • /

La défunte formation originaire de Québec, Bad Crow, qui faisait dans le skacore, crust punk, est de retour sous une nouvelle formule. Après avoir sorti Suicide EP au printemps 2017 sous un nouveau nom, Bhatt revient en puissance avec un album éponyme de sept chapitres.

Bien sûr, ils ne font pas que changer de nom, mais aussi de style, ce qui leur va à merveille. Une nouvelle approche très violente et agressive qui flirte avec le punk et le hardcore, mais aussi avec un soupçon de métal qui vient enflammer le tout. Je suis totalement déboussolé tant qu’a l’appellation du genre. Chose certaine, ce n’est pas pour les doux!

La voix criarde s’agence parfaitement avec les instruments, formant un tout uniforme sans paroles compréhensibles (si paroles il y a). Dans plusieurs cas, dont celui-ci, on n’a pas besoin de paroles claires pour exprimer ce que l’échappatoire musical apporte aux musiciens et à son auditoire. Quand j’écoute cet album là, je sens toute la rage du quatuor et ça me fait beaucoup de bien; ça sort le méchant comme on dit.

L’entrée en matière se fait doucement avec une introduction harmonieuse à la guitare. Ça ne durera pas longtemps avant de se faire percuter par une tonne de briques. Vers la fin du Chapitre I, un court solo de guitare me fait penser à Deafheaven. Chez Bhatt, on n’est pas du genre à perdre son temps, l’enchaînement au chapitre suivant se fait très rapidement et de façon totalement efficace.

La seconde pièce est de loin ma préférée. En show, il est facile de confondre les différentes chansons quand on ne les connait pas ou peu. Pourtant, même sans appuis, II est celle qui ressortait du lot à chaque fois que je les ai vus. Son harmonie entraînante a un je-ne-sais-quoi qui m’accroche au passage quand j’écoute l’album.

C’est au début de la suivante qu’on sent la petite touche black métal pour un bref moment. Ensuite, IV, qui ne dure qu’une courte minute et demie, donne un dernier élan de vitesse pratiquement instrumental. Seul le cri final de la chanson nous propulse vers l’interlude tel un saut en longueur qui se dirigerait directement dans un ravin.

La dite interlude, un moment lent et presque relaxant de l’œuvre, se trouve dans une catégorie complètement à part. La texture de l’enregistrement lui donne un air vieillot. Sans distorsion, sans voix et avec l’effet d’un vieux vinyle usé, on se dirige tranquillement vers les deux derniers morceaux qui termineront en beauté l’opus bien monté par le groupe.

Je tiens à souligner qu’au début de VI, les cris du chanteur me font terriblement penser à la voix de George Pettit du célèbre groupe Alexisonfire sur leur premier album. Je ne peux pas vraiment m’en servir comme incitatif pour aller chercher un large auditoire puisque ce n’est malheureusement pas représentatif de l’ensemble.

Au final, si vous aimez la musique trash, intensément bruyante et légèrement décousue, je vous suggère fortement Bhatt que l’on peut trouver sur les plateformes numériques et en cd.

1. I
2. II
3. III
4. IV
5. V
6. VI
7. VII

ÉCRIT PAR : MARCAN

 

Publié le octobre 6, 2018, dans Hardcore, Hardcore Métal, Musique, Punk, Punk Hardcore, Punkcore, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. 1 commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :