(Entrevue) Guerilla Poubelle en 20 questions


  • TILL / GUERILLA POUBELLE

  • [GUERILLA/SLAM/RED SCARE]
  • VILLE: PARIS // PAYS: FRANCE

  • / / /

En juillet dernier, une entrevue avait été enregistrée lors de leur spectacle au Thousand Islands Fest. Malheureusement, la technologie fragile et un petit incident ont fait en sorte que cette entrevue n’a jamais vu le jour et je trouvais donc cela dommage que Guerilla Poubelle n’ait pas eu cette entrevue dévoilée au public. Et comme ils venaient d’une tournée québécoise, je me devais de revenir un peu sur le sujet.

J’ai donc gentiment demandé au groupe de la refaire par l’entremise de Charles de Slam Disques et Till a bien voulu la refaire avec mes questions par écrit et donc, voilà ce que ça donne. D’ailleurs je le remercie du fond du cœur de l’avoir fait même s’ils sont vraiment occupés avec les nombreux spectacles et les heures sur la route ces derniers temps.

1. Vous venez de faire une petite tournée au Québec et vous m’aviez dit qu’il y avait eu un petit pépin avec la van, si je me trompe pas?

Haha oui, on est partis avec un trailer mais il semblait que l’attache sur notre char était un peu basse, l’accroche du trailer tapait au sol, on a dû s’arrêter après une seule minute de route le premier jour pour décharger et répartir le poids autrement dans le trailer pour faire bascule de l’autre côté. Un bon faux départ humiliant ! On a été un peu anxieux à propos de ça toute la tournée mais au final ça s’est bien passé.

2. Sinon, dans l’ensemble de la tournée québécoise, ça s’est bien passé je crois?

Ouais, c’était génial, c’était la 9ème fois qu’on venait au Québec, on a un bon following de gens qui viennent nous voir et un super label, Slam Disques, derrière nous pour nous aider à ce que tout se passe bien.

3. Vous vous approchez de votre 100ème spectacle au Québec, croyez-vous faire quelque chose de spécial pour fêter ça?

Il n’y a rien de prévu encore mais on va s’occuper de surveiller la date exacte pour faire un bon show pour fêter ça le moment venu ! On fête notre 1000ème concert en décembre là à Paris, ça va être une belle fête.

4. Quand vous avez démarré GxP en 2003, pensiez-vous faire autant de millage sur les routes québécoises, j’imagine que vous n’aviez même pas pensé à cela?

Non effectivement, on a toujours un peu pris les choses comme elles venaient, sans trop faire de plan de carrière, même si on a toujours pris ça au sérieux on a jamais trop été dans une démarche plus ambitieuse que ça. Tout est une belle surprise quand tu n’attends rien de la vie.

5. Qu’est-ce que Guerilla Poubelle écoute quand ils sont sur la route?

Personnellement sur la route j’écoute surtout des films sur mon laptop, je peux regarder un ou deux films par jour si on a des longues routes. Un exemple assez cool sur cette tournée : j’ai revu The Shining quand on traversait le parc vers Alma, le temps était gris et le brouillard enveloppait la forêt à perte de vue, le paysage parfait pour l’ambiance du film. Le plus troublant c’est qu’en arrivant au show il y avait une hache qui traînait sur le patio !! Frissons garantis !

6. Vous semblez tellement avoir de plaisir sur scène, est-ce le mot d’ordre pour donner de si bons spectacles?

Je ne sais pas si on donne de bons shows mais c’est certain qu’on prend un maximum de plaisir à le faire. On ne se prend pas au sérieux et on s’amuse à jouer ensemble. J’imagine que c’est communicatif, personnellement j’adore voir la complicité des musiciens quand je regarde un groupe jouer, voir qu’ils ne sont pas à la job mais qu’ils font de leur mieux avec leurs amis. Avec les gars de Guerilla on ne se voit quasiment plus jamais en dehors des shows ici en France, on habite pas dans les mêmes villes, on travaille la semaine, c’est toujours un peu excitant de se retrouver pour jouer des shows.

7. Comment avez-vous apprécié votre passage au Thousand Islands Fest?

C’était cool oui, il y avait plein d’amis à nous qu’on était très contents de voir, même si finalement il n’y a pas eu la foule espérée par les organisateurs l’ambiance était conviviale et on a passé une très bonne soirée oui. Mention spéciale aux petites gamines qui ont dansé comme des folles toute la soirée !

8. Et la cause justement du Thousand Fest, c’est quelque chose qui vous rejoint?

Certainement oui. Le festival était en soutien à L’Ecluse Des Laurentides qui est un organisme qui aide des personnes en position d’exclusion sociale et d’isolement. C’est dommage qu’on ait pas réussi à mobiliser plus de monde autour de cette cause et du festival.

9. Tu fais souvent un discours sur l’anxiété et la maladie mentale, est-ce que tu crois qu’il serait temps qu’on enlève les barrières de notre société face à cela une bonne fois pour toutes?

Oui en effet, il y a encore un vrai problème à parler de ça dans la société et même encore au sein de la scène punk DIY. Ces maladies sont souvent mal diagnostiquées et la difficulté d’en parler autour de soi en étant pris au sérieux pousse beaucoup de personnes à s’isoler et à culpabiliser de se sentir comme ça.

10. Avez-vous déjà pensé par exemple à enregistrer un disque en spectacle, mis à part votre docu sur Punk = Existentialisme?

On en parle peut-être pour notre 1000ème concert. Mais je ne sais pas si c’est une si bonne idée…

11. Comment percevez-vous l’accueil des gens face à votre nouvel album La Nausée?

L’accueil est très bon. Principalement les retours des gens aux concerts, même si notre 1er album demeure le favori de pas mal de fans des débuts, beaucoup de personnes qui nous suivent depuis longtemps me disent que « La Nausée » est leur préféré. C’est assez encourageant.

12. Lors de notre rencontre à St-Eustache vous disiez qu’il y avait plus de gens qui semblaient connaître par cœur les paroles du nouvel album, comment expliquez-vous ceci, que si vite ils le connaissent?

Oui, il semble que beaucoup de monde ont déjà bien écouté ce nouvel album, j’imagine grâce à internet forcément mais aussi grâce au super travail de Slam Disques pour faire parler du groupe et du nouvel album ici au Québec. C’est cool d’arriver ici, de jouer ces nouveaux titres et de ne pas être devant un public complètement perdu face à ces nouveautés.

13. Quel est votre titre favori sur La Nausée, celui que vous êtes le plus fiers d’avoir écrit?

Pfff impossible, c’est trop frais et je n’ai jamais vraiment trop de titre préféré sur aucun des albums…

14- Est-ce que pour vous, La Nausée est votre œuvre la plus aboutie?

Difficile à dire, je ne sais même pas si j’ai envie de faire des disques « aboutis ». C’est un album très spontané, écrit dans l’urgence en quelques jours et enregistré dans la foulée, on est un vieux groupe maintenant, et travailler de cette façon nous permet de rester frais, sincères et impulsifs. C’est fun à faire et ça se ressent à l’écoute je pense.

15. Comment composez-vous vos pièces, est-ce que vous le faites chacun de votre côté et ensuite vous rassemblez le tout lors d’un jam?

On ne compose pas toujours de la même façon, mais là pour « la Nausée » j’avais écrit pas mal de choses, pris beaucoup de notes, emmagasiné quelques riffs. On avait pas pratiqué depuis plus d’un an et on s’est retrouvés juste avant le studio pour mettre un peu tous ces chansons en forme. En finalisant même certaines parties au moment des prises en studio.

16. Tu t’inspires de certains slogans qui peuvent parfois provenir de bouquins, es-tu un lecteur assidu?

Non, plus autant que je l’étais.. Je n’ai plus le temps, ou plutôt, je ne prends plus le temps autant qu’avant.. Mais je fais beaucoup de recherches pour l’écriture des chansons, je relis des passages, je relis des notes que j’avais prises quand j’avais lu certains livres il y a des années, je me documente sur internet. Je fouille et j’approfondis les références qui me viennent spontanément à l’esprit quand j’écris…

17. Comment s’est passé votre accord avec Slam Disques au début de votre histoire au Québec?

On a rencontré l’équipe de Slam en 2005 lors de notre 1ère tournée au Québec, on avait partagé quelques dates avec Eric Panic qui était chez Slam. Ils et elles nous ont tout de suite adoptés dans la famille !

18. Guerilla Poubelle fête ses 15 ans d’existence cette année, comment vous vous sentez face à ce chiffre?

Je me sens vieux 🙂

19. Vous avez encore beaucoup de spectacles à venir?

Oui, toujours, on revient au Canada et aux USA en octobre/novembre là, et après on tourne encore pas mal en France et en Europe.

20. Comment se porte la scène punk en France, est-elle en santé?

C’est difficile, il n’y a plus ce gros engouement qu’on a connu au milieu des années 2000, beaucoup de lieux de concerts supers luttent pour survivre… Mais il y a toujours beaucoup de groupes excellents qui tournent, de promoteurs passionnés qui font vivre la scène dans leurs villes.

21- Je te laisse les mots de la fin, sans censure!

Merci à toi ! Longue vie à Barricade Punk !

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le septembre 30, 2018, dans Musique, Punk, Punk Mélodique, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :