(Revue) Music 4 Cancer, terminer sur une note remarquable! (2/2)

m4c2k18

Le moment que j’attendais depuis l’annonce de leur tournée québécoise, depuis l’annonce de leur apparition sur le festival en fait, c’était là que j’allais enfin voir la formation allemande que j’écoutais depuis longtemps, et que j’allais savourer chaque moment de leur dextérité implacable, enfin Straightline était dans ma face.


Belle et bien réelle, j’allais finalement pouvoir entendre la meilleure chanson au monde de skatepunk technique avec quelques vrilles de métal, Generation Lost. Le moment était presque fantasmagorique, j’étais subjugué, époustouflé, émerveillé, je pouvais enfin la voir de mes yeux cette habileté qui nous bombarde farouchement avec une profondeur franche et provoque la spontanéité fracassante des notes.

Évidemment Straightline fut intense, ce fut jusqu’à présent la meilleure prestation du festival. Ces gars-là savent se donner en spectacle et on s’entend, l’Allemagne est reconnue pour être fêtarde et ils ont fait honneur à cette tradition… Je ne fus sans doute pas le seul à apprécier, les gens semblaient tout aussi bouche bée que moi, le même impact que l’an dernier, quand Adrenalized est venu à Music 4 Cancer. Quel coup solide pour ce festival, d’avoir amené ce groupe cette année.  C’était tout un spectacle, tout un honneur d’y assister.

Chaser aussi était vraiment bon, c’était assurément comme je l’avais imaginé, les musiciens ont donné un très bon spectacle. Le nouvel album Sound The Sirens sonne très bien en spectacle, on aurait dit que l’album était bâti pour des portions de spectacles. Le son ne variait pas tellement, il était assez semblable au disque, pas de débordement, pas d’improvisation. Et c’est correct, ils savent ce qu’ils font et ils le font bien. Ça semble avoir unanimement plu aux gens présents devant la petite scène, qui soit dit en passant était vraiment petite. Je suis vraiment content d’avoir vu les californiens à Sainte-Thérèse.

Les vétérans Ten Foot Pole, non mais quelle prestation solide! J’avais vu Dennis Jagard acoustique avec Chris Del Rio lors du Desbouleaux Fest, mais j’avais infiniment hâte de voir le groupe au complet. Je ne suis assurément pas le seul qui avait baigné dans cette musique lors de mon enfance. Combien de fois nous avons entendu la phrase, je retombe dans mon adolescence? Au moins une bonne centaine de fois juste lors de leur prestation sans compter le avant et après. Oui monsieur, c’était du bon vieux Ten Foot Pole, accrocheur comme dans le temps et nous avons même eu droit à du nouveau! Les gars semblaient être heureux sur scène malgré un petit incident avec la batterie…

Et Dennis était en forme. Parlant de Dennis Jagard, quel être totalement présent pour ses fans, je sais pas combien de gens il a rendu heureux lors de cette soirée juste en leur jasant. Et il n’y a pas juste lui qui est aussi accessible. C’est tout à leur honneur d’être aussi présents pour leurs fans. On peut dire que Ten Foot Pole a grandement confirmé qu’ils avaient encore de quoi à dire et que leur place sur ce festival était une assurance de choix.

Après avoir jasé trop longuement avec quelques membres de formations ici et là dont Bart de Straightline, J-F de Set It Back, Fed ex-My Big Wheel, mon comparse de table Vince (Our Darkest Days) qui était descendu de Québec pour l’occasion avec son acolyte Dan, quelques passent à ma table et j’en passe, j’me suis rendu compte que j’avais totalement manqué la prestation de Pépé et Sa Guitare avec son set hommage au punk rock, mais à voir la réaction des gens qui passaient, ça a dû être quelque chose de très intéressant. Alors, parle, parle, jase, jase, et nous voilà rendus aux suédois No Fun At All. Sachant très bien que ce serait peut-être l’une des dernières fois qu’ils seraient sur scène, j’avais gravement hâte de constater l’impact sur scène que le groupe allait dégager.

Est-ce qu’il allait être à la hauteur de mes attentes, qui je l’avoue, étaient vraiment hautes. J’avais placé la barre peut-être trop haut pour ce que j’avais entendu du groupe. Du bon gros punk rock bien déployé dans nos tympans, un bon sens du spectacle. Mais je croyais entendre plus de vieux succès du groupe et là-dessus je n’ai pas été bien servi. Est-ce que c’est grave? Non, j’ai au moins entendu un classique de Out Of Bounds, In A Moment, évidemment, j’étais heureux d’entendre les chansons du récent album Grit. Solide album. Étais-je le seul à être resté sur ma faim pour cette prestation? Je me le demande car la foule a réagi fortement à chacun des moments de leur déploiement sur la grande scène du festival de la Rive-Nord. Heureux de les avoir enfin vus.

J’avoue avoir été émerveillé par toutes les pièces que Much The Same nous avait garoché dans la face, Stiches, Skeletons, For Those Left Behind, Shattered Pieces, Making Friends, Seasons Change, The Greatest Betrayal, American Idle, What I Know, Masquerade, Conclusion, Snake in The Garden et Wish. Quasiment la totalité des titres qui me font vibrer à un plus haut niveau quand j’ai envie d’entendre Much The Same. C’était complètement fou, un rêve devenu réalité. Cette réunions était vraiment bienvenue.

Et de voir Dan O’Gorman sur scène était quelque chose de complètement malade après un combat miraculeux contre cette maladie, il semblait être vraiment heureux et avait la mine d’un vainqueur. Quel bonheur de voir une personne qui a combattu et donné un second crochet sur la petite scène au cancer. Gunner McGrath ne donne pas sa place sur scène, il déplace de l’air comme c’est pas possible. Much The Same fut sans doute mon troisième gros coup de cœur!

Après quelques grandes respirations, quelques gorgées d’une savoureux breuvage, j’avoue ne pas avoir été prêt à ce qui s’en venait. Goldfinger et le supergroupe dont Mike Herrera (Mxpx), Philip Sneed (ex-Story of the Year), et Cyrus Bolooki (New Found Glory), et je sais pas ce qui s’est passé avec les cuivres habituels du groupe, mais ils furent remplacés par deux membres des Planet Smashers qui ont assuré comme des chefs tout le spectacle. Qui était vraiment grandiose, du pur bonbon pour les gens présents.

Goldfinger a joué quelques pièces du dernier album, mais ils ont aussi entremêlé avec des titres classiques du groupe, un setlist de dieux, du matériel doublement entraînant. Nous avons su vraiment pourquoi le festival avait mis ce groupe pour clore les festivités. Quel coup de maître, un chapeau judicieux, du vrai divertissement qui a mis le feu dans place. De quoi se souvenir longuement de cette prestation endiablée.

John Feldmann est tout un animateur de foule et un solide gaillard sur scène. Convaincre la maman et le papa de l’organisateur Jay de faire du surf sur la foule et de faire dire à la foule, très très fort,  » Fuck Cancer  » était quelque chose de vraiment malade. On doit dire que la fête était pognée totalement, cette bougie d’allumage à ramasser tous ceux et celles qui étaient sur place et quand Superman fut joué, le temps a éclaté totalement, les ballons flottaient partout, les gens chantaient à tue-tête, c’était l’éclate totale dans le stationnement de l’église, ça vibrait de bonheur à un haut niveau, la joie était intense et il fessait bon de vivre à ce moment là. J’avoue que la personne habillée en Superman c’était bien vu. Quelle magie signée Goldfinger, un déclassement total de tout ce que j’avais vu dans ma vie. Du grand spectacle!

Et c’était la fin pour moi. Une fois de plus le corps n’aurait pas suivi pour l’après-spectacle prévu encore une fois.  On m’a dit que j’avais manqué une superbe improvisation avec des membres de Straightline, Much The Same et Ten Foot Pole jouant des classiques punk rock. De quoi me fendre le cœur en deux, surtout quand nous sommes dans le blues de l’après festival. Tu sais le moment où tout revient à la normale et que tu voudrais être encore là avec des gens formidables et avoir du fun comme c’est pas possible, parce que la routine n’est pas toujours évidente par la suite.

Parce que le Music 4 Cancer, c’est plus qu’un simple festival, c’est de l’inégalable. Et chaque moment que j’y passe, je me dis que le travail accompli par les membres de l’équipe et ceux qui y mettent la main à la pâte, est fait pour les gens qui dans mon entourage proche et tous les gens ont succombé à cette maudite maladie… Music 4 Cancer je t’aime plus que tout, tu est ma source de bonheur, mon moment où je me sens vivant plus que jamais et j’ai hâte, je t’attends impatiemment, à l’an prochain mon festival adoré. Une dernière fois… FUCK CANCER!

Et dernière petite chose, chapeau à l’équipe du festival, se faire traiter avec le moindre souci de notre bien-être était quelque chose d’assez apprécié. Se faire offrir de l’aide à tout moment et des rafraîchissements, c’est un détail qui fait la grosse différence des autres organisations. Merci pour tout.

Dites-nous dans les commentaires vos meilleurs moments!

ÉCRIT PAR : DESLO

 

Publié le septembre 24, 2018, dans Événement, Festival, Musique, Punk, Punk Mélodique, Punk Métal, Punk Rock, Ska, Ska Punk, Skate Punk Mélodique, Skate Punk Technique, Skatepunk, Skatepunk Métal, Skatepunk Métal Mélodique, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :