(Revue) Thousand Islands Fest, volet distorsion (2/2)

Du froid, enfin de l’air et plus ambiant. Le Centre d’Art la Petite Église était frais et dispo pour accueillir ce qu’on pouvait appeler comme le deuxième volet du Festival Thousand Islands qui je le rappelle se déroulait le 21 juillet à St-Eustache. J’avais hâte de voir certains groupes depuis l’annonce du festival, c’était comme noël pour moi, puisque je n’avais pas beaucoup vu de spectacles cette année.

Mental Fix a débuté la soirée avec une foule passablement bien remplie. Énergie et punk rock bien envoyé sont les mots-clés de leur performance. Les montréalais avaient du cœur au ventre et ont tout donné pour réussir à bien captiver les gens présents. Je crois que la prestation a été un peu plus courte que prévu, mais quand même assez longue pour apprécier le boulot donné des quatre membres du groupe. J’en aurais pris encore…

Pris avec des petits problèmes de santé dont un manque de souffle plus élevé qu’habituellement, j’ai malheureusement manqué la prestation d’Audio Visceral et le début du groupe suivant. Un petit coup de pompe et j’étais remis et prêt à entamer le reste de Set It Back. Toujours fidèles à eux-mêmes, les montréalais ont envoyé la sauce pour une prestation colorée. Petit saut punk rock et mélodie attrayante firent le bonheur des spectateurs devenus plus nombreux qu’au début. Toujours une joie intense de voir ces gars vétérans de la scène nous envoyer leurs excellentes chansons dont Here And Now.

Le repos était de mise. Cette fois ce furent les jambes qui m’ont lâché avant la prestation de These Fast Times. Je n’avais pas le choix, j’ai dû aller m’asseoir à l’extérieur et manquer en totalité leur concert. L’an dernier ils avaient été fort surprenants, mais mes oreilles cette année me disent (parce que oui nous les entendions dehors) qu’ils étaient une fois de plus à la hauteur des attentes. J’espère me reprendre bientôt.

Down Memory Lane, avez-vous déjà vu cette formation de cinq musiciens en spectacle? C’est vraiment aussi solide que leurs deux disques. Et cette fois, aucune exception à la règle ils étaient au-dessus de ce que j’attendais pour ma sixième fois. Le moment fort a été sans doute After You My Friend de Lagwagon et l’arrivée de Karl Bullet pour rejouer San Dimas High School Football Rules (The Ataris), Bullet était déchaîné sur scène. Un vrai bon spectacle!

J’ai adoré ce que Lost Love et The Penske File ont donné comme prestations fermes. Deux entités de qualité, des choix du festival grandement favorables cette année. Lost Love avait hâte de jouer je crois, ça se voyait dans leurs yeux sur scène dès qu’ils ont entamé les premières notes on aurait dit que la pression venait de tomber. C’était bon de voir Till de Guerilla Poubelle jouer de la basse avec eux pendant un morceau. The Penske File fit du bon boulot pour traîné la foule dans leur fantaisie mélodique, même si la foule mis du temps à répondre.

Prestation de feu et pleine de volonté pour Guerilla Poubelle. Je vous jure que ça déménageait sur scène comme si y’avait 300 personnes dans la place. Les gars étaient dans une forme resplendissante et agités. Till était presque toujours en mouvement et je crois que Paul avait ultra chaud derrière sa batterie pour terminer son set en boxer… Ils nous ont servi une prestation vraiment enflammée avec plusieurs de leurs classiques et quelques nouvelles pièces tirées de l’album La Nausée dont Les Fils Et Les Filles Des Sorcières Que Vous N’avez Pas Brûler, L’Amour Est Un Chien De L’Enfer. Nous avons eu droit aussi à un discours à voix sans micro, avec cœur et intelligence sur l’anxiété et les maladies mentales, sujet encore tabou en 2018, avant de nous transmettre avec brio la pièce Carcassonne.

Se sentant loin du public, les membres de Guerilla Poubelle ont descendu leur matériel au plancher pour être égaux et entourés des gens présents. Une vraie merveille d’entendre Demain Il Pleut, nous avons même eu le droit d’avoir un changement d’instrument, c’est à dire que Till s’est ramassé seulement au chant, Paul à la guitare et Guilhem (Lost Love) à la basse, et par la suite une femme dont le nom m’échappe est venue prendre les rênes de la batterie pendant un moment et une autre au chant quelques secondes, c’était de toute beauté. Et Être Une Femme comme plat final, ça a bien clos un spectacle hallucinant. C’était beau de voir qu’ils semblait avoir un énorme plaisir de jouer ensemble et s’amuser.

Enfin, j’ai passé de très beaux moments lors du festival. J’apprécie grandement ce que l’équipe de Thousand Islands Records a fait et je les remercie d’ailleurs. J’ai eu du plaisir à me tirailler avec certaines personnes pour le fun et jaser avec des gens que je n’avais pas vus depuis longtemps. Ça me manque déjà d’y être à St-Eustache, j’espère avoir droit à une 3ème édition!

Ah ouais, c’était bien de voir des enfants s’amuser sur scène et avoir du plaisir à écouter du punk rock, chapeau au festival pour laisser les enfants s’initier au spectacle. De voir les gens aussi respectueux face à eux, ça devrait jeter une claque aux gens qui ont encore des préjugés face au punk rock…

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le juillet 26, 2018, dans Événement, Festival, Musique, Pop Punk, Pop Punk Mélodique, Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Skatepunk, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :