(Revue) Tagada Jones ou la chevauchée maîtrisée du punk hardcore. – 15 juillet, Montréal

Ce dimanche 15 juillet, les Foufounes Electriques de Montréal se sont faites secouer sans ménagement avec le spectacle de Tagada Jones, groupe français de punk hardcore qui enflamme les scènes depuis 1993.

Fumée ambiante, lumière tamisée, sirènes de police et extraits de discours politiques en fond sonore, avant même leur entrée sur scène, on a l’impression d’être dans une rue en pleine manifestation. On le sait d’avance, avec Tagada Jones, on part au combat et ça va secouer.

Première chanson, Envers et Contre Tous, issue de leur dernier album La Peste et Le Choléra. L’état des lieux est lancé, la soirée sera revendicatrice et révolutionnaire. L’Enchainement se fait ensuite avec Zéro de Conduite chanson issue de leur album Descente aux Enfers de 2011, comme pour montrer que les branches continuent à pousser mais que les racines restent les mêmes. Niko, le chanteur, est en grande forme et nous propose de « rentrer en criss » avec lui. Beau clin d’œil au Québec pour débuter la soirée, et le public répond présent en commençant à s’agiter pour de bon. Les Foufounes, le chanteur les connait bien, il y est venu souvent et il a ses repères.

Le concert s’enflamme au fur et à mesure des chansons aux riffs brutaux et colériques. La Peste et le Choléra, Tout va bien, de leur album Dissident et quand même, pour ne pas oublier qu’on est là aussi pour faire la fête, leur chanson Yec’hed Mad, hommage à la Bretagne natale du groupe. Terme breton qui équivaut au « cheers » local. Elle est là, la force de Tagada Jones. C’est un investissement permanent dans chaque show, comme lorsque l’on mène une lutte.

Niko communique avec les gens sans faux semblants. Sur scène, le groupe donne encore plus de profondeur à sa musique. Les gars se mouillent, dans tous les sens du terme. Ils suent leurs opinions, jusqu’à en enlever leur tee-shirt. Il faisait très chaud aux Foufounes dimanche soir.

Tagada, c’est le métal de l’arme artisanale couplé à la lame punk aiguisée, dans le seul but de couper le souffle et les ficelles qui nous tiennent prisonniers du monde.

Une mention toute spéciale au bassiste Waner, nouveau membre officiel depuis 2014. Quelque chose de mystérieux en lui, d’imposant, voire d’intimidant, un regard et une présence, tout en étant démoniaque avec sa basse qu’il fait virevolter au-dessus de lui. Il apporte au groupe une solide plus-value guerrière.

Le concert a eu également sa partie plus calme, avec la chanson qui prend aux tripes Vendredi 13 du dernier album. Morceau dans lequel ils rendent hommages aux victimes des attentats du Bataclan (salle de spectacle parisienne). Pour repartir de plus belle avec un magistral Mort Aux Cons, incontournable avant de clôturer ce show.

On a passé un superbe moment de liberté éphémère avec les Tagada Jones. Instant salvateur, qui permet d’ouvrir les vannes des colères individuelles, en les exprimant avec eux.

Une rythmique énergique tout du long, on se laisse aller à retrouver notre instinct et ça fait un bien fou dans un monde qui nous formate.

Tagada Jones est libérateur, plus qu’une séance de Yoga. Ce groupe qui apporte toujours ce qu’on vient chercher : un effet miroir de ce que l’on ressent mis en en musique.

Pas de surprise. On les attend, ils sont là. C’était hot, c’était crissement bon.

ÉCRIT PAR : MARJOLAINE MANCASSOLA

Publié le juillet 17, 2018, dans Événement, Musique, Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :