(Revue) Camp Punk In Drublic ; Le festival de Nofx… Sans Nofx! (2/3)

camp-punk-in-drublicL’une des principales attractions du Camp Punk In Drublic était le volet ‘’bière de microbrasserie’’. Les connaisseurs de bonnes broues doivent déjà bien connaître le concept (Très présent au Québec) qui implique l’achat de coupons, en échange de dégustation. Ce volet du Punk In Drublic Fest était bien intéressant et abordable. Dans un espace fermé, les festivaliers pouvaient se procurer un verre de dégustation (3oz.) et 15 coupons pour 17$. Seul problème, cette occasion de boire sans se ruiner était seulement offerte de midi à 16h…Vraiment, l’organisation voulait nous empêcher de nous mettre chaud!


Changement d’horaire en ce samedi, c’est Face to Face qui ouvre la journée devant un parterre presque vide (la majorité profitant plutôt des bières de micro). C’est sous un soleil de plomb, que ces vétérans, ont donné une solide performance d’une durée d’environ 30 minutes. Un peu court pour un groupe du calibre de Face to Face…Qui ont ensuite laissé la scène aux filles de Bad Cop/Bad Cop et au punk celtique de The Real McKenzie.  Malheureusement, l’horaire modifié, me força à mettre de côté certains groupes de la programmation, ce fut le cas de ces deux derniers.

Étonnamment, c’est toujours devant une foule peu nombreuse que le groupe ska Mad Caddies a fait son apparition sur scène, avec les pièces Lay Your Head Down » et bien sûr, Backyard. La fameuse reprise de She de Green Day, qui devrait paraître sur le prochain disque des Caddies (Album de reprises de classiques punks), qui a suivi n’a pas suscité l’engouement désiré chez les fans. Heureusement, les succès plus rythmés du groupe (Tired Bones, Monkeys, Leaving…) ont été interprétés alimentant le circlepit devant la scène. La table était mise pour le skate punk de Strung Out et pour Goldfinger.

Compte tenu du fait que je les ai vus quelques jours plus tôt au Métropolis, j’ai opté pour une visite chez les restaurateurs du site durant la performance des Californiens de Strung Out. Je me suis tout de même rapproché de la scène pour la fin, histoire de voir encore une fois l’énergique performance du groupe, toujours efficace. C’est Goldfinger »qui a repris le flambeau quelques minutes après, devant la plus grosse marée humaine du festival. Quelques pièces plus récentes ont été interprétées avant d’enchaîner avec les classiques Here in Your Bedroom et Open Your Eyes. Mais, c’est vraiment avec la reprise de Linoleum de Nofx interprétée à la perfection (La troupe de Fat Mike n’aurait pas fait mieux) que Goldfinger aient créé le meilleur moment du spectacle, voire du festival au grand complet. En effet, jusqu’à date, aucun groupe n’avait osé se mouiller en interprétant un succès du groupe hôte de l’événement. Le groupe du charismatique John Feldmann a conclu son set avec Superman et 99 Red Balloons.

Ensuite, un problème technique a obligé Pennywise à retarder son arrivée sur scène de près de 45 minutes. C’est donc dans le noir le plus complet, que la formation est montée sur scène, pour interpréter leurs chansons, essentiellement tirées des albums Straight Ahead, Pennywise et Full Circle ». L’excellent Never Gonna Die (2018) a été mis de côté, dommage… Un moment malaisant de la prestation de Pennywise a été une énumération d’artistes punks, où le groupe s’est amusé à jouer seulement l’intro de plusieurs chansons de ces derniers, histoire de faire languir la foule. Bien évidemment, les spectateurs se sont mis à demander des chansons de Nofx créant ainsi la confusion chez les membres du groupe. Malgré une prestation remplie de déjà-vu, ils ont réussi à nous faire passer un bon moment grâce à leurs nombreux succès.

On aurait dit que les spectateurs et les organisateurs de l’événement avaient fait la paix dès les première notes de Suburban Home de Descendents, faisant presque oublier le retrait de Nofx. Fidèles à eux-mêmes, ces vétérans du punk rock Américain ont livré une bonne trentaine de chansons sans réelle interaction avec leur public. Une bonne chose, car Pennywise en avait peut-être un peu trop mis de côté avec des discours sans intérêts. Un autre vétéran du Punk, Jello Biafra », est monté sur scène lors du rappel pour interpréter Police Truck des Dead Kennedys. À ma connaissance, c’est la première fois qu’une telle rencontre avait eu lieu, un beau moment de punk rock pour conclure cette deuxième journée du Camp Punk In Drublic!

Ne manque pas la fin demain…

ÉCRIT PAR : LP

Publié le juin 13, 2018, dans Événement, Festival, Musique, Punk, Punk Rock, Ska, Ska Punk, Ska Reggea, Ska Rock, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :