(Revue) The Interrupters à Montréal

interrupters

C’est dans un Club Soda quasi complet que la maison Greenland Productions en collaboration avec 77Montréal nous conviaient à une soirée ou Pop/Punk et Ska se partageaient la scène. Pour se faire, l’organisation a réuni les formations Goodbye Honolulu, The Regrettes, SWMRS et la formation ska, The Interrupters. En voici le compte-rendu :

GOODBYE HONOLULU + THE REGRETTES

C’est à 19h tapant que la formation canadienne Goodbye Honolulu fit son apparition sur scène. Nouvellement arrivés sur la scène rock populaire et âgés d’à peine 20 ans, les membres du groupe étaient présents pour nous interpréter les pièces de leur premier EP : No Honey. Malgré un son punk quasi inexistant (je leur prédis une participation à tous les festivals indie rock cet été), les jeunes torontois ont eu un bel accueil de la part de la foule déjà bien compacte à l’avant de la mythique salle montréalaise. La dernière chanson jouée par le groupe réussie même à créer un pit, formant le cercle pour le reste de la soirée. Bref, une belle visibilité pour le groupe qui a bien rempli son devoir de première partie, c’est-à-dire : réchauffer la foule.

En deuxième partie du spectacle, le punk au féminin fut très bien représenté avec la formation californienne The Regrettes, venue nous présenter les pièces de leur dernier opus : Feel Your Feelings Fool!. Dès les premières notes de leur prestation, la charismatique chanteuse Lydia Night a su faire lever la foule grâce à son énergie rappelant les performances de Patty Smith ou de Joan Jett dans les années 80. En effet, l’attitude punk fut très bien sentie tout au long du set proposé par le groupe, question d’alimenter le pit qui se voulait de plus en plus imposant au centre de la salle. La prestation se termina avec une reprise de Ballroom Blitz du groupe Sweet; toujours efficace!

SWMRS

Les fans de la formation californienne SWRMS n’ont pas caché leur joie lorsque le groupe est enfin apparu sur scène, nous rappelant qui avait bien deux têtes d’affiche à cette soirée punk. D’abord appelé Emily’s Army (2005-2014) pour ensuite se nommer Swimmers (2015) avant d’adopter l’appellation SWMRS, le groupe se fut connaitre davantage dû au lien de parenté entre le batteur et fondateur du groupe, Joey Armstrong, et le chanteur et producteur Billie Joe Armstrong.

En effet, la célèbre rockstar du groupe Green Day donna un bon coup de main à son fils en s’assurant de la production et de la réalisation des deux premiers disques du groupe soit : Don’t Be a Dick et Lost at Seventeen. Malheureusement, la prestation de vendredi soir comportait uniquement des pièces du dernier opus du groupe, Drive North (seul album sorti sous le nom de SWMRS) beaucoup plus tourné vers le mainstream. Par contre, il est très difficile de dissocier le groupe de Joey Armstrong et celui de son père, dû à la présence scénique du chanteur Cole Becker qui partage les même mimiques, un look vestimentaire similaire rappelant la mode emo d’il y a quelques années, et un discours revendicateur très proche de celui du chanteur de Green Day.

Effectivement, la prestation du groupe était entrecoupée de propos anti-Trump, très gauchistes, prônant l’égalité des droits humains (entre autres ceux de la communauté LGBTQ2+), rappelant les belles années de la tournée American Idiot du groupe de Bille Joe Armstrong. Outre les discours revendiquant tout et rien, pas mal tous les clichés d’un spectacle punk rock étaient présents lors de la prestation de SWMRS : circlepit, mure de la mort, poings levés afin de crier des «Hé! Hé! Hé!…» à répétition, tout était présent pour faire bouger les jeunes fans de la formation dont la plus part en était – sans doute – à leur premier spectacle rock. La table était mise pour accueillir le clou de la soirée, The Interrupters.

THE INTERRUPTERS

Le groupe le plus attendu de la soirée, la formation ska punk The Interrupters, semblait plus qu’heureux d’être de retour dans la métropole québécoise. Il est vrai de dire que la dernière présence du groupe était quand même récente, soit en octobre 2016 dans un Café Campus qui affichait complet. Plusieurs évènements, dont la tournée européenne du Revolution Radio Tour de Green Day, propulsèrent le groupe ska au rang de super star du punk leur permettant ainsi de s’offrir un Club Soda en tant que tête d’affiche.

Le setlist, très similaire à leur dernier passage chez nous, était essentiellement composé des pièces de leurs deux premiers opus soit : The Interrupters et Say It Loud. C’est la pièce A Friend Like Me qui a ouvert le bal pour ensuite enchaîner avec la première pièce de Say It Loud : By My Side. Mais, c’est vraiment avec Take Back the Power que nous pouvons dire que le vrai skank débuta, séparant de façon presque naturelle les fans du pop punk de SWMRS des fans du 2-Tone qu’offre The Interrupters.

Une partie du succès du groupe est sans doute attribuable à la chanteuse, Aimee Interrupter, qui donne toujours une solide performance avec un côté théâtral qui amène la prestation plus loin que le simple concert rock. Reflètant parfaitement l’attitude et le son ska tout au long de la performance, les musiciens ne laissent pas leur place non plus avec un costume de scène rendant hommage au pionnier du ska/punk, The Specials.

Quelques minutes avant la fin du spectacle, les membres du groupe nous offraient en cadeau une reprise de Sound System d’Operation Ivy, bel hommage au genre musical dont ils sont devenus les porte-parole de notre époque ainsi qu’à leur producteur et mentor, Tim Amrstrong.

Ma soirée se termina en compagnie d’un membre de la formation ska montréalaise Kman and The 45’s, qui avait ouvert pour The Interrupters au Café Campus de Montréal quelques mois plus tôt. D’ailleurs, le groupe montréalais devrait nous annoncer une surprise dans les prochains jours, juste à temps pour noël… À suivre!

En conclusion, cette soirée essentiellement composée de groupes actifs depuis moins de 5 ans, nous démontre encore une fois que le punk n’est toujours pas mort…

ÉCRIT PAR : LP

Publié le décembre 6, 2017, dans Indie Rock, Musique, Pop Punk, Punk, Punk Rock, Ska, Ska Punk, Ska Two Tone, et marqué , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :