(Chronique) Y’a des Limites à Faire Dur d’Arseniq33


  • ARSENIQ33

  • Y’A DES LIMITES À FAIRE DUR
  • [INDICA RECORDS]
  • Année: 1996 // Genre: PUNK

  • /

Les années 2010 marquent clairement une séparation entre deux générations de musiciens lorsqu’on parle de musique alternative au Québec. En effet, certain des précurseurs de ce mouvement phare de la culture populaire des années 90 ont tiré leurs révérences au tournant de la dernière décennie. Pourtant, grand nombre de groupe, considérés comme « inactifs », ont repris la route question de faire trasher la belle province à nouveau. Groovy Aardvark, Ghoulunatic, WD-40 et j’en passe… ont rallumé leurs amplis sur une base occasionnelle suite à la demande infatigable des fans. Par contre, WD-40 l’est un peu plus que occasionnelle.

D’ailleurs, un des plus beaux moments de 2016 fut sans doute le grand spectacle organisé pour les 30 ans de la formation de thrash BARF avec comme inviter : Overbass, Anonymus et la défunte formation punk de Beauharnois, Arseniq33. Certains fans présents à cette « grande messe » ont déploré le temps de scène beaucoup trop court de ces derniers. C’est pourquoi, contre toute attente, les 33 ont annoncé une tournée de spectacles qui affichent complet un peu partout au Québec question de célébrer leur 25 ans d’existence. Afin de rendre hommage à ce groupe culte de la musique alternative locale, Barricade Punk vous propose un retour sur l’album phare du groupe : Y’a Des Limites à Faire Dur!

Tout d’abord, une petite mise en contexte est de mise. C’est en 1992, dans leur Beauharnois natal, qu’Arseniq33 (à l’époque Arsenic33) voit le jour. Habité par un besoin de révolte bien propre au début de cette décennie et suivant la trace des Suicidal Tendencies, Voivoid et compagnie, la bande menée par le chanteur et guitariste Yannick Pilon a connu un succès plutôt modeste avec la parution de leurs deux premiers opus : Allégorie Du Pain de Viande (1995) et L’Ignorance C’est le Bonheur (1996). La reconnaissance du milieu underground montréalais arrive avec la parution de l’EP Kronikaninne (1998) contenant les titres : La Télé est Mon Mantra, 000040 Chien ou encore Chanson Courte. C’est également à cette période que le groupe opta pour un costume de scène aux couleurs unis qui deviendra leur marque de commerce anticommerciale. Mais c’est vraiment avec leur album Y’a Des Limites à Faire Dur! (1999) que les 33 connaîtront le succès et leur donnera le statut de groupe culte de la scène rock locale.

Car, il faut se le dire, Arseniq33 propose un son et une attitude anticonformistes bien différent de ceux qui étaient proposés par la majorité des groupes punks de l’époque. Avec une basse et des cuivres bien sentis tout au long de l’écoute, les 33 se qualifieront plutôt comme un groupe de free métal ou bien de hardcore-jazzy. La première chanson de l’album, Autobus-Colère, le démontre très bien en dénonçant la société de surconsommation sur des aires rappelant des styles tels que la polka, le hard rock et bien sûr, le ska.

Nous pouvons retrouver cette sonorité et ce discours à plusieurs reprises lors de l’écoute de Y’a Des Limites à Faire Dur! Avec, entre autre, les pièces Capillaire, Au Secours La Police!!!! ou encore, l’excellente Lasskaoul Kachvaa!. À voir les ressemblances avec Grimskunk sur les pièces Arsenisme et Inévitable, nous pouvons penser que la bande de Franz Schuller et son label Indica Records furent une source d’inspiration pour la formation beauharlinoise.

Le ska punk (Bottes, Coat, Clés), le heavy métal (Arbeit Macht Frei) et la polka (Bonne Nuit, Un nain Fru Mental) sont tous des styles musicaux bien représentés par la formation sur l’album ainsi que sur les autres opus de la formation : Vous Êtes Pas Heureux (2001), Tranquillement les Tranquillisants (2002) et Courtepointes (2005). Il est bon de rappeler que le but premier d’Arseniq33 est de nous faire thrasher au maximum de nos capacités sur des airs festifs et jusqu’à maintenant et, selon moi, ils réussissent à merveille depuis plus de 25 ans.

En conclusion, pour ma part et pour celle d’une grande majorité de mélomanes, nous sommes biens heureux de pouvoir entendre les classiques de cet album culte au court de la tournée Soyez fâchés, restez baveux qui souligne le quart de siècle d’existence d’Arseniq33! Vous pouvez suivre les projets du groupe facilement grâce à la présence active des membres sur les réseaux sociaux (ce qui est parfois rare chez les groupes de leur génération…).

Sur ce, j’aimerais vous rappeler de Dansez, bande de caves!

1. Intro
2. Autobus colère
3. Lâsskaoul Kachvaa!
4. Capillaire
5. Lé P’sssquadous (somnifère)
6. Arbeit Macht Frei
7. Mardi matin (tout nu dans rue avec une tapette à…)
8. Arsenicisme
9. Inévitablement?
10. Épidurale
11. Bonne nuit / Un nain fru mental
12. (cadavre exquis)
13. Vicks
14. Bottes, coats, clés
15. Au secours, la police!
16. 17 crevettes
17. Tabarnak de niaisage
18. S’tugodtakk?

ÉCRIT PAR : L-P

Publié le septembre 26, 2017, dans Heavy Métal, Musique, Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Rock Francophone, Ska Francophone, Ska Punk, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :