(Revue) Une fin de semaine sous l’autoroute chez Envol et Macadam

envoletmacadam

J’aimerais profiter de l’emplacement des premières lignes, où votre attention est à son meilleur, pour souligner l’excellent travail de l’équipe d’Envol et Macadam qui a su attirer les festivaliers plus tôt sur le site comparativement aux éditions précédentes. Un point que j’ai toujours trouvé important et qui, devait être changé pour assurer la continuité de mon événement préféré de Québec.

Je crois fortement qu’il ne suffit pas seulement d’avoir des bons groupes pour qu’un festival soit un succès, il faut être capable de soutenir l’attention des gens plus longtemps que pour deux ou trois têtes d’affiches. Bravo à vous, et maintenant, voici de quoi avait l’air ma fin de semaine sous l’autoroute Dufferin.

Pogo Car Crash Control (6)

Pogo Car Crash Control // © Photo : Dominic Robert

Cette fin de semaine du mois de Septembre à commencé en force avec l’ouverture des festivités à l’Anti Bar et Spectacle, alors que nul autre que le maire Labaume en personne nous a fait honneur de sa présence. C’est un peut plus tard en ce jeudi, que j’ai eu droit à toute une surprise quand le groupe français Pogo Car Crash Control est venu souiller le minuscule stage du Scanner Bistro. En fait, ils ont surpris tout le monde avec une performance des plus endiablé au son punk des plus thrash (ils ont remis l’appareil sur la scène de l’Îlot Fleurie samedi après-midi avec plus d’espace pour être complètement possédé). Rien de mieux pour ouvrir pour Scare qui ne donne pas leur place non plus. Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler d’eux, ils valent vraiment le détour.

Maintenant rendu au vendredi, on pouvait sentir l’effervescence face à cette première journée sur le site principal. Propagandhi, qui était très attendu, a donné une solide performance à la hauteur de leur réputation. Un setlist qui a rejoint tous les amateurs en choisissant deux à trois pièces par opus. Cette merveilleuse soirée a commencé, avec les gars de Portland! suivi par The Hunters qui nous offraient une de leur dernière performance. Puis, Mute ont livré leurs plus récents succès de l’album Remember Death en nous faisant chanter haut et fort. Et quoi dire de H2O, une autre formation qui n’a pas déçu son public.

The Hunters (1)

The Hunters // © Photo : Dominic Robert

Je suis retourné au Scanner pour aller voir Gerbia, qui d’après leur page Facebook, ont eu leur meilleure show en 15 ans. Mais, une autre surprise m’y attendait. Mutant Monster, un trio féminin pop/punk japonais a déménagé les meubles dans une salle beaucoup trop pleine. Un autre groupe à suivre gracieuseté Planetrox.

Dernière journée et non la moindre, j’avais tellement hâte de voir Our Darkest Days que je suis arrivé avant même que les portes ouvrent et ça valait la peine comme toujours! On peut dire que ça a été ma première «file d’attente» pour Envol. Je ne passerai pas tous les bands un à un, parce qu’ils étaient tous bons et en forme. Comme je l’ai mentionné plus haut, les gens se sont déplacés et ont profité du site très tôt ce qui a mis une ambiance festive dès le début de cette journée ensoleillée.

Un de mes coups de cœur va à Voodoo Glow Skulls et leur chanteur remplaçant, Efrem Schulz de Death by Stereo. Une énergie et une prestance si intense, qu’on aurait pu croire qu’il a toujours été le «frontman». Ma déception va à Guttermouth pour un spectacle instable et dénué de saveur. Bien sur que je savais à quoi m’attendre, on dirait qu’avec les performances qu’ils donnent depuis quelques années, ils se rapprochent de leur retraite.

La grande finale fut dansante grâce à Streetlight Manifesto qui nous on donner tout un party. Il y a vraiment qu’avec de tel artiste que l’on peut voir une aussi grande foule danser sans arrêt. Pour les amateurs de hardcore, la grande finale était avec les gars de Boundaries. Encore une fois la salle était pleine à craquer et il y avait de l’électricité dans l’air.

Streeetlight Manifesto (12)

Streetlight Manifesto // © Photo : Dominic Robert

Moment Marcan : Le gars qui est sortie des toilettes en courant et qui a du finir sont pipi dans ses shorts parce qu’il ne voulait pas manquer la tune Somewhere in the Between de Streetlight Manifesto.

Voyez les photos du 8 septembre et celles du 9 septembre à Envol & Macadam.

ÉCRIT PAR : MARCAN

Publié le septembre 12, 2017, dans Musique, Pop Punk, Pop Punk Mélodique, Punk Francophone, Punk Mélodique, Punk Métal, Ska, Ska Punk, Skacore, Skate Punk Mélodique, Skate Punk Technique, Skatepunk, Skatepunk Métal, Skatepunk Métal Mélodique, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :