(Revue) YOFO Fest : Le petit nouveau de la famille.

yofo-ban

On est en 2017 et tu m’annonces un nouveau festival punk, hardcore et métal. Ma première réponse va être : « Ils sont fous raides!!! » Pourquoi un autre, quand maintenant chaque ville est équipée d’un festival? On aime-tu vraiment ça se manger la laine sur le dos au Québec? Après la fin de semaine que je viens de passer au YOFO Fest de Lévis, j’en suis venu à me dire que finalement, la décentralisation de l’événementiel est un atout majeur pour plusieurs.

Voyons voir cette fin de semaine.

En ce vendredi ensoleillé sur Lévis, j’arrive à destination après 15 minutes de marche avec mes amis depuis le motel le plus près. Première remarque, j’entends le bruit du haut de la colline qui donne sur le Cluster Bar : «On est isolé, j’aime ça!» L’endroit est loin de tout, avec un «parking» aménagé par l’équipe du festival comme salon extérieur. Je m’explique, un bar, un casse-croûte, des tables, les tables de merch, etc. Pour ce qui est des shows, tout se passe à l’intérieur. Un «set-up» des plus parfaits pour une première édition qui se veut consciente des épreuves d’un  nouveau festival. Sans jamais se vouloir trop gros pour un départ toujours incertain, l’équipe tout entière a su être des plus professionnelles.

Une programmation entièrement québécoise qui, comme je l’ai dit plus haut, est une sécurité assurant les finances pour un bon départ. Vendredi plus punk-rock/hardcore et samedi,  un brin plus agressif, voir métal. Un détail qui est très apprécié par les gens qui préfèrent participer à une seule journée. On ne s’en cachera pas, les amateurs d’Anonymus ne chanteront pas les classiques punk-rock  des années ‘90/’00 que la formation Punk Rock High a servi le vendredi dans la nuit.

Comme à chaque fois, je suis désolé de ne pas pouvoir passer tous les groupes qui ont participé à cette première édition du You Only Fest Once. J’ai vu que des prestations digne de mention, seule la mise en page me barre la route, je vais donc y aller avec mes coups de cœur.

Cette fin de semaine débute avec quelques groupes que j’apprécie particulièrement de  la scène locale; Hate it Too : le band qui a le plus beau son dans le skate-punk technique. Une touche due à leur bassiste Stéphane Simard qui amène le punk à un nouveau genre. Puis, les gars d’Our Darkest Day qui rende leur nouvel album encore plus intense en show, c’est à se demander comment c’est possible.

Bien sûr, la grandiose formation Mute, la tête d’affiche de cette soirée mémorable, a enflammé la place comme à l’habitude.  Matt Kapuszczak a assuré sa place en tant que nouveau guitariste comme s’il avait toujours été là. Comment finir un party en bonne et due forme me dites-vous? Avec Punk Rock High, les maîtres du cover.

Mhedved fut ma plus grande surprise du festival. Après avoir vu leur nom à plusieurs reprises, j’étais intrigué. Mes attentes ont été défoncées par un son des plus déjanté et ravageur. Les gars ont fait une performance à la hauteur de leur talent dans le hardcore à saveur punk. Divinations, qui font dans le rock/stoner/vieux-métal est une découverte incroyable, un son qui donne le goût de le mettre dans le tapis pour en sentir toutes les vibrations.

Le plus grand succès du YOFO 2017, Feels Like Home, le band de métalcore local a eu droit à une foule monstre pour une performance monstre. Les champions du genre ont gâté leurs fans avec une puissance qui a fait «shaker» le plancher et les murs, en faisant sauter la foule. Même que j’ai eu droit à mon premier «wall of death»  dans un bar. Pour ce qui est de la légendaire formation métal, Anonymus, ils en ont offert de toutes les couleurs aux festivaliers qui venaient des quatre coins du Québec pour les voir.

Deux fois bravo à toute l’équipe, autant pour l’organisation que pour les bénévoles et les groupes qui ont fait un succès de ce party que je me souviendrai toujours. Pour l’édition 2018, je souhaite vous voir, VOUS qui supportez la merveilleuse scène locale.

Moment Marquant :

Un membre d’un groupe que je ne nommerai pas a été obligé de raconter une anecdote  humiliante de décente de pantalon sur stage en moment de commando devant un vidéo live produit par l’équipe du YOFO. Désolé mec, j’ai une grande «yeule» avec une couple de verres dans le nez!

ÉCRIT PAR : MARCAN

 

Publié le juin 17, 2017, dans Hardcore, Hardcore Breakdown, Hardcore D-Beat, Hardcore Mélodique, Hardcore Métal, Métal, Musique, Post-Hardcore, Punk, Punk Hardcore, Punk Rock, Skate Punk Mélodique, Skate Punk Technique, Skatepunk, Skatepunk Métal, Skatepunk Métal Mélodique, Thrash Métal, et marqué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :