(Entrevue Spécial Pouzza) Union Jack, l’entrevue avec Tom & Ben


  • TOM & BEN / UNION JACK

  • [GUERILLA ASSO/BEER RECORDS]
  • VILLE: PARIS// PAYS: FRANCE

  • / / / /

Pour la venu d’Union Jack, j’ai décidé de m’entretenir avec la formation française le temps de quelques questions. Ils ont été très aimables de répondre à mes questions et je les remercies pour le temps qu’ils ont bien voulu prendre. Ne manquez pas le passage de la formation au Pouzza Fest le samedi 20 mai à 17h30 au Foufs 2.0!

1- Union Jack représente le mouvement bad ska depuis combien d’années?

Tom : Ça fait 20 ans cette année que le groupe a commencé à jouer ensemble.

2- Brièvement, en vos propres termes, qu’est-ce que le Bad Ska pour les non-initiés?

Tom : Le Bad ska était le style qui nous semblait le mieux coller quand on a commencé à jouer il y a quelques années, où on mélangeait le punk et le ska avec des sonorités assez mélancoliques, en fleuretant dans les tonalités mineures (ça, ça parlera plutôt aux musiciens !) plutôt que du côté festif du ska.

Ben : on y a également intégré des influences hip hop, et avec le temps aussi des côtés plus pop ou Rock & Roll

3- Vous entamez une grosse tournée du 17 mai au 9 septembre avec plusieurs dates chaque mois à l’exception de juillet, comment Union Jack se sent sur la route habituellement ?

Tom : Heureux, heureux de faire ce que j’aime le plus, de voyager, rencontrer des personnes merveilleuses, ouvertes, généreuses, partageant les mêmes valeurs humaines et de jouer notre musique. Voir les gens se sentir bien, sourire, rire, partager, passer une bonne soirée avec notre musique est une sensation merveilleuse.

Ben : les tournées sont toujours un moment exceptionnel, ça permet de se retrouver en groupe et de faire de belles rencontres. On est vraiment heureux de pouvoir le faire dans des coins aussi cools que le Canada.

4- Qu’est-ce que vous appréhendez durant votre passage en sol québécois?

Tom : De ne pas avoir envie de le quitter !

5- Est-ce qu’il y a une histoire de coup de coeur en Union Jack et la ville de Québec?

Tom : Le coup de cœur est valable pour de nombreuses villes au Québec dans lesquelles on a eu la chance de jouer. Le coup de cœur est surtout pour les québécois et leur exceptionnelle gentillesse et sens de l’accueil. Nous avons beaucoup d’amis maintenant ici alors c’est toujours un bonheur de revenir.

Ben : on a gardé des excellents souvenirs des tournées précédentes et des gens qu’on y a rencontré, c’est pour ça qu’on est impatient d’y revenir !

6- Combien de fois avez-vous jouer au Pouzza Fest?

Tom : ça sera notre dépouzz-lage cette année !

7- Et cette année votre prestation au Pouzza représente quoi pour Union Jack?

Tom : ça va être chouette de croiser des tas de groupes et de public sur ces quelques jours, j’ai hâte de voir à quoi cela ressemble, ne connaissant pas, on va découvrir.

Ben : on est ravis d’y jouer pour la première fois, et on ne pouvait pas trouver mieux pour marquer le début de la tournée au Canada. Impatient aussi de voir les autres groupes à l’affiche !

8- Vous avez sorti votre nouvel album Supersonic au début de février, est-ce l’album dont vous êtes le plus fière d’avoir sortie jusqu’à présent dans votre carrière?

Tom : Nous avons travaillé dur, plus de 2 ans de préparation pour créer ces 14 titres, 7 mois sur l’artwork, donc ce fut une gestation longue et le résultat nous plait bien, je pense que cet album comporte de vraies bonnes chansons.

Ben : oui, ça a été un très long travail mais le rendu est à la hauteur de ce qu’on espérait. L’idée, c’est de toujours faire mieux que les fois précédentes et je pense qu’on y est parvenus.

9- Qu’est-ce qui le différencie des autres albums d’Union Jack?

Tom : C’est le premier disque où Antoine joue avec nous et il a su apporter son swing rock &roll et puissant. En tant que musicien, on évolue, on essaie de ne jamais se répéter, d’explorer, de travailler encore plus les mélodies, et puis putain cette pochette, c’est une vraie œuvre d’art !

Ben : il y a aussi sans doute plus de mélodies et d’arrangements encore que sur les autres albums. On a toujours fait des projets collaboratifs, mais sur cet album il y a pas mal de gens qui sont venus apporter leur touche à notre musique et ça lui apporte une autre dimension.

10- Est-ce que vous vous avez pris différemment des autres albums pour enregistrer l’album Supersonic ou vous êtes restés fidèle à vos habitudes?

Tom : On est allé enregistrer ça dans un studio différent des précédents et on était dans de vraies bonnes conditions avec les bonnes personnes pour faire ce disque. L’enregistrement est pour nous une phase assez physique, donc se sentir dans un environnement dans lequel on se sente bien est quelque chose d’important. Et Romtomcat est juste le gars idéal pour enregistrer, il est pro, zen, concentré, sans jamais faillir, c’est le gars dont on avait besoin et humainement on l’apprécie aussi beaucoup, c’est un ami avant tout.

Ben : C’est vraiment notre meilleure expérience et nos meilleurs souvenirs de studio, pour toutes les raisons que Tom vient de décrire. On a aussi beaucoup maquetté les morceaux avant d’aller en studio.

11- Le morceau Zoo Humain traite un peu de la lutte pour la condition féminine, est-ce important pour vous l’égalité homme-femme?

Tom : Assurément ! C’est pour nous d’une viscérale évidence, et je suis attristé d’entendre, de voir à quelle point certaines personnes, certains pays peuvent être à ce point rétrogrades.
On devrait leur faire comprendre à grands coups ciseaux aux couilles à ces gros cons de machos à qui le respect de la femme n’a jamais été appris.

Ben : oui, c’est un sujet primordial, et c’est fou de constater la lenteur de l’évolution des mentalités sur ce point. C’était important pour nous de faire un morceau sur ce thème qui nous tient vraiment à cœur.

12- En quoi la scène parisienne est si différente qu’à vos début en 1997?

Tom : La moyenne d’âge de la scène à cette époque était plutôt jeune, il y avait une vraie effervescence en termes de public, de groupes qui se créaient. Aujourd’hui une partie du public a vieilli et reste fidèle mais les jeunes ne sont plus les plus nombreux aux concerts, ça manque de sang neuf. Pourtant je pense qu’il n’y a pas mieux quand t’es adolescent que de prendre une guitare, de faire de la musique avec tes potes et de sortir aller voir des concerts et ce qu’est la vraie vie.

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le mai 18, 2017, dans Bad Ska, Musique, Ska, Ska Punk, Ska Rap, Ska Reggea, Ska Rock, et marqué , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :