(Chronique) Family Meeting, une entrée en la matière qui se remaque


  • FAMILY MEETING

  • NO ONE CARES ‘TIL YOU’RE DEAD
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2017 // Genre: PUNK MÉLODIQUE

  • / /

Family Meeting se sont forgés par pure passion en décembre 2015 dans la mégalopole du Canada, Toronto.  Trois des membres, en occurrence Nick Navrotski, Steve Ferreira et Brian Brodie, ont fait leur classe dans  la défunte formation IVS. Ces deux derniers noms figurent aussi dans l’épanouissement de la formation Overtime Heroes. Les autres membres sont Davey Knight et Josh Riley, qui vient d’Australie et qui s’est nouvellement installé dans la ville ontarienne.

Le contenu de la mélodie est constamment présent dans ce premier opus des Torontois. Ils semblent être en mission avec la quête de transmettre et de transposer leur structure harmonique à l’aide d’une habile mélodie parfaite et représentative de l’ouvrage acheminé vers nos oreilles. Les arrangements de son et les riffs de guitare exécutés successivement constituent simultanément de respectables accords. Les efforts constants sont à la fois complexes, honnêtes et quand même techniques.

Presque chacune des pièces débute tout en douceur avec un punk rock qui effleure quasiment les notes pop punk (It’s Turbo Time, Bring A Friend To Work Day), puis, soudainement, leur musique accélère la cadence pour sortir le skatepunk typique et rapide, celui qui agrippe l’auditeur et l’incite au hochement de tête. D’autres fois, c’est le monde à l’envers, le contraire qui se passe, comme sur Never Don’t Give Up et Smell Like Cheap Spirit. Ils sortent les canons en premier lieu, les riffs qui se situent à quelques enjambées entre le post-hardcore du début des années 2000 fin 90′ et la fine dose de métalcore, sans appuyer lourdement sur l’accélérateur.

Le chant est régulièrement agréable, d’un ton clair, presque pop, mielleux. Il va de soi de dire qu’il est d’une grande qualité. La voix constitue une parfaite symbiose et chevauche les paroles tel un cavalier ayant le parfait contrôle de sa monture galopant à travers la prairie. C’est du pur bonbon, l’arme parfaite pour faire fondre les femmes…

Une autre force qu’il est impossible de ne pas remarquer à l’écoute du disque est la production. On ne peut s’empêcher de dire qu’elle est impeccable et que rien ne semble être improvisé. Elle est orchestrée par Sam Guaiana de Room 21 Sound, connu à Toronto pour avoir travaillé avec des groupes comme We Were Sharks, Like Pacific, Heavy Hearts, Coldfront et j’en passe. Bref, des groupes qui ne vous disent sûrement pas grand-chose.

En conclusion, il ne faut que quelques écoutes pour savoir apprécier à sa juste valeur ce premier effort musical de Family Meeting, No One Cares ‘Til You’re Dead (EP). Le groupe peut garder la tête haute et être fier de ce disque. Je crois que ce EP prendra quelques galons, sans le moindre effort, dans un avenir proche auprès des auditeurs friands de ce style musical; vous allez y adhérer facilement. C’est sur Bandcamp dès le 28 avril et faites-vous plaisir, gâtez-vous avec ce disque canadien.

1. It’s Turbo Time
2. Bring a Friend to Work Day
3. The Pursuit of Crappiness
4. Never Don’t Give Up
5. Smells Like Cheap Spirits

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le avril 27, 2017, dans Musique, Pop Punk, Pop Punk Mélodique, Post-Hardcore, Punk, Punk Métal, Punk Rock, Skate Punk Mélodique, Skate Punk Technique, Skatepunk, Skatepunk Métal, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :