(Chronique) Crash Ton Rock, un retour parfait!


  • CRASH TON ROCK

  • Volte-Face
  • [STOMP RECORDS]
  • Année: 2017 // Genre: PUNK FRANCO

  • / / /

Si certains albums demandent quelques écoutes avant de vraiment les apprécier à leur juste valeur, d’autres séduisent dès les premières notes et deviennent rapidement des incontournables.

Volte-face, le nouvel album de Crash Ton Rock, fait définitivement partie de la deuxième catégorie. On parle ici d’un disque de très haut niveau qui nous accroche dès le début, nous tient captifs tout au long des chansons, et se termine seulement lorsque nous en voulons encore plus.

Je ne suis probablement pas le seul qui attendait avec impatience ce nouvel album de la formation jonquièroise puisque cinq longues années se sont écoulées depuis la parution de Cheval de Troie, le dernier album du groupe.

Soyons honnêtes, cinq ans, c’est long! Mais c’est aussi l’occasion de peaufiner son son, sa musique et ses textes, et c’est exactement ce qui se dégage de Volte-face. Le tout semble être le fruit d’un travail acharné où tous les détails ont été bien pensés.

Contrairement à plusieurs albums qui sont proposés de nos jours, je trouve que celui-ci s’écoute merveilleusement bien, dans l’ordre, du début à la fin. Ici, il faut lâcher son «shuffle» et apprécier la proposition qui nous est offerte…

Volte-face commence sur les chapeaux de roue avec L’Ennemi, une chanson qui, étrangement, me rappelle l’univers du vieux Against Me! Pas nécessairement au niveau de la musique, mais peut-être un peu à cause du texte qui explore les thèmes de l’amour, de la révolte et de la désillusion. Ce sont d’ailleurs des thèmes très bien exploités que l’on retrouvera tout au long du disque.

On poursuit ensuite avec Balle perdue, un autre morceau musicalement impeccable, au texte introspectif, où l’on sent que Jonathan Tremblay nous invite dans sa tête. Un regard possiblement lucide et direct sur des épisodes de la vie où l’on peut aussi se retrouver avec des passages tels que «J’ai un bon fond, oui mais, je serai jamais un ange…j’alimente mes regrets plus que je nourris mes chances ».

Vous l’aurez compris, les textes sont plutôt sombres, mais demeurent fort intéressants. Il n’y a rien de joyeux, mais, étrangement, cela nous fait du bien. Peut-être est-ce ce sentiment de ne pas être seul, peut-être est-ce simplement la musique qui englobe tout ça qui vient mettre un baume sur les blessures et les colères, mais Volte-face fait réellement du bien.

Aux thèmes de l’amour et de la désillusion s’ajoute celui du combat. Combat contre ses démons, contre les problèmes de consommation, voire contre la dépression. Des phrases lourdes de sens comme celle-ci, tirée de Lastcall : «quand même te comparer au pire n’allège plus la raison, y faut résister aux tentations du diable qui crient ton nom». Ou encore ce passage de la chanson Le monstre : «Je suis plus capable de me regarder en face, y’a un monstre qui a pris possession de ma carcasse».

On passe aussi aux difficultés d’être musicien, à la désillusion et à la déception de la scène musicale avec Filles de joie, l’une des meilleures chansons de l’album.

Ceci dit, tout n’est pas noir et les trois dernières chansons (Encore en vie, Combat et Notre histoire) nous livrent un peu d’espoir. Le combat n’est peut-être jamais terminé, mais ça vaut le coût de s’accrocher.

Je vous ai beaucoup parlé des textes, mais au niveau musical, Volte-face est tout aussi intéressant. Déjà, si vous aimez le son de Crash Ton Rock, vous ne serez pas déçus. Ce nouvel album est directement dans la lignée de ce que nous proposait la formation par le passé.

À cela s’ajoute toutefois une nouvelle touche, celle de Guillaume Beauregard (Vulgaires Machins) à la réalisation. Cela peut s’entendre de manière subtile dans certains refrains qui nous rappellent vaguement le son que l’on peut retrouver sur Compter les corps. Je trouve que cela est très bien amené et ne dénature aucunement le son de Crash Ton Rock. Au contraire, ça lui amène une certaine profondeur agréable à écouter. Bref, Volte-face marque un très grand retour tout à fait réussi pour Crash Ton Rock. L’album sort le 12 mai prochain, chez Stomp Records, et je suis convaincu qu’il deviendra rapidement l’un de vos favoris.

1. L’Ennemi
2. Balle Perdue
3. Novembre
4. Cul Sac
5. Le Monstre
6. Lastcall
7. Brûle le Québec, Brûle!
8. Filles de Joie
9. Encore En Vie
10. Combat
11. Notre Histoire

ÉCRIT PAR : ÇA TIRE!

Publié le avril 15, 2017, dans Musique, Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Rock Francophone, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :