(Chronique) Isotopes, l’album le plus important de leur histoire?


  • ISOTPES

  • 1994 WORLD SERIES CHAMPIONS
  • [STOMP RECORDS]
  • Année: 2017 // Genre: Punk Rock

  • / / /

Où en est rendu notre groupe de punk sportif favori deux ans après la sortie de Nuclear Strikezone? Est-ce qu’il est encore aussi en forme que pour les disques précédents? Est-ce qu’il cogne encore des coups de circuit avec sa musique inspirée tout droit des Ramones? Oh que oui! C’est même quelques grands chelems frappés avec le désir de vaincre; du vrai bon baseball punk. Les Isotopes récidivent cette année avec l’album 1994 World Series Champions.

Afin de vous mettre un peu en contexte, surtout pour ceux qui sont moins familiés avec le groupe, les Isotopes sont originaires de Vancouver (Colombie-Britannique) et sont maintenant établis à Louisville, au Kentucky (États-Unis). Huit ans après leur formation au Canada, en 2015, ils ont sorti leur premier album Nuclear Strikezone sur Stomp Records. Ils avaient quand même sorti auparavant quelques EP, vinyles 7 pouces et simples chez Red Scare Industries et 643 Records. C’est d’ailleurs sur Red Scare qu’ils s’autoproclament « World’s Greatest Baseball Punk Band ». Ils forment toute une équipe.

Si le nom ressemble à celui de l’équipe de baseball des Simpsons, la musique est inévitablement comparable à celle des Ramones, avec les 3-4 accords sur le « speed » parce qu’ils sont un peu plus rapides. Comme musique dans la même veine, celle de Teenage Bottlerocket n’est pas à écartée non plus. Une guitare aux riffs et aux accords bien équilibrés et typiques du pop punk, un tantinet punk rock, une basse qui sait se faire entendre sans être obligée de faire des surplus de notes fantastiques, une batterie qui supporte splendidement le rythme : que demander de plus? Et même si le ton de voix est particulier et peu commun, je dois quand même avouer qu’il se rapproche de celui de Leonard Graves Phillips du groupe The Dickies, un groupe punk formé à la fin des années 70.

Quant au titre du disque, il fait référence au fait qu’en 1994, il y a eu une grève des joueurs du baseball majeur, donc aucune série mondiale… 1994 World Series Champions garde quand même la fascination du groupe pour ce sport appelé le quatrième passe-temps favori de l’Amérique. D’abord, une des excellentes chansons est sans doute Legend of George Brett qui traite évidement du joueur de troisième but qui fut élu joueur par excellence de la ligue américaine en 80 et gagnant de la mondiale en 85, avec les Royals de Kansas City. Rule 21 est une superbe pièce dont le sujet est projeté sur la réglementation de l’inconduite sportive, qui stipule qu’il est interdit que toute personne ou tout joueur lié à un club promette ou accepte de perdre intentionnellement et qu’un tel geste est soumis à des sanctions, y compris l’expulsion permanente.

Aussi, Psycho at the Sandlot parle d’une imaginative tuerie de tous les enfants qui se moquaient de Scotty Smalls dans le film de 1993, Les petits champions (The Sandlot); c’est vraiment bon. Il y a Jose Conseco et son histoire qui est racontée rapidement dans Gold Scorpion Gun. Dans D.O.A., qui n’a rien à voir avec le groupe du même nom, on parle plutôt du défunt joueur Jason English. Dans cette pièce, le groupe rend hommage à l’incident qui est arrivé au joueur et à son chien d’une belle façon. Bref, les titres d’Isotopes ont tous une histoire qui vient chercher l’auditeur en toute simplicité tout en demeurant agréables à l’écoute. C’est marquant.

Le seul gros bémol de ce disque est que moins de vingt minutes (19 minutes 8 secondes au total), c’est cours en maudit. Mais quand on accroche au disque, il est carrément difficile de ne pas l’écouter en boucle plusieurs fois. Ça ne l’empêche pas d’être un excellent album pour autant. Il est amusant d’écouter ce solide album pop punk d’un bout à l’autre.

C’est donc un disque de 9 manches (et une prolongation, 10 pièces au totale) relevantes et bien divertissantes. On peut aussi dire que c’est une nouvelle saison (2e disque complet) réussie et que les coups sûrs sont bien placés pour faire de l’album un gagnant-gagnant, une suite favorable de Nuclear Strikezone. L’album sera disponible le 14 avril prochain chez Stomp Records. Et si vous avez apprécié le disque précédent, celui-ci vous plaira certainement. Il en vaut vraiment la peine!

1. What We Do Ain’t Secret
2. D.O.A.
3. Legend Of George Brett
4. Indian Summer
5. Psycho At The Sandlot
6. Morganna
7. Rule 21
8. Rochelle Rochelle
9. Gold Scorpion Gun
10. Sandlot Party

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le avril 4, 2017, dans Baseball Punk, Musique, Pop Punk, Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :