Top 10 de groupes punk menés par des femmes

punkgirls

Afin de ne pas courir le risque de me répéter sur le sujet comme dans mon article d’il y a deux ans, qui portait sur les groupes locaux composés entièrement de femmes et qui comportait un peu d’histoire sur les fortes personnalités du milieu et du mouvement musical, j’ai décidé cette année d’orienter mon texte autrement. Cependant, je vais réaffirmer haut et fort qu’une femme sur scène, c’est beaucoup plus attrayant qu’un homme. Et par le fait même, elles savent elles aussi nous rocker la face solidement.

Depuis plusieurs années, j’écoute des tonnes de groupes punk masculins, parmi la minime parcelle de disques de formations composées de demoiselles. L’une de mes premières découvertes a été un coup de cœur foudroyant pour la pièce Throwin’ It Away des Lunachicks dans la fameuse compilation World Warped III Live, au début des années 2000. Le nombre de fois où elle a joué à répétition dans mon lecteur de disque Sony portatif est juste incalculable. Puis, l’album Pretty Ugly a pris par la suite une grande place dans ma vie. Et j’ai découvert les Donnas, Bikini Kill, Soviettes et compagnie pour aboutir vers les Distillers et la fameuse Brody Dalle avec le malheureux dernier disque, Coral Fang. Mais aucune de ces formations n’allait me préparer à ce qui allait se forger un chemin dans mes conduits auditifs et mon coeur comme l’ont fait les Horny Bitches

Aujourd’hui, c’est la journée de la femme. Je vous convie donc à mon top 10 de meilleurs groupes de tous les temps formés par ces dames, les importantes de la scène punk. Je vous rappelle qu’il se peut que vous n’ayez pas le même top, et c’est correct. Prenez en considération le fait qu’il n’est pas obligatoire que le groupe soit entièrement formé de femmes, mais plutôt qu’il doive compter une chanteuse principale. Aussi simple que ça comme règle! J’aurais aimé mettre Indecision ou Most Precious Blood, mais comme Rachel Rosen ne chante pas, ce sera donc pour un autre texte.

1 – Lunachicks

Quatre New-Yorkaises, la fin des années 80, armées de leurs couettes : les Lunachicks étaient toujours prêtes à vous rocker la face d’un punk rock fortement influencé par les Ramones. Cependant, à l’écoute, on décèle qu’elles avaient leur propre son : parfois lourd et intense, tantôt danse et chaotique. Les premiers clips étaient un peu grotesques. Theo Kogan était affreuse et pourtant, elle fut modèle pour Calvin Klein et actrice dans Rock Star, Zoolander et quelques autres films, et elle a même fait quelques apparitions dans des séries, dont La Lois & L’Ordre : Crimes Sexuels. Néanmoins, le groupe a été terriblement marquant pour moi, et Pretty Uggly, comme je l’ai mentionné était indescriptible; un son parfait pour le petit agité que j’étais. Mine de rien, les Chicks ont mis fin au groupe en 2000, après six albums en studio, deux EP et six simples.

2 – The Horny Bitches

Sûrement influencées par Lunachicks et Civet, The Horny Bitches furent sans aucun doute l’une des formations les plus marquantes de la scène locale au Québec dans les dernières années, et ce, dès leur entrée en scène avec 13 Reasons to Fuck en 2010. Il était clair que les quatre demoiselles n’allaient pas s’en laisser imposer et allaient foncer avec ardeur, la tête haute pour prendre leur place au sein d’une scène principalement formée de garçonnets. Le second disque, Heart & Guts, ne fit que confirmer l’imposante bête musicale qu’elles sont devenues. Incontournables dans mon coeur, elles le seront éternellement.

3 – The Distillers

Brody Dalle, Brody Dalle, Brody Dalle, Brooody Dalle. Dotée d’un charme emblématique qui fut conquit pendant quelques années par Tim Armstrong, elle avait également un talent inusité pour la musique. Elle a formé The Distillers en 1998 et pris une pause indéterminée en 2006. Le second disque, Sing Sing Death House, sorti en 2002, a quand même atteint la 29e position aux Billboard Charts américain, et Coral Fang fut certifié platine. Même si le son des Distillers était fait dans la plus pure tradition et l’esprit punk rock, il est clair que le groupe grunge Hole (et Courtney) a été une influence musicale pour Madame Dalle. Son projet solo en est la preuve.

4- All For Nothing

Il ne faut que quelques secondes pour convaincre quiconque de la puissance vocale agressive et rageuse de Cindy Van Der Heijden, chanteuse du groupe hardcore/métal de Rotterdam, All For Nothing. Le son de la formation est fort intéressant. Un son punk hardcore rafraîchi d’une dose de métal, qui, en bout de ligne, est semblable à celui de Terror, de Hatebreed et, pourquoi pas, de Wrong Advice ou des débuts de Get The Shot. Ce groupe est vraiment fou et quand même assez productif, avec cinq albums à son actif, dont Can’t Kill What’s Inside qui, selon moi, est l’un des meilleurs albums de leur discographie.

5- Burning Lady

Until The Walls Fall est l’un des disques qu’il faut écouter au moins une fois dans sa vie. Du punk rock vif et agrippant, comme il se doit d’être quand on parle du street punk. La formation lilloise se démarque avec la superbe voix saisissante, parfois rageuse et détonnatrice, de Sophie. Je fonds à chaque écoute de Story of My Scene. Et je suis prêt à mettre ma main au feu que Brody Dalle a eu une influence sur la chanteuse de la formation française. Néanmoins, le groupe est quand même assez talentueux pour être signé chez Concrete Jungle Records, le mythique label qui regorge de gros noms tels que Adolescents, Autority Zero, Death By Stereo et bien plus.

6- Civet

Les quatre filles californiennes de Civet ont eu une très bonne carrière, avec six disques qui les ont menées à signer chez HellCats pour deux derniers albums : Hell Hath No Fury (2008) et Love & War (2011). Ce dernier a été produit conjointement avec Epitaph. Nul doute que pour les demoiselles, The Runaways, et plus particulièrement Joan Jett, furent le modèle qui a forgé ce qu’elles ont été. Il reste que le meilleur album qu’elles ont sorti sera toujours, à mon avis, Hell Hath No Fury.

7- Not On Tour

Comment ai-je pu passer à côté de cette brillante formation d’Israel? Bien que le puissant album éponyme soit paru il y a sept ans, ce n’est qu’avec le plus récent album, Bad Habits, que la musique de Not On Tour a fait son entrée dans ma vie. Du punk rock rapide qui tire un peu sur le vieux hardcore, bien équilibré, de qualité et une chanteuse (Sima Brami) qui articule et chante à la perfection : c’est ce que j’aime d’eux. Leurs quatre disques en neuf ans d’existence sont des perles qui, selon moi, sont incontournables.

8- Ninja Dolls

2001 fut l’année de naissance de cette accrochante formation suédoise composée de deux splendides femmes, Paulina Hjertton (chanteuse) et Emma Norling (basse), ainsi que de deux boys. Que ce soit l’album éponyme ou la bombe 1,2,3 Go!, les Ninja Dolls ont su captiver vivement mon attention avec leur punk rock souvent rapide, même s’ils ne réinventent rien. Je vous mets au défi de ne pas succomber au désir d’écouter d’autres pièces.

9- Bikini Kill

Je n’avais vraiment pas le choix d’intégrer les précurseurs du mouvement « riot girl », avec leur son rock garage tiré du punk rock typique du temps quasi grunge. Et c’est normal, puisque la formation a été fondée à Olympia, dans l’État de Washington, pas trop loin de Seattle. Kathleen Hanna avait un chant quelques fois sauvage, décousu, presque chaotique. À mon avis, Pussy Whipped reste le disque le plus marquant des Bikini Kill, qui ont su prendre une grande place dans l’histoire musicale. On peut dire qu’elles (Kathleen Hanna, Kathi Wilcox, Tobi Vail, Billy Karren) étaient à la bonne place au bon moment.

10- Dover

Non, je ne parle pas du ridicule et vulgaire groupe d’électro pop qu’ils ont été dès 2006. Non, je préfère ce qu’ils ont été depuis leurs débuts, ou plus particulièrement l’album Devil Came To Me, sorti en 1997, soit deux ans après la sortie de Sister. Devil Came To Me était un excellent album qui combinait un son post-grunge et rock alternatif, en parfaite symbiose avec du punk rock. Les deux sœurs Llanos étaient fortement inspirées par la scène de Seattle. Elles sont aujourd’hui deux figures marquantes de l’Espagne.

Mention honorable aux groupes The Donnas, The Bombpops et Bad Cop/Bad Cop.

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le mars 8, 2017, dans Hardcore, Hardcore Mélodique, Musique, Punk, Punk Hardcore, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. 3 commentaires.

  1. « las vulpes »,les filles, band de nanas d’espagne….putain, vive le punk!

    J’aime

  2. Deadline (groupe punk rock de Londres)

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :