(Revue) Desbouleaux Fest 2016 : Deuxième journée

null

Même si la veille avait passablement été bien fêtée, les gens semblaient bien en forme et fin prêts à se faire bombarder de musique tout au long de la journée. Tout le contraire de moi, qui eut un problème de cadran, de transport et qui fus pris dans le peu de trafic qu’on peut trouver entre Saint-Jérôme et Mirabel. Pourtant, cette fois il y en avait trop à mon goût, j’ai donc manqué les prestations de Domage Done, No Truce, Swinging Flaws et la Carabine.

Je suis donc arrivé à la moitié du set de Two Miles Left. Une jeune formation de pop rock/punk rock qui en gagne de spectacle en spectacle. Un peu nerveux devant une petite foule, la fébrilité dans l’air sur scène les a quand même bien poussé à donner tout ce qu’ils avaient. Une bonne présence sur scène, peu d’interaction avec le public, mais leur musique était agréable c’est donc très compensable. Et les gens semblent avoir aimé.

TWO MILES LEFT :

Encore une fois et comme à chaque année le volet humour était présent, animé par Frank Grenier et ce n’était pas la première fois qu’il le faisait. Les humoristes était plus que drôle et Rosalie Vaillancourt a marqué plus d’un spectateur avec son humour quand même assez direct en parlant parfois de sexualité.

Est-ce que l’humour a sa place entre des groupes rock, punk, hardcore, rap et métal? Bien sûr que oui, je crois même que c’est essentiel dans ce festival très distinct et bien familial. Du bon moment qui permet de relaxer des décibels et reposer nos tympans pour la suite.

Head Down est entré sur scène par la suite. Une formation skatepunk ontarienne, un peu mélodique, parfois rapide, d’autres fois à cadence normale. Du punk rock qui vient me chercher, du son franc, direct, sans fla fla, l’essence solide d’une prestation courte de 30 minutes, mais quand même intense. J’ai bien aimé ma première expérience en tant que spectateur. Les gaillards semblaient être bien ancrés dans leur éléments, de bons musiciens, des pièces tenaces par moment. Le public était dedans aussi, quelques adeptes dans le pit ont trouvé leur comptes. Un bon set qui donne envie de les revoirs dans une salle bientôt. Un autre coup de cœur pendant le festival.

HEAD DOWN :

Burger est entrée à son tour, le héros dans sa rive-nord prenait place pour chanter des pièces de The Matchup, c’était pour la première fois au festival sans son acolyte Rat qui avait quitté le duo quelque temps auparavant accompagné cette fois par le nouveau venu Pat Savate qui a bien su s’intégrer malgré qu’on le sentait un peu moins à l’aise qu’à l’habitude. La foule qui était dispersée sur le site est arrivée en grand nombre devant la scène pour chanter haut et fort les classiques de The Matchup, Welcome Tomorrow, Santa Teresa, Empty Bottle, Follow Me Home, Carry On et j’en passe. Inutile de dire que c’était de toute beauté et comme d’habitude The Matchup a su capter l’essence fêtard du moment, une autre superbe présence pour Burger au festival.

THE MATCHUP :

La pluie s’est mise de la partie, pas trop intense, mais juste assez pour que les gens cherche à se réfugier sous une tente ou parapluie. C’était par chance de courte durée. Par rapport à cela j’ai donc essayé de faire des entrevues, sans succès et j’ai donc manquer Kennedy et plus que le trois quart du set de Feels Like Home, mais ce que j’ai vu était plus que bien.

Là, on arrive à la portion du festival des gros band et particulièrement du duo que j’avais vraiment hâte de voir, Rouge Pompier, qui on donné une prestation électrisante à la hauteur de mes attentes, du gros rock lourd, pesant, francophone et très captivant. Ils ont un côté engagé que je ne savais pas, ils ont eu le culot d’envoyer promener haut la main un autre festival au micro, chapeau c’était inattendu et très apprécié des gens présents. Ce fut aussi un moment fort du spectacle et ils en on fait plus d’un. De voir courir plusieurs personnes autour de la tente de sonorisation pendant la pièce Autobus était franchement fort, les gens étaient dedans et ça a paru aussi quand Jessy a demandé à quelqu’un dans la foule de mettre un masque de zèbre et d’être dans le milieu de ce qui allait être un mur de la mort (wall of death) où les gens se rentrent dedans à la course, ce qui a quand même été fait dans le respect. J’adore ce groupe, il sont unique et très pertinents dans la scène. L’Humour de leurs textes est du génie. J’en aurait pris plein la gueule, encore et encore!

ROUGE POMPIER :

Fouillez moi pourquoi mais après Rouge Pompier, j’ai perdu un peu le cap, non pas que j’étais en boisson, puisque je n’en consommait pas, mais après pleins de discussions par ici et par la j’ai manqué une bonne partie de l’excellent set de Harriers qui étaient infernaux sur scène, déchaînés comme jamais. Et j’ai manqué complètement Solids

Mute prirent toute la place qui leur convenaient sur scène au grand plaisir de la foule qui était assez nombreuse sur place. Les succès incontournables comme King Of Spade, Bates Motel, la reprise To Be With You, Nevermore et autres ont pataugé dans le set du groupe parmi les trois nouvelles pièces dont Resistance et File The Void qui se retrouvent sur le nouvel album Remember Death. Toujours aussi intenses, débordants de gestes et de sauts quasi olympique, Mute a donné tout un spectacle comme ceux auxquels ils nous ont habitués. Visiblement contents d’être sur scène, l’intégralité de la prestation était fortement technique et surement très épuisante car quand ils sont sortis des planches, ils semblaient exténués, ils avaient tout donné pour le plus grand plaisir des fans du groupe de Québec.

MUTE :

Si Obey The Brave était plus qu’attendu par certains festivaliers, le rendez-vous était fort appréciable. Le gros hardcore percutant de plein fouet dans la face, c’était une prestation de feu, ils en ont donné pour notre argent, un vrai bon spectacle comme il se doit. Ils ont une place de choix dans la programmation et ils ont donné raison aux organisateurs.

OBEY THE BRAVE :

Comme groupe en tête d’affiche du festival, The Saint Catherines était la formation tant attendue puisqu’ils jouaient l’intégrale de l’album Dancing For Decadence pour le dixième anniversaire de l’album. Inutile de dire que c’était tout feu tout flammes, c’était du très bon punk rock, du bonheur pour les tympans. Prestation grandiose et le public était déchaîné, le cœur était plus qu’à la fête, les gens ont accueilli avec grandeur les pièces et le talent que les montréalais avaient. Du grand The Sainte Catherines comme il était bon de voir après quelques années d’absence. Ai-je dit que c’était du bonheur d’entendre ce groupe? J’ai dut cependant quitter avant la fin.

THE SAINTE CATHERINES :

Une fois de plus avec brio, DesBouleaux Fest tu ma fait vivre des choses incroyables, toutes les émotions étaient présentes, et le bonheur de voir ta 6e édition était plus fort que tout. Je tiens à dire que les animateurs des deux jours du festival était remarquables, du travail de maître. Je tiens aussi à m’excuser pour le temps que ma revue a pris. Il y a des choses incontrôlable dans la vie, mais mieux vaut tard que jamais surtout pour un festival aussi fantastique que le DesBouleaux, il n’y a pas de temps précis pour se remémorer les bons coups et les beaux moments du festival. À l’an prochain pour une autre réussite et une fois de plus, Mick je te lève mon chapeau, toi et tes acolytes faites du beau pour la scène et c’est toujours fort agréable et marquant d’y participer!

ÉCRIT PAR : DESLO

Publié le décembre 7, 2016, dans Événement, Festival, Hardcore, Musique, Pop Punk, Punk, Punk Hardcore, Punk Mélodique, Punk Rock, Rock, Rock Alternatif, Rock Francophone, Skate Punk Mélodique, Skatepunk, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :