(Chronique) PUP – The Dream is Over


  • PUP

  • THE DREAM IS OVER
  • [SIDEONEDUMMY/ROYAL MOUNTAIN]
  • Année: 2016 // Genre: Punk Rock

  • / / /

Si jamais vous ressentez le besoin de sauter sur place compulsivement, de prendre vos amis autour du cou et de chanter haut et fort l’index levé bien haut, ne cherchez plus, The Dream is Over de la formation PUP de Toronto est l’album qu’il vous faut.

Dès sa sortie en mai 2016, j’ai ressenti instantanément une addiction pour l’intégralité des pièces qui dégagent une énergie envoûtante. Incapable de ne pas écouter le LP de dix morceaux tous les jours et même souvent deux fois par jour pour au moins six mois.

Comme stipulé plus haut, on est vite emporté par les harmonies de voix du chanteur/guitariste Stefan Babcock qui est très bien accompagné par les back vocals et chœurs des autres membres du groupe qui mettent, eux aussi, tous la main à la pâte. Il n’y a pas que les refrains qui sont accrocheur, l’ensemble des phrases nous reste en tête tel un ver d’oreille.

Les textes sont pour la plupart simple mais très efficaces traitant de sujet qui nous touchent tous personnellement, ce qui donne un côté rassembleur. Par exemple, Can’t Win qui nous raconte à quel point la vie est parfois injuste même en essayant, on n’atteint pas toujours les buts fixés. Un groupe qui vit la même chose que moi, ça me parle beaucoup.

L’album début par une pièce punché, If This Tour Doesn’t Kill You, I Will qui nous donne en partant le son original de la formation qui réinvente le pop punk. Un son qu’on va retrouver dans chacune des chansons et qui à chaque fois se renouvelle encore et encore.

J’adore tomber sur des albums où on peut vite faire la différence d’une tune à l’autre car trop souvent on y retrouve du copier/coller. C’est tout à fait le contraire avec le deuxième disque du groupe Canadien.

Les harmonies des deux guitaristes sont entraînantes et non-conventionnelles. Sans oublier le drum qui, sans être exécuté par un drummer exceptionnel, nous sort des sentiers battus.

Formé à Toronto en 2013, PUP sortait un premier album éponyme. La même année, ils sont propulsés très vite dans la scène punk rock au Canada mais aussi à l’international.

Ils ont par la suite gagnés de nombreux prix, que ce soit pour meilleur nouvel artiste ou même meilleur prestation ainsi que diverse nominations dans d’autres catégories. Puis, ils ont fait le tour du monde pour nous revenir trois ans plus tard avec ce que je peux qualifier comme un de mes albums de l’année, mais ça on y reviendra plus tard.

Je vous suggère fortement d’écouter The Dream is Over le plus tôt possible puisque le groupe sera en spectacle à Montréal jeudi le 1er Décembre à La Sala Rossa et les 9-10 Décembre à Ottawa au Zaphod Beeblebrox.

Pour avoir eu la chance de les voir dernièrement à Québec et à The Fest en Floride, vous pouvez me faire confiance quand je vous dis que le party lève, au risque d’en perdre la voix.

1. If This Tour Doesn’t Kill You, I Will
2. DVP
3. Doubts
4. Sleep In The Heat
5. The Coast
6. Old Wounds
7. My Life Is Over and I Couldn’t Be Happier
8. Can’t Win
9. Familiar Patterns
10. Pine Point

ÉCRIT PAR : MARCAN

Publié le décembre 1, 2016, dans Musique, Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. 1 commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :