(Chronique) Sidelines, une réelle réflexion derrière chaque chansons


  • SIDELINES

  • SIDELINES (EP)
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2014 // Genre: Skatepunk

  • / /

La chronique d’aujourd’hui porte sur un « nouveau » groupe skatepunk canadien, moitié québécois, moitié ontarien. Je place « nouveau » entre guillemets parce que strong>Sidelinesle groupe en question, n’est pas constitué de nouveaux venus dans la scène punk rock. En effet, le groupe compte parmi ses membres des musiciens de la défunte formation montréalaise Contrabandit qui nous gracia jadis de trois excellents EP’s : The Very Best Of (2006), I Am Dynamite (2008) et Greatest Hits Vol.3 (2012).

Bien que relativement courte et ne contenant aucun album complet, la discographie de Contrabandit eut le mérite de m’étonner quand même étant donné que chaque chanson donnait l’impression d’avoir été véritablement travaillée pendant un bon moment. En bref, il semblerait que ce band misait d’abord sur la qualité avant la quantité. De plus, on ne peut pas dire qu’ils faisaient vraiment dans le « court et touchant ». Donc, les EP’s en question ne souffraient pas du manque de consistance qui donne souvent l’impression d’être resté sur son appétit.

Mon appréciation pour Contrabandit fut donc l’instigatrice de mon intérêt immédiat pour Sidelines, et je suis bien content de ne pas être passé à côté !

Sidelines offrent une formule définitivement similaire à celle exploitée par Contrabandit. Leur premier EP éponyme nommé simplement Sidelines permettra sans doute aux anciens amateurs de Contrabandit de renouer avec un son qui leur était familier. Le EP en question compte huit chansons et atteint la marque des 24 minutes. Encore une fois, on est pas tellement dans le « court » et chaque chanson peut se targuer d’avoir une bonne consistance, la plus courte chanson ayant une durée de 2 minutes 34 secondes et la plus longue 3 minutes 27secondes. Ma perception subjective de la musique me pousse à classifier les sonorités parmi des catégories, comme par exemple, les sons « chauds » ou « froids », « joyeux » ou plutôt « mélancoliques ».

D’instinct, je classerais Sidelines dans la sonorité « froide » et « mélancolique ». Ça peut sembler à première vue négatif, mais en fait ce ne l’est pas ! Ça prend de la musique de toutes les sortes, pour toutes les saisons et toutes les humeurs. Ce que j’essaie d’exprimer revient au fait que Sidelines n’est pas le genre de groupe que j’écouterais en plein été au gros soleil mais plutôt en plein hiver en se promenant dans une tempête : on a affaire à un son plus lourd, métallisé, qui contraste avec le punk style « californien ». Le duo de guitaristes rappelle ce qu’on pourrait entendre sur du métal mais dans l’ensemble, avec la basse et le drum, le tout conserve une tonalité plus punk que métal. Ça reste que, tout au long de l’album, on n’a pas l’impression d’écouter du léger. La chanson That Pod illustre parfaitement bien cela dès son commencement, avec l’introduction de guitare qui pourrait facilement se retrouver sur une chanson de métal.

Sidelines se démarquent sur un point particulier avec ce EP. Le côté lyrique. Au lieu d’utiliser la formule traditionnelle dans laquelle toutes les chansons sont plus ou moins indépendantes les unes des autres, ils ont construit l’album autour du concept d’histoires fictives dans lesquelles les personnages vivent des situations qui sont d’abord expliquées par l’auteur dans les notes. En effet, le EP vient avec un *.pdf nommé « Sidelines : A Guided Album Tour » qui explique en détails le concept lyrique mis en place autour de l’album à l’aide des notes de l’auteur. Celui-ci mentionne d’ailleurs dans son introduction : « These Notes Are Your Window ». Bien que fictives, il semblerait que chaque chanson essaie tout de même de passer un message, souvent à portée sociale. Si on prend par exemple la chanson A Better Place, les notes nous apprennent qu’elle parle de l’exploitation dont sont victimes certaines personnes, même autour de nous, lorsque leurs employeurs demandent d’effectuer des tâches souvent dangereuses ou mauvaises pour la santé à long terme, le tout en échange d’un salaire dérisoire.

Les gars de Sidelines peuvent donc se vanter d’avoir sorti quelque chose de consistant, tant musicalement que d’un point de vue lyrique. Malgré le fait que ce ne soit pas un album complet, il donne presque le sentiment d’en être un. De plus, lorsqu’on prend le temps de lire les notes de l’auteur, on réalise qu’il y a un réel travail de réflexion derrière le côté lyrique de l’album, ce qui constitue selon-moi un gros plus, puisque ce n’est pas donné à tous les groupes d’offrir un contenu aussi réfléchi. C’est pourquoi je dirais que si on veut apprécier l’œuvre de Sidelines à sa juste valeur, il peut être judicieux de l’écouter et de lire les notes de l’auteur en même temps. Pour ma part, ça a fonctionné.

À vous d’essayer !

1. Second Take
2. Fought The World
3. The Apex
4. That Pod
5. Hell Of A Weekend
6. The Timing Was Okay
7. A Better Place
8. Any Bet

ÉCRIT PAR : SEB LMTR

Publié le octobre 6, 2015, dans Musique, Podcast, Punk, Punk Mélodique, Punk Métal, Punk Rock, Skate Punk Mélodique, Skatepunk, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :