(Chronique) Achigan, une grosse pêche bien agitée!


  • ACHIGAN

  • LA SOCIÉTÉ DU MÉPRIS
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Franco

  • / /

Lecteurs et lectrices de Barricade Punk,

La présente est pour vous encourager à prendre action.

Par un simple geste dont vous seuls pouvez poser, vous avez l’opportunité d’effacer plusieurs années de vide sidéral, d’oublier ces malheurs passés, de revenir à la base et de redevenir fiers et enthousiastes.

C’est aujourd’hui, en ces temps nouveaux, qu’un joueur important reprend sa place parmi les grands. Loin d’être avare et individualiste, ce gros poisson vous fait offrande d’un présent qui saura satisfaire les plus insatiables d’entre vous.

5 ans après s’être engouffrée au plus profond de l’étang, revenant à la surface de temps à autres en solo ou avec un autre banc de poissons, Achigan réapparais avec La Société du mépris.

Pêcheurs et pêcheuses, voilà l’occasion d’attraper l’un des plus beaux trophées cachés dans nos rivières québécoises.

Le poisson a peut-être mûri mais on ne dénote aucune forme d’essoufflement sur cet album de punk rock à roulettes 100% francophone.

Achigan c’est rapide, ça décoiffe, c’est bien structuré et ça sonne comme une tonne de brique du début à la fin. Mais en plus, ce n’est pas que de la musique.

Dès les premières écoutes, on s’aperçoit du soin particulier porté aux textes, foncièrement baveux, acerbes et irrévérencieux, jetant un regard critique sur la société et dépeignant nos moindres tares.

Bon nombre de sujets de l’actualité passent à la moulinette et de gros égos sont écorchés sur cette Société du mépris.

On en peut passer sous silence La pêche miraculeuse, peut-être l’une des meilleures chansons de l’album qui me sert de véritable défouloir alors que les biens pensant de notre belle province passent tous au tordeur. Les Duhaime, Martineau, Proulx et autres sont cuisinés à point et gageons qu’ils mordront possiblement tous à l’hameçon (semblerait d’ailleurs que Duhaime a déjà sauté dans la chaloupe…).

Du reste, les courants chauds sont nombreux. Que ce soit la culture pop, Turcotte et le domaine de la santé, la pollution au Port de Québec ou les richissimes parvenus, tout est bien rendu et prétexte nous faire mordre à l’hameçon.

Oui chers amateurs et amatrices de punk, même si la mer est agitée, il est temps de prendre action et de transformer vos vies. Pagayez et allez immédiatement écouter La Société du mépris.

1. Minou gentil
2. Personne ne mérite d’être adulé
3. La pêche miraculeuse
4. Novlangue – Depuis 1848
5. M’étendre sur une glace
6. Le port sale
7. Parvenus
8. Hippocratie
9. Moïse, la bonne nouvelle
10. Regardez-les, ils donnent
11. Il faut bâtir des condos

ÉCRIT PAR ERIC ÇATIRE

Publié le septembre 28, 2015, dans Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Skatepunk, et marqué , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :