(Chronique) Local Resident Failure, à la hauteur de sa réputation!


  • LOCAL RESIDENT FAILURE

  • THIS HERE’S THE HARD PART
  • [PEE RECORDS]
  • Année: 2015 // Genre: Skatepunk Mélodique

  • /

Aujourd’hui, on parle d’un irrésistible. Oui. Les irrésistibles, vous connaissez ? Par là, je veux dire, les trucs qu’on peut juste pas s’empêcher de faire… de manger… de boire… de regarder… d’ÉCOUTER ! Pour ma part, il n’y a pas grand chose de plus irrésistible que l’envie de satisfaire mon insatiable soif de musique. Dans mes chroniques précédentes, je vous faisais part d’albums qui sont sortis de nulle part, auxquels je ne m’attendais absolument pas.

Cette fois, c’est différent. Cet album, je l’attendais de pied ferme. À mon propre sens, qui dit « attendre » dit « attentes ». Vous devinerez que le petit mordu de skatepunk que je suis était plein d’attentes face a This Here’s The Hard Part, soit le deuxième album du groupe skatepunk australien Local Resident Failure.

Cet engouement était fort probablement dû au fait que le premier album A Breath Of Stale Air (2012) fût pour moi un délectable rafraîchissement, une quasi-révélation, qui eut comme effet que de créer chez-moi un intérêt particulier envers ce groupe tout aussi particulier. Ils faisaient dès lors partie des « irrésistibles ».

C’est pour cette raison que le jour de sortie officielle (13 mars 2015) c’était juste totalement impossible de retenir l’élan qui me poussait a commander le cd sur bandcamp pour avoir le téléchargement au plus vite, comme, disons, Tout suite. Au diable le 15-20$ d’exportation, ça me prenait ma dose de musique ! Pis je l’avais donc attendu !

Le problème avec les attentes, c’est que souvent ça peut créer de la déception. Étant donné que tout n’est pas parfait dans le meilleur des mondes, on a tous un jour ou l’autre vécu l’attente (parfois interminable) de l’album d’un groupe qu’on adorait qui, au final, s’est révélé… disons… plutôt médiocre ?

Fort heureusement, rassurez-vous, ce ne fut pas le cas pour This Here’s The Hard Part! Tout au contraire! Je crois que cet album vient peut-être même d’asseoir la réputation du groupe en tant qu’incontournable du genre tout en définissant de plus belle leur signature sonore, dont les bases étaient déjà présentes sur le premier album. Pour expliquer plus clairement mon humble avis, je dirais que Local Resident Failure se démarquent du lot pour deux raisons principales :

– La première est sans aucun doute la présence d’un percussionniste ma foi assez singulier derrière la batterie. Je ne suis pas musicien mais je peux tout de même affirmer que Kye Smith (le drummer en question) ne joue pas de façon semblable à ce que l’on peut entendre habituellement. Je veux dire, le gars donne littéralement l’impression d’avoir plus de deux bras. Malgré le « tupa-tutupa » rapide et omniprésent on n’a pas l’impression qu’il se répète. Une chose est sûre, ses cymbales doivent être usées parce qu’elles sont utilisées à souhait, tout le temps. Je ne pourrais l’expliquer en termes techniques mais je dirais qu’ il a certainement un petit quelque chose de particulier.

– La deuxième raison définissant leur particularité est selon moi leur habileté à parler de thèmes plutôt « sombres » (racisme, doute, dépression… etc) dans leurs chansons, tout en gardant une tonalité assez « joyeuse » musicalement parlant. On peut penser par exemple aux chansons A Friend Named Hope ou Old Skool dans lesquelles la musique est joyeuse et entraînante mais les paroles sont, au contraire, plutôt déprimantes :

« I have a friend named hope, she always lets me down. It’s OK because I’m used to getting fucked…So I don’t know why we still hang out. »

Ce « mélange » a pour effet que malgré les thèmes souvent négatifs relatés dans les paroles, on ne garde pas une impression « sombre » après avoir écouté cet album. Au contraire, je dirais que la tonalité « légère » du son de LRF me donne un sentiment « ensoleillé » plutôt que « sombre ». Afin d’illustrer mon propos à l’aide d’une comparaison (subjective encore une fois), je dirais que Failed States de Propagandhi est à mon oreille à l’opposé de LRF d’un point de vue sonore : les thèmes sont sombres et lourds et la musique aussi.

Toutefois, cela ne signifie pas que toutes les chansons de LRF sonnent « joyeuses ». En effet, la dernière chanson, ma favorite, est une magnifique construction de 5:36 qui contraste avec les 2-3 minutes typiques des tounes de LRF. Celle-ci nous livre un message criant de désespoir et aucun son ne pourrait d’aucune façon masquer la mélancolie contenue dans le texte… Cette chanson est un puissant amalgame d’émotions : à la fois délicieuse musicalement et profondément déprimante d’un point de vue lyrique… Chacun l’interprétera comme bon lui semble… L’effet reste indéniable.. !

En somme, ceux qui connaissaient déjà LRF ne seront pas déçus. Selon-moi ils ont gagné le pari d’égaler ou de surpasser un premier album déjà excellent tout en conservant leur touche unique. De plus, force est d’admettre que le percussionniste ne fatigue pas sur ce nouvel album. Il offre une performance hors-pair, différente de ce qu’on est habitué d’entendre. Le tout sans compromettre la vitesse et le « tupa-tutupa », qui sont des critères inconditionnels pour tout amateur de skatepunk.

Faites le test. Vous verrez. Je gagerais que rares sont ceux qui seront déçus ! Nul besoin d’en dire plus. Oh ! Surtout, N’oubliez pas de porter une petite attention particulière aux percussions, de grâce !

1. Around The World
2. A Friend Named Hope
3. Old Skool
4. Brainwashed
5. Long Night
6. Rockstar
7. Roll On 2
8. Into The Unknown
9. Failing Heath
10. The Shadow Of My Former Self
11. Newcastle Nights
12. Time Machine
13. Sirens
14. The Re-Opener

ÉCRIT PAR: SEB LTMR

Publié le septembre 18, 2015, dans Punk, Punk Mélodique, Punk Rock, Skate Punk Mélodique, Skate Punk Technique, Skatepunk, et marqué , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :