(Revue) Punk-O-Rama Fest, soirée du 31 juillet

La premier soirée du Punk-O-Rama Fest commençait vendredi le 31 juillet au TRH Bar et s’annonçait chaud! La canicule de la semaine avait réchauffé la salle du troisième étage avant même le premier groupe.

Cider Punk Productions, qui organisait l’événement, a par contre eu le malheur de voir Bunchofuckingoofs de Toronto et Bloodfuckers du Texas annuler leur venue. Qu’à cela ne tienne! Swissknife s’est ajouté à la soirée qui promettait quand même sept prestations. En masse pour une super première soirée!

Manipulated Outcome ont ouvert le bal avec leur punk hardcore assez crusty, merci. Du rapide, du fâché, déjà un pit et encore plus de chaleur et d’humidité. La voix, ou plutôt les cris, du chanteur valaient à eux seuls la peine d’être arrivé à l’heure, et décidément le trio sait instinctivement occuper la scène et ce, malgré un problème technique qui leur demandait de partager un seul micro. Bref, ça commençait sale et c’était tant mieux.

MANIPULATED OUTCOME:

The Ruthless Ones sont alors apparus avec leurs chemises colorées. Débarqués de Toronto, je doute que bien des gens les connaissaient, mais leur mélange power pop et de ska m’a rapidement convaincu, et je n’ai pas été le seul. Leur reprise des Misfits (Hybrid Moments) et d’Operation Ivy (Bad Town agréablement modifiée) donne une bonne idée de leur son, bien qu’ils y ajoutent une atmosphère de plage, leur gros singe gonflé y collaborant sans doute beaucoup. Assurément à surveiller, The Ruthless Ones vont certainement plaire aux amateurs de Stomp Records.

THE RUTHLESS ONES:

Ensuite au tour de Walk of Shame. Un bon vieux punk old school très rock’n’roll et très entraînant, fait par des vétérans de la scène (ils étaient plus vieux que les deux premiers groupes, mais c’est surtout que je les avais tous déjà vus dans d’autres groupes). Une mention spéciale à la batteuse qui donnait des méchantes volées au snare, la batterie au complet voulait s’en aller tellement ça fessait fort.

WALK OF SHAME:

Ce n’est qu’avec Bad Crow que je voyais un groupe qui ne m’était pas inconnu. Leur premier E.P. m’avait bien plu et je les avais vu sur la même scène pour le Pouzza. En passant, leur défonce a clairement évoluée, délaissant totalement les moments ska pour quelque chose comme du post-hardcore et encore plus de défonce. La toune dédiée à leur ami récemment décédé était particulièrement bien réussie et ressentie. Ouais, Bad Crow ça fait du bien. L’imperturbable Baloo nous a annoncé un album pour peut-être fin août, on l’espère!

BAD CROW :

Déjà quatre groupes et la soirée était loin d’être finie. J’admets être resté dehors un peu trop longtemps, ce qui m’a fait manquer le début de la prestation de Swissknife. Si comme moi vous ne connaissiez pas, c’est un projet acoustique de Rémi Cyr de Québec. Débarqué d’urgence et malgré le bruit des quatre groupes précédents, sa guitare, son harmonica et surtout sa voix chaude et quasi-radiophonique ont su garder l’énergie de la soirée. Je me fais un devoir de le revoir du début à la fin la prochaine fois.

SWISSKNIFE :

Je suis certain que je ne serais pas le seul à dire que Kill Matilda a été ma découverte de la soirée. J’avais entendu le nom et probablement un peu de leur premier album paru l’an passé, mais leur performance m’a pris par surprise. J’ai trippé ben raide comme on dit. Aucun doute que la chanteuse guitariste brûle le stage, mais c’est le groupe au complet qui a rocké du début à la fin sans qu’on se lasse et le pit constant le prouvait. J’ai déjà hâte de les revoir et un nouveau single vient de sortir, signe d’un futur album dont l’écoute est déjà incontournable.

KILL MATILDA:

Ne manquait que nos deux grimaceux de Matchup. Autant on sait à quoi s’attendre d’eux, autant on aime ça! Des problèmes techniques se sont présentés rapidement, mais The Matchup en a vu d’autres. On débranche les guitares acoustiques, les gens s’approchent et on chante plus fort! Le problème a simplement créé un moment magique qui a vraiment bien fini la soirée. Il y a plein d’excellents projets acoustiques dans notre scène punk et on aura beau dire ce qu’on veut, mais The Matchup sont les meilleurs.

THE MATCHUP :

Ouf… sept groupes. Presque content qu’il n’y en ait pas plus, de toute façon ça reprend de plus belle demain soir et ça risque d’être encore plus chaud et encore plus fou. Évidemment, il y a le barbecue acoustique en après-midi, si contrairement à moi vous n’avez pas à vous lever pour aller travailler! « Ayoye » en avance pis tant pis! Enwèye Punk-O-Rama Fest, amènes-en, on est capable d’en prendre quand c’est bon comme ça!

ÉCRIT PAR : FRANK SCRAP

Publié le août 4, 2015, dans Acoustique Punk, Événement, Bad Ska, Festival, Hardcore, Horror Punk, Pop Punk, Psychobilly, Punk, Punk Anarcho, Punk Hardcore, Punk Rock, Ska, Ska Punk, et marqué , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :