(Entrevue) Un punk lance le Pub Chez Gibb!


  • PUB CHEZ GIBB

  • VILLE: ROUYN-NORANDA // PAYS: CANADA

  • /

Je pense que certains lecteurs qui explorent mes articles depuis le lancement de cette plate-forme connaissent mon intensité lorsque j’ai une cause à cœur. Les prochaines lignes seront une autre preuve de ma fidélité envers mes convictions : quand je crois en un projet, j’y crois… en sacr*ment!

Cela dit, quand un punk lance un pub, ça n’a pas le choix de venir m’interpeller. Surtout que le pub en question a été pondu par un Gibson, Jean-François, celui-là. Les gens de l’Abitibi comprendront que les Gibson ont une grande histoire attachée à leur dépanneur, et maintenant, ils écriront une autre page d’histoire avec le Pub Chez Gibb.

O.K.! Qui est J-F Gibson? C’est quoi le dépanneur chez Gibb? Le Pub Chez Gibb, c’est quoi au juste?

Sans plus tarder, je laisse J-F vous étaler tout ça à travers les questions que je lui ai posées assis directement au Pub, une IPA entre les mains!

1. J-F, peux-tu expliquer aux adeptes de Barricade Punk qui est J-F Gibson musicalement?

J-F : Ben dans le fond, Seb Tessier et Yan Isabel, les 3 membres fondateurs des Sprates avons lancé le label Méga Fiable et l’apparition du premier démo des Sprates est sorti en 1996-1997. Moi, j’avais 16 ans à l’époque et, lorsque nous avons sorti ça, fallait absolument mettre le nom d’un label sur l’album (Méga Fiable)… et le nom est resté. Le nom est resté surtout à cause du Noël Méga Fiable qu’on fait entre Noël et le Jour de l’an. Après les Sprates, les Prostiputes sont nés en 2000, je jouais du drum (avec les Sprates de la bass). Donc, on jammait et un moment donné on est tous déménagés à Montréal puisqu’on s’est aperçu qu’on pouvait avancer dans la musique… On poussait en malade avec des albums qui nous coûtaient cher à produire, on a fait les francos, le FME, on a tourné pas mal en 2006-2007 tant au Québec, en Ontario, qu’aux États-Unis (un peu). Les Prostiputes deviennent L’Équipe et on a roulé chacun de notre côté dans des projets externes, je suis tombé un peu dans l’électro punk. Je suis revenu en région en 2012 ayant toujours la culture punk à cœur, donc j’ai enfin eu la chance de travailler avec mon grand ami de toujours, Mathieu Bouffard (Nique à Feu). On a lancé un projet de covers punks avec Claque dans face. Bref, j’aime ça être là-dedans, que ce soit sur la scène ou dans les alentours.

2. Je me pose une question… Quelle bière a réveillé cette passion « microbrassienne » chez toi?

J-F : En fait, c’est drôle parce que ça fait partie un peu du bagage punk… Je restais à Montréal au coin Rachel/Iberville avec Félix B.Desfossé (mon partenaire de toujours avec les Prostiputes) et Roye (longue histoire à son sujet), en 2003-2004. Comme par hasard, sur le coin, il y avait un dépanneur spécialisé dans les bières de microbrasseries et moi j’allais à ce dépanneur acheter de la liqueur et de la bouffe, puis par chance, j’ai aperçu un réfrigérateur rempli de bières bizarres. Étant punk, on a toujours été en marge et quand j’ai vu toutes ces bières différentes, j’ai ramassé des bières des 3 Mousquetaires, du Lièvre (Mont-Laurier) et une panoplie d’autres. On a commencé à triper là-dessus, alors je me suis monté des caisses afin de les amener au dépanneur familial (Chez Gibb). On s’est mis à faire des dégustations de bière pendant la période des fêtes et l’été. Bref, mon père, qui était propriétaire du dépanneur Chez Gibb, s’est dit que lui aussi pourrait entrer ce genre de bière dans son propre dépanneur. Il a contacté les microbrasseries à partir des étiquettes et c’est comme ça que la spécialisation a été lancée au dépanneur. On est spécialiste de microbrasserie (depuis 2005), et à cette époque, on vendait 2000 $ de bière par année, alors qu’aujourd’hui, on en vend près de 2000 $ par jour.

3. Quel a été le déclic qui a fait en sorte que tu es revenu en région et que tu es devenu propriétaire du dépanneur de tes parents, et maintenant, du pub?

J-F : En 2012, j’ai décidé de tout lâcher à Montréal, j’avais ma blonde qui était sérieuse et qui souhaitait venir avec moi, mes parents prenaient de l’âge et ils ne savaient pas s’ils souhaitaient vendre le dépanneur ou non… Donc, je me suis dit de la merde, je lâche toute la musique (qui commençait à tourner en roue) et ma petite job à Montréal (que je me foutais). Bref, je me suis dit que je préférerais avoir une vie musicale moins chargée à Rouyn-Noranda et prendre la relève du dépanneur.

4. Donc, tu es devenu l’un des actionnaires du dépanneur Chez Gibb?

J-F : En fait, je suis maintenant le propriétaire du dépanneur… J’ai signé une entente spéciale avec mon père. Bref, je serai propriétaire officiellement jusqu’au moment où j’aurai remboursé mes parents, ça se fait graduellement (sur 15 ans). Donc, mes parents ont de l’argent qui rentre et ils sont toujours actifs au dépanneur. Mes parents tripent encore et croient beaucoup au projet du Pub Chez Gibb.

5. Une fois le dépanneur rempli de bière en provenance de différentes bières de microbrasseries, l’idée du pub est venue comment?

J-F : Ça aussi c’est une autre histoire… En fait, le bâtiment ici (au côté du dépanneur) était un restaurant de fine cuisine, puis le propriétaire a décidé de vendre afin de déménager en ville et il nous a offert le bâtiment. Il nous a dit qu’il vendait tout ça tel quel… C’était ouvert une journée et le lendemain, quand j’ai acheté, tout était là, il a vraiment tout laissé (les tables, les chaises et la cuisine). Finalement, j’ai tout racheté excepté la table 6 places que tu vois là (placé dans le pub) et la cuisine. Bref, il nous a offert ça en octobre 2013 et on a pris notre décision en début 2014. On est devenu propriétaire en avril 2014 de cette bâtisse et ce n’était même pas encore clair ce que nous allons faire avec. On est spécialiste en bière de micro, alors pourquoi pas un pub? On a fait une grosse étude de marché de mongole et je me suis promené afin de savoir si c’était possible. Tsé, nous autres on ne brasse pas, on vend seulement de la bière de microbrasseries. Je me suis dit qu’on était aussi bien d’amener le concept du dépanneur et de mettre ça au pub avec de la bouffe. Au final, j’ai trouvé plein de bars qui avaient ce genre de concept dans le coin de Montréal et c’était super cool.

6. Et la bouffe du pub, peux-tu nous en parler?

J-F : Un maudit bon menu bouffe qui est super gras, le burger est immense, les ailes, les rondelles d’oignon et les pogos tous revisités à notre manière super dynamique (avec des saucisses du Lac). Les pogos sont faits avec de la panure de bière, en passant! Quand tu viens ici, tu ne regardes pas ta ligne, je te le dis!

7. Parle-moi donc de la bière un brin?

J-F : On a un choix de bières de mongole que c’est moi qui sélectionne. On a 12 bières en fut et c’est moi qui les choisis avec mes nombreux coups de cœur. Je vais toujours tenter de respecter les styles en ayant des blondes, des rousses, des blanches, des noires, des IPA, etc. On a aussi 13 sortes de bières sans alcool puisque nous sommes à Évain (6 minutes de Rouyn-Noranda).

8. On jase depuis tantôt, tu as combien d’employés?

J-F : Ben en fait, j’ai calculé en tout et partout les gens qui ont travaillé dans le projet, ben du monde qui ont travaillé sur le plancher depuis l’ouverture, incluant le cuisinier, ma blonde et moi, on est 13. C’est beaucoup!

Je me suis proposé comme employé à temps partiel… #JustSaying

Je dois stopper ce magnifique entretien drette ici… On a tellement jasé que j’ai dû couper un éventail de séquences afin de ne pas brûler notre lectorat. J-F a de la jasette et maudit que c’est tripant jacasser avec un passionné comme lui. Au fait, on a blablaté de la première édition du Festibière de Rouyn-Noranda, mais j’ai éliminé cette partie. Je tiens tout de même à vous souligner que les Gibson étaient d’importants artisans de cet événement d’envergure!

Avec la notoriété qu’a installée le dépanneur Chez Gibb avec les années, je ne suis vraiment pas inquiet pour le Pub Chez Gibb.

Merci Jean-François Gibson pour ce temps de qualité… et cette IPA!

ÉCRIT PAR: JEFF DROUIN

Publié le juin 22, 2015, dans Autres, Endroit à Découvrir, Punk, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :