(Entrevue) Quand Barricade punk rencontre… Barricade?


  • BARRICADE

  • [INDÉPENDANT]
  • VILLE: ROUYN-NORANDA // PAYS: CANADA

Tsé, dans la vie, c’est facile d’être choyé lorsque tu as la chance d’étaler ta passion à des centaines de liseurs et de partager ce qui t’enflamme avec tes proches! Ok! Je n’utilise pas la bonne personne à travers ma phrase initiale, j’aurais dû utiliser la première personne, le JE.

Si je recommence… Tsé, dans la vie, c’est facile d’être choyé puisque j’ai la chance d’étaler ma passion à des centaines de liseurs et de partager ce qui m’enflamme avec mes proches!

Bref, laissons la philosophie de côté et pénétrons le vif du sujet sans trop tarder : un verre d’eau avec Sam, de Barricade (le groupe).

Le titre est de la pure réalité puisque je me suis rendu chez mon copain Sam afin de m’entretenir avec lui au sujet du premier album que lancera son groupe, en juillet… et j’ai siroté un verre d’eau au lieu d’une bière, je vous jure!

Avant de vous garrocher les questions/réponses, je désire souligner que j’ai vu au moins 4 fois Barricade lors des derniers mois, c’est un hasard, mais je suis aussi un adepte de cet orchestre de chez nous (Rouyn-Noranda).

Go!

1- Barricade, ça remonte à quand? Comment cette histoire d’amour a-t-elle débuté?

Les gars ont toujours joué ensemble. Seb et Gab jouaient au sein de Feu de pneu et The Empire Strikes Back, puis à travers tout ça, je les ai rencontrés alors que j’avais 18 ans. Donc, je me suis ramassé à jammer avec eux puisqu’on écoutait le même genre de musique, c’était comme dû pour arriver. Bref, c’est 2 ans plus tard que nous avons lancé le groupe nommé Le Conflit, à cette époque. Le Conflit a tourné en conflit et quelques temps plus tard, on a fait notre Mea-Culpa puis nous avons lancé Barricade, l’été dernier.

2- Actuellement, vous tournez sans chanteur, était-ce le concept d’origine?

Au fait, nous avions un chanteur au départ, Serge BeauvaisBeauvais chantait, mais pour des raisons bien à lui, il a quitté le groupe afin de se ressourcer. Donc, on a décidé de poursuivre l’aventure sans chanteur. J’ai même essayé de crier dans un micro, mais ça sonne encore drôle. Quoique j’avoue qu’on écoute des trucs comme Discord où les gars ne savent pas nécessairement chanter. C’est sûr que nous allons toujours avoir des pièces instrumentales, mais le retour d’un chanteur n’est pas impossible si nous avons de quoi à dire, sinon, nous allons simplement fermer nos gueules!

3- Puisque Seb est à La Sarre et Gab à Malartic, les pratiques se passent à quel moment?

Le plus possible la fin de semaine, c’est sur… on se rencontre au local (Rivière-Héva) la plupart du temps les vendredis ou samedis. Avec les horaires de travail, c’est pratiquement impossible de se rencontrer durant la semaine.

4- Barricade, c’est quoi ça? Ça ressemble à quoi?

Oh boy! Ben, il y a quand même une touche post-hardcore… Mais c’est certain qu’il y a quelque chose qui ne colle pas encore au post-hardcore pur et dur! Tsé, quelqu’un qui écoute du Alexisonfire ou du Fugazi sera choyé, puisque pour nous autres c’est de la musique qu’on admire. Mais ceux qui s’attendent à du post-hardcore, méchant risque d’être déçu!

5- Tant qu’à y être, vos influences principales ressemblent à quoi?

Ah shit! Fugazi, Refused, At the Drive-In, personnellement! Tu regardes ces gars-là, puis ils s’en foutent! Ils donnent toute l’énergie qu’ils ont à donner, that’s it! Disons que ce qu’on écoute chacun est très varié, mais ça ressemble à ça!

6- Si tu nous parles de l’album Rapide sept, qui sortira bientôt, les compositions sortent de quel encéphale?

C’est un peu tout le monde. J’avais des trucs de composés à force de gratter… Donc, on est arrivé au local et on s’est dit, ça c’est cool, ça on fait ça comme ça. Je pense qu’il y a juste deux chansons qu’on a reprises du Conflit parce qu’on sait qui manquait de quoi et qu’il fallait repartir sur de nouvelles bases ensemble.

7- Parlant de l’album, il est terminé, est-il à la hauteur de tes attentes?

Ben ce n’est jamais un produit fini, selon moi… Une chanson tu vas la jouer sur un album, mais « live », ça ne sonnera jamais pareil. C’est pour ça que l’enregistrement de l’album s’est fait en dedans de 3 heures, à l’intérieur du studio de Max Gosselin. Dans le fond, on s’est dit qu’il ne fallait pas peaufiner ça en tant que tel. On voulait donner l’énergie qu’on retrouve sur scène… Toutes les petites erreurs qu’on peut entendre, ça ne nous dérange pas. Toutefois, le jour où on va se dire que ça doit être parfait, ça le sera! Pour l’instant, les petites erreurs donnent l’odeur « Barricade »!

8- Tu m’as jasé lors du dernier show que tu travaillais déjà du nouveau stock malgré que l’album vienne d’être complété?

Oui! Comme c’est là, j’ai toujours de nouveaux « riffs » qui sortent puisque je suis toujours en train de gratter sur une guitare acoustique. On travaille toujours du nouveau matériel et il y a un split qui s’en vient avec Half Measure (Hardcore). On aimerait aussi en faire un avec les boys de Sandblast (Sludge), des chums à nous!

9- Vous avez été à Timmins, Montréal et le Rot Fest (Abitibi), avez-vous d’autres dates de shows pour la saison estivale?

Après le Rot Fest, on a eu le Festival des guitares du monde (Rouyn-Noranda) avec Solids… qui a été annulé à la dernière minute, mais nous, on a tout de même fait notre prestation. Suite à cela, on est passé à Drummondville (29 mai) et Trois-Rivières (30 mai). Une pause en juin et juillet et on repart en tournée dans l’est du Québec, en août.

10- Je te laisse le mot de la fin, Sam!

Je tiens à souligner que c’est vraiment « hot » ce que vous faites avec la scène, à votre façon, vous la tenez vraiment vivante!

Avant d’abandonner mon clavier, je dois spécifier que l’album Rapide sept sera disponible incessamment (d’ici quelques semaines), il reste quelques détails à peaufiner. L’album sera accessible en format cassette et via Bandcamp avec l’aide de KeepHope Productions, GBS Records, Blind Eye Records et Melt Head Records.

J’ai eu la chance d’acquérir l’album avant qu’il soit mis dans les bacs et je dois avouer que les propos de Sam à l’intérieur de l’entrevue sont véridiques : sur l’album, ça sonne pratiquement comme lors d’une prestation sur scène!

Barricade, c’est Barricade… et on aime ça!

1.  Entrée
2.  Tony
3.  Cindy
4.  Jeremy
5.  Max
6.  Eli
7.  Sean Connery/Sortie

ÉCRIT PAR JEFF DROUIN

Publié le juin 3, 2015, dans Hardcore, Post-Hardcore, Punk, et marqué , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :