(Chronique) Red City Radio – Un coup d’poignard dans l’coeur


  • RED CITY RADIO

  • RED CITY RADIO
  • [STAPLE/PAPER+PLASTICK/GUNNER]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Rock

  • / /

J’ai une confession à vous faire : je viens de tomber en amour solide, non pas avec le grand livreur de pizza qui semblait plus pouèle que la normale et qui était intimidé par ma grande gueule, mais avec Red City Radio.

Un groupe de punk-rock originaire de l’Oklahoma formé en 2007 qui a sorti jusqu’à présent leur premier Midwestern (2007, The Independent Record Company), To the Sons and Daughters of Woody Guthrie (2009, The Independent Record Company), The Great St. Louis (2010 , All In Vinyl), The Dangers of Standing Still et Titles (2011, 2013 Paper + Plastick) ainsi que Chronic Dookie (EP) (2015, Gunner Records).

Et aujourd’hui, mes petits chenapans, j’ai le plaisir de vous jaser dans le noir de ces lettres, de leur nouvel album qui porte le même nom: Red City Radio sous l’étiquette Staple Records, ça tombe tu bien rien qu’un peu … moi qui aime ça faire simple!

Anciennement mené par Paul Pendley, c’est maintenant au tour de Garett Dale de prendre le devant de la scène et de nous transporter au son de sa voix puissante, éraillée, feutrée et pleine de testostérone. Bref, le cocktail parfait pour faire fondre les petites femmes, croyez-moi! Si présentement tu es un gars qui est entrain de me lire et que tu es encore à l’âge du petit pinch mou, ne t’en fais pas, tu as en masse le temps de muer!

Mais la première grande question avec un grand « Q’ » n’est pas en lien avec la pilosité, mais est plutôt : « Qui complète ce groupe aux allures de bums? » Et bien, le groupe ne pouvait pas être complet sans ses fidèles acolytes Ryan Donovan (guitare, choeur), Jonathan Knight (basse, choeurs) et Dallas Tidwell (batterie, choeurs). La deuxième grande question que vous attendez impatiemment : « Est-ce que leur nouvel opus vaut la peine d’être écouté? » NON!

Mais non, je blague. Oui, oui et reoui!

Dès les premières mesures de Whatcha Got, j’ai été super surprise de la voix de Garett Dale, timbre qui m’a tout de suite fait penser un peu à un mix de Andrew W.K et de Max Lemire, le chanteur de Dance Laury Dance mais version moins « crinquée » . Avec les riffs remplis de fougue, on le sait dès la première écoute que ça risque de décoller tel une bombe lancée d’un avion SpitFire prêt à bombarder tout ce qui se trouve sur son passage! Et merci, seigneur, j’avais raison.

Aussitôt la première toune enclenchée, t’as le goût de te dandiner le popotin sur ta chaise même si t’haïs danser pour mourir, sinon lève le coude ça va aider à te contenir. La deuxième piste, Rest Easy, une toune plus smooth mais tout aussi délectable, met en premier plan une ode à l’amour remplie de cris du coeur brutes et virils qui vous restera en tête pendant des heures et vous fera chanter à peu près les paroles, même si vous ne les connaissez pas pantoute. Concernant la mélodie, j’ai beaucoup accroché sur Let me In avec le sublime solo de guitare de Ryan Donovan à 1:16 exactement, un enchaînement de notes puissantes empreintes de mélancolie qui nous poussent à l’apogée de l’extase.

Bref, je pourrais en parler longtemps tellement que l’album au GRAND COMPLET est écœurant. La preuve : je l’ai écouté trois fois d’affilée sans jamais me tanner! Mais comme le secret de la Caramilk, le cadeau dans l’oeuf Cadbury ou la cochonne dans le corps de la bibliothécaire, je ne peux pas tout dévoiler, ça fuckerait la surprise ! Donc c’est de ce pas que je peux vous confirmer une dernière chose : vous ne serez pas déçu ! Maintenant que c’est dit, je m’enligne pour vivre ma peine d’amour, celle de ne pas pouvoir être cette fille dont Garett Dale parle dans ses chansons et m’empiffrer de crème glaçée pendant que mon chum me demande : « Mais pourquoi tu brailles? »

Hahah. Vilaine petite Nini sur ce, bonne écoute et à bientôt!

1- Whatcha Got?
2- Rest Easy
3- Stranger
4- Tw0 Out Of Three Ain’t Rad
5- Electricity
6- Let Me In
7- Pretend Kings
8- I Should Have Known
9- In The Meantime…
10- … I’ll Catch A Ride

ÉCRIT PAR: NINI TORNADE

Publié le juin 3, 2015, dans Pop Punk, Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :