(Chronique) L’album Virgin Men de Sex Cult… ça décoiffe!


  • SEX CULT

  • VIRGIN MEN
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Rock

  • /

Wow! Les mots me manquent encore pour décrire l’album Virgin Men du groupe Sex Cult. En fait, j’ai plein de mots, mais je dois juste trouver par où commencer. Respirons!

Tout d’abord, Sex Cult est un jeune trio, au début de la vingtaine, composé d’Alex (bassiste et chanteur), d’Harry (guitariste) et de Nyk (batterie). La formation est présentement installée à Montréal. Alex et Nyk ont commencé à écrire des chansons aux alentours d’octobre 2012 et le groupe s’est officiellement formé au mois de janvier 2013 avec l’arrivée de Nyk.

Même s’ils sont dans la région en ce moment, seulement Harry est d’ici; Alex vient de Brooklyn et Nyk de l’Afrique du Sud. Les gars listent dans leurs influences principales des groupes tels que Ceremony, Trash Talk, Iceage et d’autres un peu plus « underground » comme Blank Spell et Bearmace (autre formation de la région).

Passons aux choses sérieuses. L’album décoiffe et nous avons droit à du bon vieux punk-garage. Je l’ai écouté quelques fois au courant de la dernière semaine, tranquille sur mon ordinateur, mais lorsque je l’ai écouter en allant/revenant du gym, j’ai été encore plus épaté du résultat.

Virgin Men est en fait composé de neuf chansons pour un total tout juste au-dessus de huit minutes, donc pas le temps de s’ennuyer. Le disque s’ouvre sur une introduction de basse comme plusieurs classiques du même style des années 70-80. La deuxième chanson, Video Sex Case, se trouvait également sur la première démo, mais le groupe a décidé de refaire un meilleur enregistrement pour le EP. Une des plus longues chansons dure 1:21, mais une des plus courtes en paroles : « Knife fight, White light Never wanna fell that hate I felt that night… »

La piste suivante, Mouse Universe, est probablement ma meilleure. Elle possède trois couplets solides, dont le dernier est un peu plus chanté et un peu plus hardcore. À partir de la quatrième chanson, il est possible de remarquer que les principaux thèmes abordés sont l’alcool et les partys.

Honey fait également partie des meilleures selon moi, avec un rythme et une intensité incomparables. Sur la pièce Control You (Start Stop), nous retrouvons à nouveau la ligne de basse en introduction et cette fois-ci un sujet qui semble être une petite critique de la société ou de la génération actuelle. Les trois derniers titres sont également très bons, mais ils ressortent un peu moins du lot.

Bref, comme mentionné en entrée de jeu, cette nouvelle formation nous livre un premier EP qui est selon moi très solide. La basse et la guitare, fidèles au « vieux punk » avec beaucoup de distorsion et de petits solos ici et là. La batterie est très rapide et efficace. La voix, quant à elle, est parfaite pour cet enregistrement, c’est-à-dire qu’elle sonne l’authenticité et nous ressentons l’énergie et la passion. N’hésitez pas une seconde à encourager ce groupe de chez nous en visitant leur page Bandcamp.

1. Intro
2. Video Sex Case
3. Mouse Universe
4. Absolutely Sweet Marie
5. Honey
6. Control You (Start Stop)
7. Brothers
8. Walter
9. Outro

ÉCRIT PAR: MARC-ANDRÉ LABELLE

Publié le mai 27, 2015, dans Noise Punk, Post Punk, Punk, Punk Hardcore, Punk Rock, Rock Garage, et marqué , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :