(Revue) Un trip à 3 avec Strung Out… ça n’a pas de prix!

Pour un fier Abitibien, je me ramasse régulièrement à Montréal afin d’assister à certains concerts punk rock qu’offre cette grande métropole. Hier ne faisait pas exception puisque je me suis retrouvé au Club Soda, avec mes collègues (Deslo et Mel), pour chansonner quelques pièces de Red City Radio et Strung Out.

Drou : Après avoir gobé un brin de malbouffe, nous avons piétiné le sol du Club Soda alors que La Armada couronnait sa prestation. Comme je le stipule régulièrement, j’ai une forme de respect pour les orchestres, mais La Armada ne se situe vraiment pas à travers les sous-catégories de punk ou hardcore que j’affectionne.

Deslo : Étant moi aussi arrivé à la fin de leur déchéance musicale, il est difficile de se prononcer sur la globalité de la prestation du groupe La Armada. J’ai assisté seulement à la dernière pièce… et pour être honnête, je n’ai pas tellement porté attention pour la simple raison que je n’y étais pas au début, alors j’avais moins d’intérêt. Toutefois, les notes que mes oreilles ont captées semblaient assez vives et entrainantes. Peut-être qu’un jour j’irai les voir lors d’un autre passage.

Mel : Une icône incontestée de la scène punk rock comme Strung Out ne peut pas passer inaperçue. Je m’attendais donc à une foule assez impressionnante et j’ai été surprise de constater à quel point la salle était, disons-le, pratiquement vide à la fin de la première partie à laquelle je n’ai d’ailleurs pas assisté non plus. La foule a commencé à débarquer pour la prestation de Red City Radio

LA ARMADA :

Drou :  En tout cas, je dois avouer qu’un large sourire est apparu sur mon visage d’enfant lorsque j’ai vu Red City Radio s’exhiber sur le plateau. La voix rugueuse et excessivement « tight » de Garrett Dale, les guitares pilotées par Dale et Ryan Donovan étaient sans failles, Jonathan Knight, ses voix de fond et sa basse se bousculaient vraiment à la perfection, et aux tambourins, Dallas Tidwell se battait avec ses peaux de façon exemplaire. Bref, Red City Radio c’est sur la grosse maudite coche en concert!

Deslo : Je dois dire que j’attendais leur arrivée sur scène avec impatience et avec un niveau d’intérêt fortement élevé, car le dernier album est une pure merveille. Je n’ai vraiment pas été déçu avec une grosse prestation entrainante, tellement entrainant comme son, qu’il aurait pu me faire danser le limbo, comme quelqu’un d’hypnotiser. J’étais vraiment captivé par ce qui se passait sur scène! Red City Radio m’a complètement animé, fait taper des mains et même quelques petits pas de danse à faire rire notre collaboratrice Mel. C’est impossible de ne pas faire une comparaison de la voix rugueuse de Garrett Dale avec celle de Chuck Raggan (Hot Water Music), c’est à s’y méprendre. Leur musique est bien structurée et ça ne fait aucun doute dans mon cas, les gars ont été le coup de cœur de cette soirée.

Mel : Avec un style qui parfois me laissait deviner The Cardboard Crowns, surement dû au fait de les avoir vus en spectacle la veille, j’ai accroché tout de suite. J’étais très bien positionnée (pour une fois!) sur le bord de la scène en compagnie d’une vraie de vraie barricade punk de métal qui sert à maintenir entre la foule et la scène un corridor de sécurité pour… les agents de sécurité? Les musiciens sont des maîtres en fait de constance. Ils manient leurs instruments à la perfection et occupent bien l’espace. Un bon rythme constant permet à la masse de commencer à se dégourdir et plus les minutes passent, plus le mouvement s’intensifie. Beaucoup de gens s’époumonaient à accompagner le chanteur. Je prenais un vilain plaisir à observer un fan, tellement, mais tellement dedans au premier balcon. Il scandait toutes les paroles, de toutes les chansons, de toutes ses forces, avec son poing dans les airs, le torse au-dessus du vide… deux spectacles, en un! L’énergie était très bonne toutefois, de façon générale, peut-être à cause du choix des pièces, la constance mentionnée précédemment s’est soldée par une courbe d’énergie à intensité très élevée, mais plane du début jusqu’à la fin. Aucune apothéose, aucune variation. Juste du Red City Radio efficace, excellent préambule au groupe que tous voulaient entendre.

RED CITY RADIO :

Drou : Je ne peux nier que ma présence dans cette ville nauséabonde et pétulante de personnage colorée (j’adore Montréal là) était grâce à Strung Out. Si vous fouillez dans votre hémisphère gauche ou droit, vous vous rappellerez que Strung Out a couronné sa course à la position numéro 7 de mon top 10 d’orchestres à vie. Les boys sont des idoles de jeunesses, c’est simple!

Toutefois, je dois me rendre à l’évidence, la prestation d’hier était excessivement émotive et malade, mais les boys n’étaient pas aussi « tight » qu’à l’habitude selon certaines personnes étant mieux situées que nous afin de bien discerner le son. Les guitaristes qui en ont échappé, Jordan Burns qui était un brin mélangé (le meilleur batteur du punk rock?) et Jason Cruz qui semblait essoufflé quelque peu. Bref, malgré ces critiques, véridique ou non, j’ai tripé comme un gamin accoudé sur la scène du Club Soda. Nous étions aux premières loges afin de contempler ce groupe mythique de punk rock qui nous a étalé son éventail de pistes entre 1994 et aujourd’hui. Ajoutons à cela que nous avons assisté à la petite prise de bec entre Cruz et l’un des gros agents de sécurité qui surveillaient le devant de la scène. Le bodysurfing des adeptes qui voulaient hurler les chansons et qui se faisaient culbuter par les gros bras, Cruz n’a pas apprécié. Il l’a bien démontré en poussant et en crachant sur le mastodonte. Il a couronné cet épisode en mentionnant à la foule de se foutre du gros monsieur! En tout cas, pour ma part, je ne suis pas sorti du Club Soda désappointé… Ah oui! Juste comme ça, Cruz consomme quoi pour se conserver aussi bien?

Deslo : Quoi rajouter sur ce que mon collègue a dit? Il n’y a pas grand-chose à ajouter mis à part que j’ai bien aimé ma première fois… Eh oui, c’était une première fois pour Strung Out. Je ne regrette pas le déplacement, c’était vraiment bon de pouvoir chantonner à s’époumoner les classiques et les nouveautés du groupe. Pour revenir un peu sur l’altercation entre Jason Cruz et le monsieur de la sécurité ; je crois que ç’a débuté puisqu’au début, Cruz a failli se faire tirer dans la foule, mais il a eu juste le temps de twister le bras du gars pour garder son équilibre. C’est peut-être le manque de sécurité qui en était l’origine. Je crois que cela a dû aussi avoir un impact sur le reste de la prestation de Cruz qui était décidément en furie pour le reste du spectacle. Ça ne m’a pas empêché d’apprécier les nombreux bons moments passés avec Strung Out qui te garnotte sa musique. Merci au groupe d’avoir joué Firecracker à la fin, je voulais l’entendre.

Mel : C’est dans une salle pleine que la formation Strung Out s’est donnée en prestation. Pleine? Vraiment? J’étais sur le bord de la scène et je n’étais pas en train de me faire écraser, c’est étrange… C’était la première fois que j’assistais à l’une de leurs représentations. Leur matériel est solide, toutefois, j’avais l’impression d’entendre des bouts un peu plus flous et le chanteur s’est essoufflé plutôt rapidement. Le bodysurfing était à l’honneur en riposte à l’altercation de Cruz avec le Gorille qui avait pour mandat de ramener le monde par terre. Cruz s’est d’ailleurs propulsé dans la foule avec son micro à un certain moment donné en signe de protestation. Étant de nature très intuitive, bien que je comprenne sa frustration, j’ai vu et senti sa négativité tout au long du concert et je n’ai pas du tout apprécié. Heureusement que le bassiste et les 2 guitaristes avaient une bonne présence sur scène et savaient aller rejoindre les gens près de la scène, car autrement j’aurais malheureusement chialé plus longtemps. C’est désolant, mais ce n’était forcément pas l’une de leurs meilleures soirées.

STRUNG OUT :

Bonne soirée dans l’ensemble pour le trio qui pourrait, je dis bien qui pourrait remettre ça le 21 juillet lors du spectacle de Rise Against!

Publié le mai 5, 2015, dans Hardcore, Punk, Punk Hardcore, Punk Mélodique, Punk Métal, Punk Technique, et marqué , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :