(Chronique) Strange & Disturbing, dans le sentier de Sum 41?


  • STRANGE & DISTURBING

  • LOUD AND STUPID
  • [FIREWORKS COLLECTIVE]
  • Année: 2014 // Genre: Punk Rock

  • / / / / /

Je vous ai déjà invoqué ma passion d’éplucher et déchiffrer des albums comme j’ai la chance de faire régulièrement dans la vie de tous les jours? La réponse est oui! Avec un grand « O »!

Cela dit, le dernier album que j’ai eu la chance de disséquer est Loud and Stupid du groupe de Mont-Joli, Strange & Disturbing. Je connais bien la musique de ce band du Bas-St-Laurent qui roule sur les planches de la scène punk rock, depuis quelques années déjà. On jase comme ça là, la romance Stay et la sautillante We’ll be OK que nous pouvons ouïr sur le démo This is Who Are ne sont pas passées dans l’oreille d’un sourd, alors comme la fameuse phrase typiquement québécoise : je me souviens!

Donc, revenons à Loud and Stupid que j’ai planté dans ma chaîne stéréo de voiture, le 23 mars dernier, le lendemain de ma soirée inoubliable au Métropolis de Montréal où j’ai assisté aux concerts de Punchline 13, A Wilhelm Scream, Anti-Flag et Pennywise. Loud and Stupid est tombé dans les bacs en novembre 2014, mais je n’avais toujours pas épluché son contenu de fond en comble. Comme on dit chez nous : il était temps!

En tout cas, sur le trajet du retour, accompagné de mon grand copain Steff, on s’est gâté pas mal avec cet album, je vous explique…

Dès que l’album s’est mis à jacasser, avec I Hope it’s a Joke, on s’est mis à hurler le refrain puisque cette chanson avait déjà coulé dans notre conduit auditif. La toune subséquente, Don’t Count on Me, est venue nous fesser en pleine tronche avec sa mélodie excessivement accrocheuse, une voix de pop-punk qui se marie tellement bien aux notes balancées, une batterie pesante et un « snap » de basse sur la coche.

L’écoute se poursuit, on jase, on hurle et on commence à constater un léger rapprochement entre Strange & Disturbing, Sum 41 et Simple Plan (le vieux, mais pas Reset). Étions-nous trop cuits par le soleil? Je dirais plutôt que du pop-punk de cette saveur, le rapprochement entre les 3 orchestres doit se faire.

On est passé de Wreckage, à Start to Care, puis on a couronné ça à Departure… et on a rechuté en démarrant l’album une seconde fois puisque la recette est tellement succulente. Je me répète, mais cet album est un mariage parfait entre la voix singulière de JP Clermont, le « snap » de basse de Michaël Robichaud, la batterie pesante de JB Dubé et la petite épice « métallique » ajoutée au son pop-punk de Strange & Disturbing. Pour ce qui est des compositions et de la guitare, c’est précisément « punk »!

C’est simple, même si je suis de moins en moins un adepte de pop-punk, Strange & Disturbing a l’étoffe d’un groupe mondial et l’album Loud and Stupid frappe autant que le tank dans Rapide et Dangereux 6.

Cet album vous caressera pendant 25 minutes (et 8 chansons), je suis certain que c’est plus que votre conjoint/conjointe l’a fait la semaine dernière!

Ma note : 84%

Procurez-vous l’album « drette icitte »!

1. Oh Well
2. I Hope it’s a Joke
3. Don’t Count on Me
4. Wreckage
5. Shattered
6. Start to Care
7. Failed
8. Departure

Jeff Drouin

Publié le avril 8, 2015, dans Pop Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :