(Revue) L’équipe des Simpson à Rouyn-Noranda?

Sortir de sa zone de confort un mercredi, ce n’est pas évident, mais Zombie, de KeepHope Productions, est parvenu à me donner le coup de pied nécessaire pour que j’enlève mes pantoufles afin d’assister à la prestation des Isotopes. Nenon, pas l’équipe dans les Simpson là, mais l’orchestre qui porte ce nom parce qu’il tripe Simpson et baseball… Un excellent parallèle!

Fidèle à mon habitude, j’ai frôlé les planches du Cabaret une heure avant que les hostilités soient lancées. Évidemment, j’avais apporté mon gant de baseball dans le but de me lancer la balle avec les membres du groupe, mais en vain! J’ai donc jacassé du spectacle des Planet Smashers qui était passé au Cabaret de la dernière chance au préalable, que j’ai raté afin d’assister à un mariage, avec Zombie…

Si je reviens au présent, avant de contempler la formation des Isotopes sur la plate-forme, Jester Disaster, le leader du groupe le Désastre, s’occupait de remplir la première partie avec sa guitare sèche, son harmonica, son maquillage, son accoutrement original, ses « converse » et sa voix de rockabilly!

Sincèrement, Jester Disaster est une bête de scène, malgré que ce soit toujours toute croche (rien de négatif ici). Ce que je veux dire par toute croche, je prends comme exemple flagrant sa courroie de guitare qui tient avec du « duck tape »… et qui lâche pendant la prestation. Bref, il n’est pas timide, il détend bien la foule, et surtout, sa voix rocailleuse vient toujours me chercher et me faire grandement apprécier le produit qu’il nous propose.

JESTER DISASTER :

Le prochain orchestre à monter sur scène était Silence of Life… Si j’ai bien décortiqué le tout, c’est un groupe cégépien grunge, punk et geek qui adore les jeux vidéo, c’est ça? Cela dit, le trio est parvenu à réveiller de vieux souvenirs du secondaire qui somnolaient dans mon encéphale en me rappelant les fameux spectacle de « Polyno en spectacle »!

Silence of Life, c’est un trio de deux chanteurs guitaristes,  deux batteurs et un bassiste… Je dis deux chanteurs guitariste et deux batteurs puisque deux membres du groupe alternent à ces positions, vous me suivez? Bref, les boys ont couronné leur manche en bedaine. Pas mal pour se débarrasser de la nervosité! Les deux chanteurs, assez à l’aise sur scène, semblaient confortables, mais le petit bassiste timide, lui, était rouge comme… ben rouge!

SILENCE OF LIFE :

Nous sommes enfin rendus aux bonbons, les Isotopes!

L’équipe de la central nucléaire dans les Simpson est en tournée canadienne, en caravane, afin de présenter leur nouveau produit : Nuclear Strikezone.

Plus de 20 membres sont passés dans cette formation depuis 2007, mais après une panoplie d’échanges, l’équipe semble plus stable avec ses 6 membres… Quoique seulement quatre étaient présents à Rouyn-Noranda. Cela dit, on s’en fout puisque les membres qui y étaient nous ont proposé quelque chose de très puissant et très « serré ». Le leader de la formation, Evan October, est un petit Mini-Wheats… Un gars ultra sympathique, souriant et amical avant de bousculer la scène, mais dès qu’il y touche (à la scène), c’est le côté givré qui domine. Une bête de scène avec une énergie débordante qui entraîne la foule à se déchaîner.

Les Isotopes ont beau triper sur le baseball, mais leur punk rock pur est pas mal plus allumé qu’une joute de balle. Du vrai punk rock influencé par les Ramones et The Adolescents, entre autres… Ça indique que les pistes sont courtes, énergiques et qu’elles débutent très souvent par un « 1-2-3-4! ». Chaque musicien prend sa place, le bassiste a le « picking » dans le tapis et sa prestance sur scène est abondante, le batteur est vraiment véloce et le guitariste évapore les notes aussi rapides que les chansons sont courtes.

Le bémol dans tout ça, c’est que les Isotopes auraient mérité un meilleur sort… Un mercredi, que ce soit à Rouyn-Noranda ou ailleurs, il est très difficile de sortir le monde de leur taverne.

C’est simple, les Isotopes sont de calibre mondial!

ISOTOPES :

En résumé, merci à Keephope Production d’avoir ramassé un groupe de ce calibre pour les Rouynorandiens… et merci aux Isotopes de nous avoir lancé, Blitzkrieg Bop (Hey ho, let’s go) des Ramones!

ÉCRIT PAR: JEFF DROUIN

Publié le avril 3, 2015, dans Événement, Punk, Punk Rock, Spectacle, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :