(Revue) Planet Smashers, une soirée chaleureuse à Rouyn!

Ouch, un autre spectacle de KeepHope Productions qui rentre dedans! Dès la mise en vente des billets, on pouvait deviner que ça allait être toute une soirée, et oh que c’était fou! Troisième année du passage de la tournée Républiska en région, les Rouynorandiens, peut-être tannés de l’hiver, se sont vite procurés les billets en prévente pour se garantir une place au soleil au Cabaret de la Dernière Chance avec Les Happycuriens, les Marcel, Les Conards à l’Orange et les très attendus Planet Smashers. L’organisateur lance l’appel sur sa page Facebook : le spectacle sera tellement cool que nous devrions tous amener nos lunettes de soleil! D’ailleurs, me demande bien combien de paires ont été retrouvées à la fin de la soirée…

Les Happycuriens ; tout un départ pour la soirée! Il n’a fallu que quelques notes pour que le cabaret se mette à skanker. Des musiciens bourrés de talent, un son très festif et un groupe qui aime faire danser les gens, un bon cocktail pour faire lever le party. Une belle découverte pour moi, et bien des gens présents : leur son parfois reggae, un peu jazzy mais toujours énergique a certainement de quoi capter l’attention, même des non-gigueux. Je me sentais mal de les voir, huit musiciens entassés sur la petite scène du cabaret, mais ils sont tellements géniaux qu’ils ont même réussi à inviter Gilles Côté des Conards à l’Orange à se montrer la bedaine le temps d’une chanson et rocker comme s’ils avaient de la place comme au Centre Bell. Certainement une prestation à faire regretter à certains leur arrivée tardive.

LES HAPPYCURIENS :

Les Marcel ; fidèles à leurs habitudes, KeepHope Productions, c’était au tour du groupe local (ok, d’Évain) Les Marcel de faire chauffer la salle avec leurs classiques de punk garage. Les gars ont clairement du plaisir sur scène et ils ont des fans fidèles au poste. D’ailleurs, j’ai été impressionnée par la qualité de leur prestation, peut-être dû à l’heure non-avancée de la soirée, quoique suivre un groupe comme les Happycuriens a dû mettre un peu de pression, non? Et avec un son complètement différent, et aucunement ska, les Marcel ont quand même réussi à garder la foule active.

LES MARCEL :

Les Conards à L’Orange ; après le son garage des Marcel, c’était au tour des Conards à l’Orange de repartir le bal. Ce n’était pas la première visite des Sherbrookois en région et la foule avait déjà apprivoisé leur chansons parfois engagées, souvent absurdes. D’ailleurs, faut dire que la foule présente en est une qui aime bien le punk rock, le ska joyeux et bien présenté, et nous avons été très bien servis par Les Connards à l’Orange. Faisant des spectacles depuis… ouf, longtemps, les gars savent comment mettre le feu à une salle! Je suis certaine que leur prochaine visite en région va remplir des sièges, uh, vendre des billets.

LES CONARDS À L’ORANGE :

The Planet Smashers ; ok, est-ce que je dois vraiment écrire quelque chose ici? Certainement attendus, il n’a fallu qu’arrêter la musique de l’entracte pour faire grimper la température dans la salle et Life of the party pour vider la terrasse et les salles de bains. Il faisait chaud, nous étions proches comme des sardines en boîte et tellement heureux! Les Planets Smashers savent faire et faire faire la fête, que l’on espérait ne se terminerait jamais. C’était toute une ambiance.

THE PLANET SMASHERS :

Les Claques dans Face ; j’ai failli oublier notre cher groupe local de reprise, Les Claques dans face, et pourtant c’était une façon plutôt mémorable de terminer la soirée. Avec Mathieu Bouffard (Nique à feu) au premier plan, cité comme étant le secret du punk rock le mieux caché du Québec, JF Gibson (Les Prostiputes, Jambe) à la batterie et Sébastien Potvin (Crash ton Rock) à la guitare, les gars ont joué des classique du punk rock pour ceux qu’il leur restait encore un peu d’énergie. Après tout, hurler les paroles de Linoleum ou de Disconnected avec des chums, couverts de sueur et de bières étrangères, c’est une bonne fin de soirée.

Pour moi, de voir le cabaret aussi plein me remplit d’espoir pour que le printemps arrive un jour en Abitibi. Et une soirée comme celle-ci, c’est plus fiable qu’une marmotte!

ÉCRIT PAR: STEPH LANDRY

Publié le avril 1, 2015, dans Événement, Ska, Ska Francophone, Ska Punk, Ska Reggea, Ska Troisième Vague, Spectacle, et marqué , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :