(Chronique) The Isotopes, un coup de circuit musical


  • THE ISOTOPES

  • NUCLEAR STRIKEZONE
  • [STOMP RECORDS]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Rock

  • / / /

Stomp Records, compagnie de disques indépendante située à Montréal, se trompent rarement sur les groupes qu’ils signent. Ils nous surprennent toujours et sont toujours d’actualité quand vient le temps de nous présenter une nouvelle formation qui est littéralement sur le point d’exploser. The Isotopes est une formation de Vancouver qui existe depuis 2006. Elle a pris son temps avant de faire exploser ses recettes musicales, avec des influences tirées des Ramones, Screeching Weasel et The Queers.

L’influence de ces formations qui ont forgé la scène punk, coule dans leur sang. Qu’est-ce qu’on peut attendre de ce premier album des Isotopes sur Stomp Records ? Un album classique, épique et monumental, aussi simple que ça! La formation a déjà sorti une compilation de singles qu’elle avait monté durant les sept premières années qui s’intitulait The First Four Seasons.

Le groupe appelle son style « baseball punk rock », car son nom est tiré de l’équipe de baseball dont la mascotte est Homer Simpson dans l’émission Les Simpsons. Hé oui, l’équipe était les Isotopes avec le logo de la centrale nucléaire de M. Burns. Je dirais que l’amateur des Simpsons en moi était déjà convaincu que l’album Nuclear Strikezone valait l’écoute avant même de l’avoir déballé.

Quand le CD est arrivé au fond de mon lecteur CD de mon auto et que ça a débuté, j’ai tout de suite su que chaque chanson risquait d’être épique. Un punk rock mélodique pop qui vient nous chercher droit dans les tripes. Non mais l’album ouvre avec Never Been Caught et une voix nasarde qui montre le potentiel de cette formation canadienne! On nous présente chaque membre de la formation. D’ailleurs, on retrouve Vlad Zak, bassiste de la mythique formation The Real Mckenzies qui vient aussi de Vancouver. De plus, Trevor Uppercutz fait partie des Nervous, autre formation canadienne qui a connu beaucoup de succès dans la scène punk rock.

L’album a été monté et enregistré avec nul autre que Blag Dahlia, chanteur de la légendaire formation américaine The Dwarves qui s’est fait connaître par sa violence en spectacle et en ouvrant souvent pour Nirvana. Voyez-vous tout le travail et toute l’équipe de légendes derrière cet album qui est savoureux et incroyable? Les chansons s’enchaînent comme sur un album des Ramones, ça va vite et on aime ça. Je crois que la chanson la plus du style Ramones est Night Bus Home To You.

Total Juicehead reste un moment fort de Nuclear Strikezone et les chants d’accompagnement sur Hasta La Vista, Baby sont classiques avec nul autre que Blag Dahlia. On ne se leurre pas, c’est pop à l’os et punk rock à souhait. On croirait entendre un groupe sorti tout fraîchement des années 90. Les riffs de guitares sont excellents et bien montés, Chigs Dig The Long Ball en est un excellent exemple. C’est la musique qui nous accroche et les « ho o ho o » viennent bien appuyer ce moment fort de l’album, qui dure 25 minutes. Dans vos dents, comme on dit !

L’album offre 11 chansons et pas une de plus. Personnellement, j’aime vraiment chaque chanson et je trouve l’album très bon. Je l’ai déjà écouté à plusieurs reprises et je ressens encore le même thrill qu’à ma première écoute.

Reste que j’aime les albums courts, on en redemande et c’est souvent ces albums qui passent à l’histoire dans le circuit punk rock. Quelque chose de spontané, rapide et bien fait. Pour un bon résumé de Nuclear Strikezone, Situation No-No ne dure qu’une minute et 48 secondes, mais est totalement efficace et représente bien l’ensemble de cet album punk rock. Ils sont quand même six dans cette aventure, ils ont deux batteurs. Je sais pas trop s’ils sont les deux sur scène comme F.U., projet de Bam Margera, mais ça doit donner quelques chose de pas mal intense.

J’imagine très bien l’énergie que ce groupe doit avoir en spectacle, je ne les ai pas vus encore, j’espère que malgré la longue route qui sépare Québec de Vancouver, ils viendront bientôt nous voir à Québec. Pour l’instant, il sera au Pouzza Fest en mai. Je vous invite à vous procurer vos billets, la programmation est tout simplement malade et The Isotopes seront là, ça vaut le déplacement. Ils ont comme surnom The Topes et je crois qu’ils seront rapidement dans nos tops meilleurs groupes canadiens.

Je vous invite à aller sur le site de Stomp Records dès maintenant vous procurer cet album. Encouragez la scène punk canadienne, The Isotopes nous représentent très bien et ce à travers le monde.

1. Never Been Caught
2. Total Juicehead
3. Hasta La Vista, Baby
4. Chicks Dig the Long Ball
5. Situation No No
6. Hiroshima Dreamin’
7. Magic Loogie
8. Ballad of Rey Ordonez
9. Night Bus Home to You
10. Goodnight, Havana
11. Bleacher Creature Girl

ÉCRIT PAR: DJ PUNKASSBED

Publié le mars 30, 2015, dans Baseball Punk, Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :