(Chronique) Real Mckenzies, la nostalgie celtique à son meilleur!


  • THE REAL MCKENZIES

  • RAT IN A BURLAP
  • [FATWRECK/STOMP RECORDS]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Celtique

  • / / / / /

L’album Rats In The Burlap sort le 7 avril prochain sur Fat Wreck et Stomp Records. Il est le dixième album de la formation de Vancouver, The Real Mckenzies. Ils crachent leur punk-rock écossais depuis maintenant 23 ans, ce qui ne les rajeunit pas, mais ce qui ne les arrête pas non plus.

Il y a eu encore plusieurs changements au niveau des membres de la formation puisque l’on sait que le légendaire Dave Gregg est décédé il y a deux ans et que quelques membres ont quitté pour diverses raisons. Donc, plusieurs changements et tragédies sont survenues, et cela ne dérange en rien leurs plans. Le groupe ne perd en rien sa saveur et son mordant. Je dirais, qu’au contraire, sur cet album ils regagnent une certaine fougue et ils semblent vivre un second souffle, même si ce n’est pas leur premier.

J’avais trouvé que sur Westwinds ils avaient laissé paraître une fatigue et une mélancolie au niveau de l’ensemble de l’album. On sentait que les années d’abus d’alcool leurs tapaient droit dedans et que la fatigue de tout ça était bel et bien installée dans la formation qui nous donne néanmoins tout qu’un show et ce en tout temps. Mais Westwinds m’avait un peu déçu comparativement au glorieux album 10 000 shots qui était sorti en pleine gloire du punk-rock, dans les années 90, et que dire de Off The Leash.

Sur Rats In The Burlap on retrouve toute la force du groupe et les chansons rentrent au poste. Justement, on revient à leurs vieux albums classiques des années 90. Elles sont excellentes, accrocheuses et très rapides. On nous offre de belles mélodies et ça donne toute qu’une dynamique à cet opus. Il est donc clair que le groupe à encore sa place au sein des grand groupes Celtic Punk. Ils sont un bijoux de la scène canadienne, et ce, depuis leur début en 1992.

L’album débute en force avec la pièce Wha Saw The 42nd, une pièce qui se veut en même temps une intro et qui offre une dynamique digne des Mckenzies. On sent que ça va faire bonne figure en spectacle. Il y a un côté éclatant à cet album qui le démarque de ses prédécesseurs, qui offre quelque chose de plus, quelque chose de savoureux et surtout de délectable. C’est en fait une bombe et il va faire son chemin car le groupe a vraiment bien joué ses cartes pour ce dixième album. Je trouve qu’il nous ramène à la bonne vieille époque ou le punk-rock était maître et roi, et où tout ce qui avait le logo Fat Wreck était digne de confiance.

Les chansons sont courtes mais on en redemande, ça leurs donne leur charme. Comme par exemple sur Up On A Motorbike qui dure deux minutes, on nous offre beaucoup de profondeur et nous démontre que ce n’est pas important le temps de la chanson. Les refrains accrochent tout au long de l’album et ils nous donnent une impression de connu, comme si on avait déjà entendu ça. C’est la raison principale qui fait qu’on accroche dès le début. On s’y sent chez soi.

Cet album est donc comme une vieille paire de pantoufles, confortable et réconfortant. Il démontre que les groupes peuvent encore offrir quelque chose qui apparente à ce que l’on a connu au cours des fulgurante années 90. Who’d A Tough est une de mes favorites de cet album par sa rapidité et ses riffs mélodiques qui montrent la solidité qu’a le groupe.

Il faut se le dire, The Real Mckenzies c’est loin d’être des doux. Ils l’ont vécu à la dure et proviennent de milieux difficiles. Ils ont connu l’abus sous toutes ses formes. Ça leur donne justement une force que peu de gens ont. Une passion les enflamment à chaque fois qu’ils sont derrière leurs instruments et on le sent sur Midnight Train To Moscow, ils s’amusent encore et ont envie de le faire. What have you done montre justement leur fougue et leur énergie contagieuse qui nous font aimer cette formation canadienne.

Rats In The Batlab comprend quatorze pièces et je crois pouvoir dire qu’elles s’enchaînent de façon parfaite. Elles ont tous leur raison d’être et l’ordre est vraiment bien choisi. On a le droit au meilleur de The Real Mckenzies et je crois que le groupe sera bientôt en tournée pour venir nous voir. Je vous conseil fortement de vous déplacer.

Un album avec un impact aussi fort et aussi bon mérite tout notre support. J’ai bien hâte de chanter haut et fort les paroles de la chanson Lilacs In The Alleyway qui monte encore une fois toute la profondeur de ce groupe. Ils ont mis toutes leur tripes aux fils de leurs carrières et, malgré l’adversité, ils sont restés au combat pour nous offrir un punk-rock unique, rempli de nostalgie celtique.

L’album ce termine avec Dead Or Alive, qui montre que le groupe à souvent été entre deux mondes et qu’ils sont en ce moment bien en vie et prêts à continuer leur aventure qui passera à la légende si ce n’est pas déjà fait car, en fait, ils sont des légendes vivantes.

1. Wha Saw the 42nd
2. Up on a Motorbike
3. Who’d a Thought
4. Midnight Train to Moscow
5. Lilacs in the Alleyway
6. Yes
7. You Wanna Know What
8. What Have You Done
9. Bootsy the Haggis-Eating Cat
10. Spinning Wheels
11. Stephen’s Green
12. The Fields of Inverness
13. Catch Me
14. Dead or Alive

ÉCRIT PAR: DJ PUNKASSBED

Publié le mars 25, 2015, dans Punk, Punk Celtique, Punk Rock, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :