(Chronique) Quand Rise Against rime avec course à pied!


  • RISE AGAINST

  • THE BLACK MARKET
  • [DGC/INTERSCOPE]
  • Année: 2014 // Genre: Punk Rock

  • / / / / / /

Je dis ça de même là, mais la vie est belle pour moi… Elle est merveilleuse puisque je vagabonderai le sentier de la (route) 117 afin de m’orienter vers la grande métropole, pour assister au concert de Pennywise ce dimanche, au Metropolis.

Comme je mentionnais à l’origine de ce verset, je disais ça de même là, alors passons au sujet principal dont je souhaite traiter à travers ce papier : la critique de l’album The Black Market, de Rise Against. Je suis persuadé qu’à l’intérieur de votre encéphale vous vous dites : « Man, l’album a été pondu le 15 juillet 2014! ».

Sérieusement, je vous donne (un peu) raison sur celle-là, mais nous avons lancé la plate-forme BarricadePunk en janvier dernier, donc avant qu’il soit réellement trop tard, je crois fermement que nous devons étaler quelques lignes sur ce genre d’album venant d’un groupe avec cette notoriété. D’ailleurs, nous l’avons réalisé avec des critiques sur Hang de Lagwagon ou Honor Is All We Know de Rancid, plus tôt cette année.

Lorsque The Black Market est tombé dans les bacs, les « gens qui aiment détester » n’ont pas tardé à s’exprimer en cataloguant, encore une fois, Rise Against de groupe ayant suivi la vague commerciale qu’a démarré Green Day ou Blink 182. Tous des groupes de sous-genres punk ayant dérivé vers un son plus « vendeur ».

La réalité, c’est que Rise Against est juste un peu moins « hardcore » et lourd depuis l’album The Sufferer & The Witness. Toutefois, je tiens à préciser qu’on ne « saute » jamais une piste lorsque la voix de Tim McIlrath et la mélodie accrocheuse de cet orchestre caressent notre couloir auditif.

The Black Market ne fait pas exception à la règle, quand tu le plantes dans le iPhone, ça dépeigne… Avec le vocal à deux volets de Tim qui coule dans mes oreilles lorsque je parcours quelques kilomètres, en jogging, c’est impossible de ne pas gueuler durant le trajet. Bref, c’est peut-être moi qui dépeigne ceux qui me regardent courir en criant!

Il y a la voix du « straight edge », mais il y a aussi la mélodie accrocheuse proposée par Joe Principe, Zach Blair et Brandon Barnes qui s’agencent parfaitement. Perso, j’adore la vélocité de Barnes à la batterie, il tapoche ses peaux sans trop de délicatesse, mais avec une précision de chirurgien. La basse de Principe sonne toujours à la 88 Fingers Louis, donc distinguée… Les jeux de guitares des Tim (rythmique) et Blair (principale) ne sont pas ultra-complexes, mais ça rentre au poste pareil!

Ah oui! Les textes composés par Tim démontrent qu’il est un grand compositeur/interprète de la scène punk. Ces propos ciblent régulièrement la politique, le gouvernement ou la cruauté envers les animaux… Dans le fond, ses rédactions veulent dire quelque chose contrairement à d’autres compositeurs plus « basiques ».

The Great Die-Off est la piste maitresse de cet album… Non seulement elle est en tête du classement (piste numéro 1), mais elle illustre précisément le contenu de ce 8e album studio. Les tounes subséquentes comme The Black Market, The Eco-Terrorist In Me, Sudden Life, A Beautiful Indifference ou Zero Visibility me servent de motivation pendant mes trajets de course à pied. Alors que People Live Here, une balade, me sert de berceuse afin de tomber dans les bras de Morphée.

En résumé, pour moi, cet enregistrement de Rise Against se situe plus dans le punk hardcore avec un léger (très léger) soupçon de métal que du punk commercial. Tsé, une recette gagnante, on ne change pas ça… Donc, cours dès maintenant chez ton disquaire, si tu n’as toujours pas cet album, et dépenses quelques huards!

Pour ce disque d’un peu plus de 48 minutes, j’octroie une note de 84%.

1. The Great Die-Off
2. I Don’t Want to Be Here Anymore
3. Tragedy + Time
4. The Black Market
5. The Eco-Terrorist in Me
6. Sudden Life
7. A Beautiful Indifference
8. Methadone
9. Zero Visibility
10. Awake Too Long
11. People Live Here
12. Bridges

ÉCRIT PAR: JEFF DROUIN

Publié le mars 20, 2015, dans Punk, Punk Rock, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :