(Chronique) East End Radicals, un retour à la source celtique


  • EAST END RADICALS

  • ZERO HOUR
  • [STOMP RECORDS]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Rock

  • / / / / / / /

En partant, je dois m’excuser à l’instant où j’écris cette critique d’album, la formation performe à la salle Multi de Coopérative Méduse à Québec. Vous pouvez me juger de ne pas être là, mais j’ai souvent vu cette formation et pour des raisons hors de mon contrôle, je ne peux pas être là ! Je me retrouve très tard, en ce moment, à écrire une chronique de leur excellent album pour me racheter… Nah, parce que je les aime !

Zero Hour est malade mental, mais avant de tomber dans ses recoins et de le décortiquer, laissez-moi vous dire que…

J’ai découvert cette formation avec l’album précédent, il s’intitulait Carry On et tout comme cet album, il était paru sur Stomp Records. Je me rappelle que la formation me faisait ressentir une nostalgie punk rock des années 90 par son rythme mélodique. Sur Carry On, on reconnaît l’influence Rancid, fait avec une passion contagieuse. L’album est savoureux ! C’est accrocheur, joyeux, bien fait et on ressent le travail et la passion en arrière de chacune des chansons.

Donc, je connaissais cette formation depuis quelques temps et je travaillais, à cette époque, avec les Still Insane. Je les avais accompagnés à Trois-Rivière et ils avaient joué avec East End Radicals. C’était mon premier spectacle de cette formation de Montréal, sa performance m’avait cloué par terre. J’avais adoré le spectacle, je connaissais pas mal de chansons et j’adorais la façon qu’elles étaient présentées. Ils possèdent un talent et, sérieux, les chansons sont toutes bonnes. Avec une couple de verres dans le corps, c’est la perfection totale.


(La pièce Generation Checkout se retrouve sur l’album Zero Hour et sur le EP du même noms paru cette année)

Cette fois, on nous présente une formule tout-à-fait différente avec Zero Hour, paru le 3 février 2015 ! Je dirais que le groupe a pris une tournure naturelle sur cet album, cette fois on reconnaît un folk irlandais ou écossais, celtique, dans un format punk rock mélodique. L’influence Dropkick Murphy’s, The Mahones, The Real Mckenzies et même The Dreadnoughts est omniprésente. On ressent leur amour pour la musique folk et un retour à la source, on retrouve des airs vraiment accrocheurs et ça montre leur profondeur. Ils ont une honnêteté et un plaisir qui se ressent dans leur refrain et ce tout au long de l’album.

Dès l’ouverture avec Back To The Start, on embarque et on ressent l’expérience enivrante qu’on vit sur Zero Hour. Les chansons s’enchaînent rapidement, mais s’assemblent bien et on les adore. On ne veut pas en passer une, et ça se passe vite. Les 16 chansons sont excellentes et plus je les écoute, plus j’en redemande. Ils sont d’excellents musiciens et cet album le démontre vraiment bien. Ils montrent vraiment qu’ils sont un bijou de la scène montréalaise.

Il faut savoir que le groupe prend ses forces en spectacle, les chansons en ressortent plus tenues et plus rapides. Ils tiennent un rythme et fulminent les accords de façon naturelle sans se tromper. Les paroles restent prenantes et nous amènent dans un univers punk rock montréalais d’une perfection stratégique.

Sérieux, ils savent comment créer des chansons qui accrochent sans offrir une pop facile. Parions que cet album va faire son bout de chemin, car il est excellent. C’est pas toujours compliqué, mais c’est bien fait et surtout bien présenté. J’aime particulièrement la couverture de l’album. En haut, on y voit un volume #1, j’espère que le volume #2 ne saura tarder.

Je vous conseille cette formation, encore une fois. Ils font de la musique pour les bonnes raisons, c’est vraiment excellent et, surtout, rafraîchissant. Ils sont des êtres humains exceptionnels, sont hyper sympathiques, généreux et il faut être fier de notre scène locale. Allez chercher Zero Hour sur Stomp Records!

1. Back to the Start
2. Agony
3. Dolce Vita
4. Nothing Left
5. Let’s Get Back
6. Brothers Vaillancourt
7. Whistleblower
8. Forgotten Society
9. Stay Away
10. Ylpd
11. Across the Ocean
12. The Day That Could Not Be
13. Generation Checkout
14. Vicious Faith
15. Man Out of Me
16. Nation’s Secret Shame

ÉCRIT PAR: DJ PUNKASSBED

Publié le mars 12, 2015, dans Punk Celtique, Punk Rock, et marqué , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :