(Chronique) Exhibition, des calculs musicaux avec justesse


  • EXHIBITION

  • NEVER AGAIN
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2014 // Genre: Punkcore

  • /

Ce n’est pas tous les jours que j’ai l’occasion de vous parler de la municipalité de Saint-Raymond alors je me gâte. Baptisée la ville de l’automobile, cette contrée entourée de concessionnaires auto possède un centre commercial, un cinéma et un centre de ski.

Lieu de naissance du grand Luc Plamondon, connu aussi sous le nom de « Dion chante Plamondon », cette municipalité de près de 10 000 âmes a été nommée en l’honneur de l’illustre Raymond Nonnat, saint-patron des femmes enceintes et des sages-femmes.

Tous ces faits impertinents et non vérifiés (je n’ai jamais mis les pieds à Saint-Raymond, je m’en confesse) ne sont qu’un ridicule prétexte pour vous présenter une solide formation raymondoise nommée Exhibition.

Groupe de punkcore aux accents métalliques, le groupe a lancé son deuxième album, Never Again, en août dernier. Un album foutrement bien bâti où s’érige un mur de son compact et bien structuré, dans lequel on se lance tête première.

Les fondations sur lesquelles repose le groupe sont constituées d’influences assez variées passant aussi bien d’Atreyu à Rise Against, en passant par As I Lay Dying. Amalgamer les styles peut s’avérer un exercice périlleux mais Exhibition y parvient avec justesse. Les calculs sont bons, le tout se tient bien et nous laisse toujours sur le qui-vive.

Dès les premières notes de Deaf, premier morceau de l’album, on entre dans l’univers du groupe. C’est pesant à souhait et on découvre une voix criarde et rauque qui convient parfaitement au style.

D’une pièce à l’autre, la formation réussi toujours à ajouter des éléments intéressants. Bien que le son soit généralement lourd, il n’en demeure pas moins que la guitare s’assure avec brio de la trame mélodique tout au long de l’album.

Que ce soit par le mélange des voix, les « breaks », les lignes de basse ou encore le jeu de la batterie, on peut facilement trouver son compte avec Never Again.

Personnellement, Blind et The New Beginning (Into Black) sont peut-être les chansons que je préfère. À ceux-là j’ajoute également Keep Your Distance, chanson que la formation a mise en image avec sa première vidéo que vous avez peut-être déjà vue passer sur Barricade Punk (page Facebook) cette semaine.

Un excellent groupe de la scène locale à découvrir!

1. Deaf
2. Keep Your Distance
3. Blind
4. Lazy
5. Better World
6. Who’s To Blame
7. Emergency
8. Not Invincible
9. With You
10. The New Beginning (Into Black)
11. Unfaithful

ÉCRIT PAR: ERIC ÇATIRE

Publié le mars 4, 2015, dans Punk Hardcore, Punk Métal, Punkcore, et marqué , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :