(Chronique) La comédie musicale de Fat Mike sur disque


  • FAT MIKE

  • HOME STREET HOME
  • [FAT WRECK CHORDS]
  • Année: 2015 // Genre: Punk Rock

  • /

Je crois que cette histoire de comédie musicale de Fat Mike commence par une compétition entre Ben Weasel de Screeching Weasel et Mr. NOFX. Je ne suis pas certain de ce que j’avance, mais Ben travaille sur la sienne depuis quelques années et est en train de terminer le montage de ses trois albums qui en découleront. Fat Mike et lui sont en guerre depuis que Fat Mike a laissé les Weasel quitter Fat Wreck pour raison de « svp ferme ta gueule Weasel, tu parles trop ».

Je déteste personnellement les comédies musicales pour raisons personnelles. Dans mon enfance, c’était une corvée d’écouter un film dans lequel ils chantaient. Je trouve que les chansons sont rarement bonnes. Est-ce qu’une comédie musicale punk rock peut être bonne et survivre? Oui, Billie Joe Armstrong de Green Day l’a prouvé en offrant ce qui est leur meilleur album selon moi en carrière après Dookie, American Idiot, qui était un album de taille et un défi colossal. Les Ramones avaient sorti Rock ‘N’ Roll High School qui est la première comédie musicale punk. C’était pas si pire, mais ce n’est pas ce que les Ramones ont fait de mieux.

Fat Mike est un excellent compositeur, tout le monde le sait, et je crois qu’il a offert quelque chose de sincère avec Home Street Home: Original Songs from the Shit Musical. Il ne chante pas beaucoup sur son album, mais on peut entendre plein de gens de la famille Fat Wreck œuvrer sur cet album. L’album s’est fait rapidement selon moi, on retrouve peu d’information sur qui est impliqué exactement dans le projet. On connaît les formations dans lesquelles ils œuvrent, mais on ne sait pas ce qu’ils ont fait sur l’album.

On ne se retrouve pas dans une comédie musicale totalement punk; les pièces sont souvent lentes et on y retrouve beaucoup de piano tout au long de l’album. Mais on ressent toute l’écriture de Fat Mike; ça parle de drogue tout le long et d’alcool. Si vous n’êtes pas du genre à aimer entendre parler glorieusement de la drogue, cette comédie musicale n’est vraiment pas faite pour vous, car je vous jure, ça abuse. Donc, on repassera sur la profondeur de la chose. Pour les chansons, quelques-unes sont vraiment bonnes et ressortent du lot. Je pense entre autres à Fecal Alcohol Syndrome, mais encore là, on parle de se péter la face en version country punk rock!

L’album offre quelques bons moments, mais je le trouve lourd et ça me rend parfois down. Des chansons comme Three Against Me ne me font vraiment pas lever et je trouve qu’elle ressemble à My Orphan Years sur Cokie The Clown de NOFX. C’est touchant, mais ce n’est pas le genre de chansons que j’aime écouter souvent. On sent une certaine souffrance et une mélancolie dans les paroles. J’imagine que toutes ces années de lourdes consommations doivent peser sur Fat Mike. Ça a dû être un processus thérapeutique pour lui, ce qui est positif en soit, mais l’album ne l’est pas.

D’un autre côté, je n’ai pas détesté la chanson Gutter Tarts qui parle de prostitution. D’ailleurs, n’écoutez pas cet album avec vos enfants, car la chanson Safe Word va leur apprendre tous les mots qu’il ne faut pas savoir à leur âge; elle est hard cette chanson, sérieux. Je crois que l’écriture de Suma Snakeoil, femme de Fat Mike, se retrouve dans cette chanson, elle est artiste burlesque. Ça a du sens quand t’écoutes ça ! La libido de Fat Mike a trouvé sa muse, je crois.

Ça reste quand même une expérience à entendre une fois dans sa vie, mais je ne vous dirai pas de courir l’acheter. Je n’irai pas voir la pièce non plus, les sujets ne m’intéressent pas et je n’irai certainement pas à San Francisco pour ça! Quelques fois, on aime moins les chansons avant de voir la pièce, mais dans ce cas-là, je comprends le concept sans avoir besoin de la voir. Je ne crois pas que la voir va rendre l’album meilleur, dans l’ensemble. Ce n’est pas malade et je ne trouve même pas que c’est un bel effort, c’est plutôt ordinaire. Il a peut-être pris trop de drogue en l’écrivant, je ne sais pas trop, mais il était dans un pas pire délire, je trouve.

Comme le dit Fat Mike: « Drugs don’t make you smarter, but it makes you more interesting. » Ce qui veut dire: la drogue ne vous rend pas plus intelligent, mais elle vous rend plus intéressant. Vous voyez le genre!

C’est drôle quand on aime les blagues sur la drogue et les abus que l’on peut faire dans la vie. Mais sinon, ça n’a pas trop de sens et c’est un peu n’importe quoi selon moi. Les artistes sont talentueux, les voix sont belles, mais c’est plus la trame de fond qui fait fondre le décor. Personnellement, comme vous le lisez présentement, ça ne m’a pas fait capoter. Je n’avais pas d’attentes pour moi alors je passe à autre chose.

Certains vont peut-être aimer, car c’est original et ça sort du lot punk rock. Si vous aimez le piano, vous allez adorer. On retrouve des membres de NOFX, Descendents, Lagwagon, No Use for a Name, Alkaline Trio, Mad Caddies, Frank Turner, The Living End, Old Man Markley, Me First and the Gimme Gimmes, Dropkick Murphys, Bad Cop/Bad Cop, Dance Hall Crashers, The Aggrolites, Limp, The Real McKenzies, Mariachi El Bronx, R.K.L. et Hedwig and the Angry Inch. Petite note: Dance Hall Crashers est la formation que Tim Armstrong et Matt Freeman ont lancé à la suite d’Operation Ivy, mais ils ont ensuite quitté le groupe pour former Rancid. Les filles ont continué, on les retrouve à quelques moments durant l’album.

L’album en CD est paru le 10 février 2015 sur Fat Wreck et le vinyle sera disponible le 24 mars 2015.

1. Monsters
2. Three String Guitar
3. Urban Campers
4. Fecal Alcohol Syndrome
5. Three Against Me
6. High Achievers
7. Gutter Tarts
8. Bad Decision
9. Missing Child
10. I’m Suicide
11. Let’s Get Hurt
12. Safe Words
13. Another Bad Decision
14. Seeping Beauty (Reprise)
15. Bearly Legal
16. Because I Want To
17. Life… Oh What a Drag
18. The Agony of Victory

ÉCRIT PAR: DJ PUNKASSBED

Publié le février 23, 2015, dans Comédie Musicale, Musique, Punk Rock, et marqué , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. 3 commentaires.

  1. J’Adore la voix de Stacey dee de bad cops bad cops , et jtouve que sa part lourd avec Monster que j’Aime aussi

    J’aime

  2. Jadore la voix de stacey dee de bad cop/bad cop….

    J’aime

  3. Personellement, j’adore l’album… Peut-être pas un son punk mais quand même un bon album à écouter quand on « feel » plus « smooth ».

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :