(Revue) La St-Valentin du Buckfest, un vrai bon spectacle!

La saga du Buckfest se poursuit tout le mois de février et samedi dernier la production a encore su faire un match parfait avec 4 excellents groupes qui se complétaient à merveille! Un grand nombre de gens étaient présents à cette soirée et il n’y a pas à dire, on a fêté l’amour, l’amour de la musique locale et de l’alcool!

La première formation à monter sur scène a été Montréal Carnivores. Je n’avais jamais eu la chance de voir ce groupe en pleine action auparavant et j’ai vraiment apprécié leur style musicale. Ce qui m’a frappé en premier c’est que le batteur partage le chant avec le guitariste à peu près à part égale si ce n’est pas plus, ce qui n’est quand même pas commun. La communication entre les musiciens était palpable. Le groupe punk rock composé d’une section rythmique de trois musiciens avait une bonne présence sur scène et bien qu’à ce moment le publique n’était pas encore complètement prêt, la réponse était positive. Ça bougeait de la tête en masse!

Étant en tout temps fidèles à leur sonorité, on observait tout de même une différence notable entre chacun des morceaux et les enchaînements étaient bien réussis. Je n’ai été affectée par aucune redondance notable pendant leur prestation et dieu sait que je suis facilement agacée par la redondance… Ces gars ont vraiment su développer leur propre originalité. Mes morceaux préférés ont été Rien Faire et King Kong. Je vous invite à découvrir les vôtres sur Bandcamp!

MONTRÉAL CARNIVORE :

Deuxième performance de la soirée, Mr. Porky Et Ses Cochonnets qui, je dois dire, avaient de la gueule en cette soirée de St-Valentin. Je les aurais rebaptisés « Les Porkys En Habits » avec leurs belles guitares style rockabilly. Le trio nous a garoché leur pork ‘n’ roll carré en pleine face. Dès la première note et ce fût un délice. Avec des paroles complètement déjantés, il a une forte présence sur scène ce Mr. Porky! Il nous joue son « criss de style sur un criss de temps » comme ils se plaisent à dire et la réponse du publique est excellente. Ça commence tranquillement à se dégêner ce monde-là !

La musicalité de ce groupe nous fait surfer sur un monde de psychobilly violent et on se défoule littéralement juste en écoutant la voix du chanteur… J’avais toutefois de la difficulté à comprendre les paroles par moment mais c’était vraiment un détail. À la fin, le bassiste nous a pitché son instrument en pleine gueule (pour aller pisser au plus vite peut-être?) en laissant le guitariste et le drummer finir le morceau… Les gars se donnaient à 300% et j’ai adoré.  Allez découvrir leur travail et si vous aimez déplacez-vous pour les voir en prestation, ça vaut vraiment la peine.

MR. PORKY ET SES COCHONETS:

PAUSE. J’aimerais prendre le temps de vous demander, avez-vous remarqué la thématique des deux premiers groupes ? Piste à Suivre…

Prochain groupe à se présenter : Vas-y-Line avec son punk garage glissant. Cette formation est un réel divertissement visuel et sonore. Le chanteur se pointe sur la scène avec ses faux cheveux bleus et commence à nous lancer des paroles légèrement trash (hummm… peut-être plus que légèrement finalement). Le style vocal s’agençait parfaitement bien avec celui de Mr. Porky et une fois de plus la grosse distorsion était au rendez-vous. Le bassiste du groupe précédent a d’ailleurs troqué son instrument pour une guitare afin de se joindre à cette formation.

L’interaction avec le publique est vraiment à son comble et le monde est être vraiment actif à l’avant de la scène. Ca danse, ça se rentre dedans, ça glisse sur le plancher « slusheux ». Bref, ça l’air à vraiment faire la job Vas-y-Line… Plusieurs personnes du publique vont voler la vedette au chanteur en empruntant le micro d’à côté. ce dernier scandant « hey, t’es même pas dans le groupe! ». Belle mise en scène interpellant la foule!

Le groupe va même jusqu’à nous donner des chocolats et des pancartes pleines d’amour sur lesquelles j’ai malencontreusement oublié le détail de ce qui était écrit tellement le monde et l’ambiance étaient déchainés. Clin d’œil à sa première performance, le guitariste lance sa guitare à la fin de son set. Je ne sais pas si c’est sa marque de commerce? Pour découvrir une des belles histoires de ce Tancrède, pointes-toi sur Bandcamp.

VAS-Y LINE :

Finalement, le clou de la soirée, WD-40 avec son gros rock country punk franco. Les membres de ce groupe ont visiblement de l’expérience juste par ce qu’ils dégagent au premier coup d’œil. La musicalité est excellente, le rythme rapide et les paroles travaillées mais faciles à comprendre. Ils ont un peu le style Rock ‘n’ Roll qui tire sur quelques fois sur le Crooner avec des paroles à travers lesquelles on peut souvent deviner des histoires de fesses.

Le guitariste est comment dire… non en fait je n’ai pas de mots pour le décrire. Il déchire ce mec! Au début, avec son chapeau de cowboy blanc et ses lunettes fumées, il avait un style qui ne passe pas inaperçu. Mais au fur et à mesure que la prestation de déroule on découvre l’homme derrière le masque et …wow! Le gars est littéralement en transe pendant ses solos. Sans vouloir faire de jeux de mots je dis chapeau! C’est fabuleux.

Les autres musiciens sont tout aussi captivants, chacun dans leur style propre. Le chanteur finalement retire son chandail pour un set allongé qui fait le bonheur des fans dans la salle (et surtout des femmes?). La danse est au rendez-vous. La foule dépense de l’énergie et la soirée se déroule finalement trop vite. Un grand nombre de gens connait les paroles et accompagne le chanteur. Excellente prestation de ce groupe québécois culte dont le dernier album, paru en 2006, est disponible sur Bandcamp.

WD-40 :

PAUSE. As-tu, cher lecteur, saisi ce que moi j’ai saisi ? Chaire…Instinct animal… lubrifiants… St-Valentin…

Pour la troisième fois, BRAVO à la production qui sait faire de ses événements un succès, qui sait visiblement choisir de façon très appropriée les groupes, qui procède toujours à des jumelages parfaits entre les styles et arrive même créer une thématique en fonction d’un événement comme la St-Valentin. Encore une fois BRAVO!

Si vous n’avez pas encore participé à l’une des soirées du Buckfest 14, sachez qu’il n’est pas trop tard. Le tout se déroule jusqu’au 28 février au Bar l’Escogriffe sur St-Denis. Ne manques pas ça!!

Merci à Glycérine Tancrède pour les clichés de cette soirée mémorable.

ÉCRIT PAR: MEL LECLERC

Publié le février 17, 2015, dans Événement, Festival, Pop Rock, Psychobilly, Punk, Punk Francophone, Punk Rock, Rock, Rock Francophone, Rock Garage, Rockabilly, et marqué , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :