(Chronique) Francbâtards, le mélange parfait de rap et de ska


  • FRANCBÂTARDS

  • FRANCBÂTARDS
  • [INDÉPENDANT]
  • Année: 2014 // Genre: Ska/Reggae

  • /

Francbâtards est l’un des groupes québécois qui ne suit pas les sentiers battus et préfabriqués. Il ne se mêle pas au moule standardiste de notre industrie et c’est ce qui fait son authenticité. Il combine le ska, le reggae, jusqu’au swing et parfois au jazz. Il faut dire que ce groupe inclut huit musiciens, alors il n’a pas le choix de se diversifier.

L’album éponyme a été enregistré par Alex Giguère, membre du groupe The Beatdown et reconnu pour avoir enregistré des albums des Planet Smashers, The Real Deal, Staylefish et plusieurs autres. L’album dégage vraiment du pur professionnalisme et foudroie le mauvais temps à grands coups de musique pour vous faire taper du pied et provoquer le bonheur comme jamais.

Parfaitement bien rythmé et enjoué, cet album fait absolument l’affaire pour faire la fête. Du grand, très grand reggae entraînant et relevé d’une sauce rap bien originale, le tout formidablement bien dosée (et dieu sait que je ne suis véritablement pas friand de rap pour plusieurs raisons). Ici, c’est tellement bien amené, que ça devient très attrayant et surtout divertissant. Je me surprends donc à adorer. En plus, un petit côté de musique du monde s’y intègre habilement bien, ça donne une démarcation sonore encore plus hallucinante.

On y mix aussi de la guitare électro-acoustique qui s’incruste dans nos oreilles avec quelques notes qui sont souvent typiques du reggae et sautillante du ska, mais il y a bien sûr des notes normales. On nous envahit avec du tam-tam aux rythmiques fort sympathiques. La batterie complète très bien le tout; elle est bien calibrée, bien assumée. Ça bourdonne comme il se doit.

Les voix sont vraiment fascinantes, d’un côté le savoureux accent de l’Île de la Réunion qui donne un charme enchanteur, de l’autre, le québécois qui se mêle de la partie avec entrain et efficacité. Quand on les écoute chanter, on dirait que c’est un combat amical du genre « qui donnera la réplique philosophique la plus accrochante? »; un combat verbal où tous les deux sortent gagnants. Les auditeurs le sont bien plus par contre, parce que c’est bon de les entendre.

Les textes sont fraîchement poétiques, terriblement engagés, très anticapitalistes et antimondialistes. C’est cependant très urbain, mais oh combien rafraîchissant. Francbâtards portent bien leur nom : c’est franc et parfois bâtard (dans le bon sens, rassurez-vous). Ils ont une fascination informative, débordante d’intérêts, bien propre à leurs origines… C’est le point fort des textes. Ils ne font surtout pas dans la médiocrité de phrases pré-construites et s’approprient facilement le bilinguisme (français, créole). Ça ne laisse personne indifférent. Que tu le veuilles ou non, ça vient te chercher et ça captive ton attention.

J’aurais toutefois quelques petits points négatifs à mentionner. D’abord, la longueur des textes, ce sont vraiment de longues pièces. Un autre point est que, parfois, on entend des mots à maintes répétitions. Par exemple sur Rude boy, on nomme le titre, les mots « reggae » et « musique » des tonnes de fois. Ça peut devenir dérangeant à la longue, surtout si on écoute souvent l’album. Peut-être que ce serait bien de couper un peu sur les prochains disques. Mais bon, c’est mon opinion, ils peuvent avoir l’effet contraire chez d’autres auditeurs et, après tout, l’album est tellement bon qu’on peut bien passer par-dessus cela.

L’une des chansons que j’adore et que j’écoute souvent est Bulletin spécial. Malgré sa longueur de 7 minute et 27 secondes, le texte est vraiment fort, complet et très engagé. C’est un chef d’œuvre remarquable, compréhensible d’un bout à l’autre et le son est une perle rare. Ça vient me chercher. La pièce Enragé est un hymne à la lutte contre le pouvoir mondial, la désinformation médiatique et le bourrage de crâne dès l’enfance à l’école. Elle se veut rassembleuse et elle nous invite à s’unir et à militer contre la machine désinformatrice qu’est la télé. Finalement, Ce soir, est un titre propice pour faire la fête. Tu comprends directement le but de la chanson et tu danses aux sons endiablés qu’elle propage. Les autres sont également bonnes.

Alors, honnêtement, si tu n’as pas encore entendu Francbâtards, tu te dois de le faire maintenant. Si tu es comme moi, il te faudra absolument l’album et aller les voir en spectacle. Car justement, l’album te donnera envie d’être avec eux et tu voudras faire la fête, danser, chanter et bouger avec eux!

1. Déracinés Des Hommes
2. Rude Boy
3. Bulletin Spécial
4. Errance
5. Mouton Noir
6. Enragée
7. Ce Soir
8. Lehoua

ÉCRIT PAR: DESLO

Publié le février 9, 2015, dans Ska, Ska Rap, Ska Reggea, et marqué , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :