(Revue) Soirée #8 du Buckfest 14

Ce vendredi 6 février dernier a eu lieu la 8ieme soirée du Buckfest 14 à l’Esco. Plusieurs styles étaient au rendez-vous : hardcore, punk rock, skacore.

Le premier groupe qui s’est présenté sur scène, Public Outsiders, m’a vraiment étonné. N’étant pas fan de hardcore « pure » je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Mais avec son mélange hardcore, punk et même métal bien dosé, l’aspect rythmique était vraiment intéressant, et entrainant. Que dire du chanteur, il a littéralement un don. Ça sonnait vraiment bien. Comme j’étais situé plutôt au centre de la salle et que je suis loin d’être grande, je ne voyais que des touffes de cheveux se promener un peu partout. Les gars avaient vraiment l’air d’utiliser la place un max! Sinon j’entrevoyais souvent des gars par terre qui témoignaient visiblement d’une grande intensité à l’avant immédiat de la scène. Ce fut un excellent départ d’une bonne soirée.

PUBLIC OUTSIDERS :

Ensuite vient le tour de Super Punk. J’avais déjà entendu leur travail mais je n’avais jamais vu de mes yeux. L’interaction avec le public est littéralement au premier rang. Malgré le fait que le guitariste ait brisé une corde à la première note de la première chanson, il ont su nous distraire de A a Z. Décrivant leur style de « post post punk », ils redéfinissent les standards avec des chansons parfois très courtes et très intenses, ou d’autres encore entrecoupées de discussions. Ils se rebellent contre la norme et entrelace la musique à l’interaction avec le public. Le public n’a pas le choix d’embarquer car il devient partie intégrante du spectacle. Leurs paroles sont également loufoques alors « j’en ai ri un bon coup » comme on dit. En résumé, une excellente prestation avec bien du plaisir et de l’agrément. Je recommande de vous déplacer si vous avez l’occasion de voir ce groupe, ça en vaut la peine!

SUPER PUNK :

Troisième formation de la soirée, Set It Back débarque sur scène. La prestance du groupe est palpable. J’ai l’impression que peu importe si ces gars se trouvent devant une foule monstrueuse ou une foule plus intime, ils vont agir avec grand professionnalisme, avec classe. On a l’impression que le chanteur nous regarde tous dans les yeux les uns après les autres. Ils viennent nous chercher. Le discours entre chaque chanson est réussi quoi que parfois une petite redondance du « Je suis rendu vieux » venait me titiller le tympan. Leur style punk rock mélodique a selon moi l’étoffe d’être présenté à la radio. Les musiciens semble également stimuler la gente féminine. La danse était au rendez-vous à l’avant de la salle et l’ambiance était bonne!

SET IT BACK :

Vient ensuite le dernier groupe de la soirée, Exploring Dora, formation skacore de Montréal. J-Lau, le chanteur, étant l’objet de moqueries pour bien des gens, se reprend maintenant qu’il a le micro entre les mains. Ce gars a vraiment le don d’amener les gens à l’écouter et il se démène pour donner un bon spectacle. Le saxophoniste ne donne parfois également pas sa place en allant même faire un simili trash avec son instrument. Étant à la base une grande fanatique de ska, j’ai adoré Exploring Dora. La musicalité est excellente et la voix du chanteur nous donne envie de se garocher dans un trash. En intégrant quelques trucs dégueulasses, comme boire du jus de trompette, les Doras aiment également choquer les gens et sortir du standard usuel. Ils n’ont pas manqué de faire leur propagande chrétienne et ils ont forcément converti des gens à leur culte pendant cette soirée. Excellent concert, excellente ambiance!

EXPLORING DORA :

Voilà pour la soirée #8 du Buckfest 14 et ça continue jusqu’au 28 février! Restez branchés sur Barricade Punk pour d’autres revues des événements à venir.

ÉCRIT PAR: MEL LECLERC

Publié le février 8, 2015, dans Événement, Festival, Punk Hardcore, Punk Rock, Ska, et marqué , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. 2 commentaires.

  1. 4 excellents bands en effet. Les gens présents en ont vraiment eu pour leur argent (un maigre 10$). Le groupe le plus musicalement accompli du lot était définitivement Set It Back et cela se comprend sur le fait que les membres du band ont beaucoup plus de métier que ceux de Public Outsider, Super Punk et Exploring Dora. Dans le fond, c’est vrai qu’ils sont plus vieux. Ils ont vécu l’époque du punk rock des années 90 ou tu pouvais voir Satanic Surfers au Lac Saint-Jean pour 10$. Donc, la redondance du « je suis vieux » ne me dérange pas trop tant et aussi longtemps que la prestation est bonne; et elle le fut.

    Pour le reste, j’ai été excessivement impressionné par 3 bands de la relève. Exploring Dora m’a fait penser un peu à Blue Meanies, qui est sans doute un des bands ska-core les plus techniques de la profession. Et chapeau a leur bassiste qui a merveilleusement réussi la track de Gang Control de Leftover Crack. Pour les moins connaisseurs, Alec Baillie de Leftover Crack est selon moi le meilleur bassiste du genre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :