(Chronique) Rancid, l’honneur est au rendez-vous


  • RANCID

  • HONOR IS ALL WE KNOW
  • [EPITAPH RECORDS]
  • Année: 2014 // Genre: Punk Rock

  • / / /

Dans le cas présent, je crois qu’il est important de mettre mon opinion en contexte. J’adore Rancid depuis leur début en 1991 à Oakland, Berkeley aux États-Unis, même avant leur explosion avec And Out Comes The Wolves.

J’ai adoré le premier album qui était supposé sortir sur Maverick Record, la compagnie de disques appartenant à Madonna. Rancid avait refusé. Il semblerait que Madonna aurait tenté le tout pour le tout en envoyant des photos osées pour les convaincre, ce qui n’a pas fonctionné. La compagnie de disques a planté par la suite dû à plusieurs raisons obscures.

J’ai jamais été déçu de Rancid à l’exception d’un album. Je trouve vraiment que le groupe est encore d’actualité et qu’il mérite une place comme parrain du punk rock. J’adore les voir en spectacle après toutes ses années. C’est chanté tout croche quand c’est Tim et Lars redresse le tout avec comme trame de fond les meilleurs riffs de basse de tous les temps.

J’adore cette dynamique et ce son. Ils font de la musique depuis 1991 et ils le font à merveille. Tim Armstrong est un excellent compositeur. J’en dirai pas autant en tant que guitariste, mais comme compositeur, il est une réelle machine de guerre punk rock.

Cependant, comme je le disais, un album m’a laissé de glace. Je suis resté froid devant Let The Dominoes Fall. J’avais trouvé que Rancid faisait preuve d’originalité, mais que l’ensemble du disque était trop décousu. Les chansons n’avaient pas autant de mordant que sur Indestructible, qui est mon album favori. J’ai beaucoup de bons souvenirs de ce disque et de cette époque. Un album lourd et corrosif.

Je n’avais donc aucune attente devant Honor Is All We Know. En fait, je savais qu’il le sortait, mais je n’étais pas autant excité que pour Lagwagon et leur dernier album Hang, paru une journée avant celui de Rancid. Il faut comprendre que cinq ans après un album qui m’avait laissé sur mon appétit, ça me stimulait moins. J’avais tort de sous-estimé les vieux de la vieille.

Ils ont sorti un excellent album, un de leur meilleur en carrière. Honor Is All We Know est un disque auquel on s’accroche dès la première écoute et qui ne laisse personne indifférent. Il est solide et vraiment entrainant. On retrouve le côté ska-reggae de Rancid à son meilleur et le bon vieux Rancid. Un album qui rappelle la saveur pop que le groupe peut faire ressortir par moment sur certaines pièces. Cette saveur qui a propulsé le groupe au rang des méga-vedettes mondiales du punk.

Rancid a vécu le succès c’est vrai et ils ont fessé fort à une époque où le punk rock était maître et roi. Par la suite, le groupe a retombé de haut, est retourné dans leur ruelle indépendante et il n’a jamais eu un succès comparable à celui de l’époque d’And Out Comes The Wolves! Ils ont fait des choix qui ont mené à ça et si cela les affecteraient négativement, ça aurait été plate et grave.

Dans le cas présent, ils se sont ressourcés et renaissent de leurs cendres en défendant leur musique. Ils ont bien joué leurs cartes en tant que puristes et ils ont profité au maximum d’une époque magique où le punk rock pouvait être un emploi à temps plein. Personnellement, je suis content de cet album, Honor Is All We Know c’est un coup de poing au visage. Ils sont loin d’être finis et trop vieux. Ils en ont encore dedans et sont vraiment bons.

Les quatorze chansons qui composent Honor Is All We Know sont toutes excellentes. L’album est bon du début jusqu’à la fin et j’adore les mélodies qu’on y retrouve. On se replonge en 1990 par moment et je dois dire que ça fait du bien.

Pour ceux qui ont toujours dit que Rancid était un groupe vendu, j’aimerai vous dire que Tim a souffert d’alcoolisme profond à la suite de la fin d’Operation Ivy et il consommait beaucoup d’autre substances illicites. Son ami de l’époque, Matt Freeman, a formé Rancid avec lui pour le tenir loin de ses démons. Commercial ou pas, ça a sauvé la vie de Tim, alors je trouve ça positif et très bien. De toute façon, tout le monde sait que la chanson Radio dénonce toute cette folie et vient me chercher droit au cœur, puisque j’anime une émission de radio.

Vous allez sentir une joie vous envahir dès la première chanson Back Where I Belong et ça va continuer comme ça jusqu’à la dernière Grave Digger. Il est court à cause qu’il est trop bon! Ce qui fait qu’on l’écoute souvent à répétition. Ils ne se sont pas trompés sur ce huitième album qui est paru le 27 octobre 2014 dernier.

Honor Is All We Know est entré #20 sur le Billboard Américain, ce qui est quand même quelque chose pour un disque de punk rock quand on y pense avec toute la musique pré-fabriquée par des machines d’aujourd’hui.

Je vous conseille d’aller vous le chercher. Ça vient du cœur et ça viendra vous chercher avec aplomb!

1. Back Where I Belong
2. Raise Your Fist
3. Collision Course
4. Evil’s My Friend
5. Honor Is All We Know
6. A Power Inside
7. In The Streets
8. Face Up
9. Already Dead
10. Diabolical
11. Malfunction
12. Now We’re Through With You
13. Everybody’s Sufferin
14. Grave Digger

ÉCRIT PAR: DJ PUNKASSBED

Publié le février 4, 2015, dans Punk, Punk Rock, Ska, Ska Reggea, et marqué , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :